Karabane - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Économie

Les témoignages des explorateurs et des administrateurs coloniaux montrent que Karabane a longtemps vécu de la riziculture, de la pêche et du commerce, sans oublier la récolte du vin de palme, toujours si apprécié. L'île a connu le déclin au XXe siècle, lorsque Ziguinchor s'est affirmée comme capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine...) régionale. Puis elle a été affectée par les conséquences économiques du conflit en Casamance et le drame du Joola. Désormais la vente de produits locaux dans la capitale nécessite une véritable expédition, d'abord en pirogue (Une pirogue est une embarcation légère, longue et étroite, souvent faite d'un seul tronc d'arbre creusé (monoxyle), mue à la voile ou à la pagaie et parfois équipée de...) puis en taxi-brousse, pour une durée totale comprise entre 9 et 12 heures (L'heure est une unité de mesure  :). Aujourd'hui Karabane (Karabane, également appelé Carabane, est à la fois une île et un village situés à l'extrême sud-ouest du Sénégal, dans l'embouchure...) cherche un nouveau souffle, notamment à travers une relance du tourisme (Le tourisme est le fait de quitter son domicile, pour des raisons personnelles, pour une durée supérieure à 24 heures. Ce qui implique la consommation d'une nuitée auprès d'un hôtelier...).

Transports et énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.)

Pour le colonisateur, la position de Karabane à l'entrée du fleuve (En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan – ou, exceptionnellement, dans un désert, comme pour l'Okavango. Il se distingue d'une...) constituait un indéniable atout. Aujourd'hui, en termes d'enjeux commerciaux et touristiques, sa situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit...) est le premier de ses handicaps, surtout depuis sa coupure du reste du pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent...) par l'enclave (Le terme enclave désigne, en géographie humaine, un morceau de terre sous souveraineté d'un pays du territoire principal duquel il est séparé par un ou plusieurs pays ou mers.) gambienne et la suppression de l'escale (Une escale est un arrêt marqué par un véhicule de transport durant un trajet au long cours. Dans sa dimension technique, elle a...) après le naufrage du Joola.

Points de traversée de la Gambie : Banjul ou Farafenni

Faute de liaison maritime directe pour le moment, le voyageur en provenance de Dakar a donc le choix entre plusieurs moyens de transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) pour se rendre en Basse-Casamance. Des routes nationales permettent de rallier Ziguinchor, en descendant par la N1 jusqu’à Kaolack. Puis, pour traverser la Gambie – le pays, mais aussi le fleuve Gambie –, il est possible d’emprunter la N4 qui, via Nioro du Rip, mène au bac de Farafenni, ou, plus à l’ouest, la N5 qui franchit le fleuve à Banjul. Les deux voies se rejoignent à Bignona, avant la descente vers Ziguinchor. Cependant la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) reste interdite sur la N4 et la N5 entre 19 h et 10 h du matin et, en 2008, le Ministère des Affaires étrangères français déconseille toujours formellement cet itinéraire, en raison d’incidents sporadiques et d’opérations de déminage toujours en cours. Il recommande d’emprunter l’avion pour atterrir à l'aéroport (Un aéroport est l'ensemble des bâtiments et des installations d'un aérodrome qui servent au trafic aérien d'une ville ou d'une région. Ces bâtiments et installations sont conçus pour que des avions puissent...) de Ziguinchor ou à celui de Cap Skirring – mais cette option n'est pas accessible à tous –, ou encore le bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport maritime ou fluvial, et permet diverses activités telles...) pour l’une de ces destinations. Il reste cependant à rallier Karabane, comme on l'a vu plus haut.

Éclairage solaire pour les larges allées héritées du plan d'origine

Par bateau, la distance Dakar-Karabane est de 143 milles marins. Celle de Karabane à Ziguinchor est de 30 milles. Avant le lancement du Joola, d'autres bateaux, généralement vétustes, se sont succédé : d'abord le Cap Skirring, puis le Casamance-Express et enfin Île de Karabane. En janvier 1991 un ferry flambant neuf est mis en circulation. Comme ses prédécesseurs, il relie Dakar à Ziguinchor, s'arrête près de Karabane où des pirogues permettent de rejoindre l'île. De fait c'est quelques heures après cette escale où près de 180 passagers supplémentaires avaient embarqué sur un bateau déjà surchargé que le Joola a sombré le 26 septembre 2002. Pour des raisons de sécurité, le bateau qui lui a succédé, le Wilis, a dû renoncer à cette escale au grand dam des habitants. Les touristes se font plus rares depuis et les habitants doivent parfois prendre le chemin de l'exil vers Dakar ou Ziguinchor. Des aménagements significatifs seraient nécessaires pour que le Aline Sitoé Diatta – qui a remplacé le Wilis en mars 2008 – puisse y faire escale. La construction d'un poste d'accostage (En anglais, le terme correspondant est soft docking.) est annoncé, mais l'échéance n'est pas connue à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à...).

Début 2008, l'île n'était pas dotée d'un réseau électrique (Un réseau électrique est un ensemble d'infrastructures permettant d'acheminer l'énergie électrique des centres de production vers les consommateurs d'électricité.). L'éclairage public a recours à l'énergie solaire (L'énergie solaire est l'énergie que dispense le soleil par son rayonnement, directement ou de manière diffuse à travers l'atmosphère. Sur Terre, l'énergie solaire est à l'origine du...). Les hôtels et certaines habitations utilisent des groupes électrogènes. Cette pénurie n'est pas dénuée d'avantages : malgré les larges allées prévues dans le plan d'origine, nulle voiture ne trouble la quiétude du lieu.

Agriculture et pêche

Riziculture
Damier des rizières après la récolte (La Récolte (Countrycide) est le sixième épisode de la série anglaise de science fiction Torchwood.)

En Basse-Casamance, la riziculture rythme la vie (La vie est le nom donné :) de la population et joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle central, tant sur le plan économique que religieux. Les Diolas – qui constituent 80 à 90% de la population de Basse Casamance – sont en effet « les détenteurs d’une authentique civilisation du riz ». Dès la fin du XVe siècle les premiers navigateurs portugais ont décrit des techniques élaborées proches de celles d’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne l’inondation et le repiquage. Seules les variétés de riz (Le riz est une céréale de la famille des Poacées ou Graminées, cultivée dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes pour son fruit, ou caryopse, riche en amidon....) cultivées ont changé.

Partie basse d'un kayendo

L’outil de base reste le kayendo, une sorte de bêche ou pelle en bois de 40 à 70 centimètres environ, cerclée d’une lame en fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau...) forgé très tranchante et emboîtée dans long manche rectiligne et cylindrique. Les deux pièces sont reliées par des lanières arrachées aux feuilles de rônier. L’ensemble est confectionné dans un bois très dur et mesure de 2 à 2,5 mètres. Le kayendo est surtout utilisé pour labourer les rizières, mais connaît aussi d’autres usages, comme les travaux de terrassement ou de construction. Le défrichage et les labours sont assurés par les hommes, tandis que les femmes sèment, repiquent les plants, procèdent au désherbage, puis récoltent le riz entre octobre et janvier.

Petite digue près du cimetière

Le damier régulier des parcelles modèle le paysage (Étymologiquement, le paysage est l'agencement des traits, des caractères, des formes d'un espace limité, d'un « pays ». Portion de...), verdoyant pendant la saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe...) des pluies, plus austère après la récolte. Il existe différents types de rizières, notamment en fonction des sols et de leur situation. Lorsque la mangrove (La mangrove est un écosystème incluant un groupement de végétaux principalement ligneux spécifique, ne se développant que dans la...) est très présente, comme à Karabane, les rizières qui occupent ces espaces doivent être protégées de l’eau salée des bolongs, qui débordent lors des grandes marées. Il faut donc construire des digues, creuser des fossés et aménager des bassins. Les poissons et les crevettes qui s’y développent seront pêchés à la fin de l’hivernage, au moment du vidage des bassins. Les parcelles ainsi mises à l’abri des inondations sont défrichées et labourées. Des systèmes de drainage et plusieurs années de patience seront nécessaires pour que la mise en culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) du sol, enfin dessalé, puisse être envisagée.

Pratiquée en Basse-Casamance depuis des siècles, la riziculture a connu des difficultés dès la fin des années 1960. Productivité et production de riz ont décliné en raison des départs de travailleurs vers la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par opposition aux...), même s’ils continuent de soutenir leur communauté, puis la sécheresse des années 1970 a encore aggravé la situation.

D’autres cultures sont pratiquées à Karabane, telles que le mil ou les cultures maraîchères, auxquelles s’ajoutent de petits élevages d’animaux de basse-cour ou de porcs, généralement laissés en liberté, et dont la présence s’explique par la présence de longue date d'une forte communauté chrétienne.

Huile de palme (L'huile de palme, extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits du palmier à huile (Elaeis guineensis), est l'huile végétale la plus...) et vin de palme
Fruits de palmier en grappes
Équipement pour la récolte du vin de palme

Parmi les activités agricoles complémentaires, pratiquées pendant la saison sèche qui suspend les travaux dans les rizières, les plus traditionnelles sont celles liées à l’exploitation du palmier à huile (L'huile est un terme générique désignant des matières grasses qui sont à l'état liquide à température ambiante et qui ne se...) (Elaeis guineensis) qui fournit deux produits très appréciés dans la région, l’huile et le vin.

L’huile de palme est un ingrédient essentiel de la cuisine (La cuisine est l'ensemble des techniques de préparation des aliments en vue de leur consommation par les êtres humains (voir cuisinerie). La cuisine est diverse à travers le...) locale. Condiment conservé avec soin, elle relève le riz ordinaire les jours de fête. Elle provient des fruits qui se présentent sous forme de grappes cueillies à maturité par les hommes, puis égrenées, mises à sécher, pilées dans un mortier et bouillies par les femmes.

Le vin de palme, connu sous le nom de bunuk (ou bounouk) en diola, est une boisson alcoolisée, mais pas un vin stricto sensu, puisqu’il n’est pas issu de la vigne (Les vignes sont des lianes de la famille des Vitaceae. Ce sont des plantes du genre Vitis largement cultivées pour leur fruit en grappes, le raisin, dont on tire un jus, le moût, qui devient...), mais de la fermentation (La fermentation est une réaction biochimique de conversion de l'énergie chimique contenue dans une source de carbone (souvent du glucose) en une autre forme d'énergie directement utilisable par la...) naturelle de la sève (En botanique et en physiologie végétale, la sève est le milieu liquide qui circule grâce à des cellules spécialisées appelées « vaisseaux »,...) de palmier. L'islamisation tardive et partielle de la région n'a pas remis en cause sa consommation. La collecte du bunuk est pratiquée exclusivement par les hommes. Retenu par une sangle, le récolteur grimpe jusqu’à la cime de l’arbre, coupe le bourgeon (Bourgeon peut faire référence à :) et y fixe une sorte d’entonnoir qui permet au liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.) de couler goutte à goutte dans une calebasse de forme allongée ou, de nos, jours, dans une bouteille. La teneur en alcool du vin de palme évolue au cours de la journée. On le consomme en grandes quantités au quotidien, mais aussi lors de banquets ou de cérémonies dédiées aux fétiches. Il peut aussi être échangé contre du riz ou vendu en ville. Nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de proverbes diolas attestent de la grande popularité de cette boisson, par exemple « Bunuk abajut birto » (Avec le vin de palme, on ne se lève pas) ou « Ulako, kumusaet jígabulaju » (Assieds-toi, ne fais pas tarir le palmier).

Ressources halieutiques

La proximité du fleuve et de l’océan suggère une place privilégiée de la pêche et des activités connexes. Pourtant les populations autochtones, fondamentalement terriennes, se sont longtemps contenté de subvenir à leurs besoins quotidiens en pratiquant une pêche artisanale, fortement déterminée par le calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de longues durées. Initialement conçus...) rizicole, souvent pratiquée avec des pirogues légères taillées dans le tronc (Un tronc peut être :) d'un fromager (Fromager est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains arbres de la famille des Bombacaceae (ou Malvaceae).) et à l’aide de nasses, de filets, de paniers ou de palissades.

Au début du XXe siècle des pêcheurs expérimentés venus d’autres régions du Sénégal, mais aussi du Mali, de la Guinée et du Ghanaont développé la pêche en haute mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) et introduit de nouveaux engins.

Huîtres de palétuviers

La cueillette de fruits de mer, notamment d’huîtres, est une autre activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) ancestrale toujours pratiquée en Casamance, qui est l’une des trois régions productrices d’huîtres du Sénégal, avec la Petite-Côte et le Sine-Saloum. Les huîtres se développent sur les racines des palétuviers découvertes à marée (La marée est le mouvement montant (flux ou flot) puis descendant (reflux ou jusant) des eaux des mers et des océans causé par l'effet conjugué des forces de gravitation de la Lune et du...) basse. Elles sont cueillies pendant la saison sèche, principalement par les femmes, qui contrôlent, de la récolte à la distribution, une activité qui ne nécessite guère d’investissement en dehors des déplacements et qui leur assure une certaine autonomie financière. Les huîtres occupent une place importante dans la consommation familiale. Riches en oligo-éléments et en vitamine C (La vitamine C est une vitamine hydrosoluble sensible à la chaleur et à la lumière.), elles sont, chez les Diolas, la deuxième source de protéines animales après le poisson (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien qu’assez grande,...), devançant le poulet (Un poulet est une jeune volaille, mâle ou femelle, de la sous-espèce Gallus gallus domesticus, élevé pour sa chair.) et le porc (Le porc (du latin porcus) qui se dit aussi cochon domestique (Sus scrofa domesticus) ou cochon des villes est un mammifère domestique omnivore de la famille des porcins, ou...). Elles sont volontiers associées au riz, base de l’alimentation traditionnelle, voire le remplacent, en cas de pénurie. Localement on les consomme bouillies ou grillées au feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) de bois, accompagnées d’une sauce relevée. Lorsqu’elles ont été décortiquées et séchées au soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une...) ou fumées, elles sont vendues dans la région ou conservées, éventuellement durant quelques mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.). Dans certains villages – dont Karabane – elles sont parfois gardées vivantes, pendant plusieurs semaines, avant d’être transportées sur les marchés. Outre leurs qualités nutritives, les huîtres constituent aussi une source de revenus appréciable. Karabane se trouvant au centre de la zone de cueillette, c’est l’une des raisons pour lesquelles cette escale revêt une importance stratégique. Autrefois les huîtres étaient écoulées plus facilement, jusqu’à Dakar, au sein de la communauté diola qui y vit. Elles sont vendues par les cueilleuses elles-mêmes ou par les marchandes ambulantes, que l'on appelle bana-bana.

Les crustacés (Les crustacés (Crustacea) sont des arthropodes, c'est-à-dire des animaux dont le corps est revêtu d’un exosquelette chitinoprotéique appelé cuticule et souvent imprégné de carbonate de calcium. Il est plus...) de la mangrove (crabes violonistes, crevettes) occupent également une place significative dans l’économie locale. Alors que l'espace sénégambien abrite un grand nombre d'espèces de crevettes, en Casamance seule la famille des Penaeidae est présente. On capture (Une capture, dans le domaine de l'astronautique, est un processus par lequel un objet céleste, qui passe au voisinage d'un astre, est retenu dans la gravisphère de ce...) surtout des Farfantepenaeus notialis. Elles sont pêchées ou piégées de façon assez artisanale par les hommes, les femmes ou les enfants. Traditionnelle, cette pêche crevettière s'est développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme l'enveloppe de la famille des droites normales à la courbe.) dans les années 1960, suite à l’implantation d’unités industrielles européennes. Des pêcheurs locaux se sont reconvertis, d’autres sont arrivés. Cependant une étude de 2005 met en évidence la dégradation généralisée de la ressource crevettière dans la région, liée à de multiples facteurs tels que la baisse de la pluviométrie, la sursalinisation de l'estuaire (L'estuaire est la portion de l'embouchure d'un fleuve où l'effet de la mer ou de l'océan dans lequel il se jette est perceptible. Cette définition conduit à une controverse. Ainsi certains défendent l'idée que...) et une recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) du gain mal maîtrisée. À la dégradation de la mangrove se sont ajoutés les troubles dans la région et une règlementation inadaptée, puis la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) en 2003 d'un important complexe industriel à Ziguinchor, qui employait plus de 2 000 personnes.

Groupées en coopératives ou en associations, les femmes jouent un rôle de premier plan dans l'économie insulaire. Notamment grâce aux micro-crédits, elles pratiquent des activités dérivées de la pêche telles que le fumage du poisson (Dans la classification classique, les poissons sont des animaux vertébrés aquatiques à branchies, pourvus de nageoires et dont le corps est le plus...), la transformation de crevettes, d'huîtres et de coquillages. Comme il n'y a pas d'activité industrielle sur l'île – les plus proches se trouvent à Ziguinchor –, celle-ci doit aussi lutter contre l'exode des jeunes, de moins en moins tentés par la vie rurale, qui partent pendant la saison sèche, reviennent pendant l’hivernage pour aider leurs parents aux travaux des rizières et préparer les cérémonies religieuses, mais tendent à s’installer définitivement dans leur nouveau cadre de vie.

Quel tourisme ?

Kitesurf à Karabane

Pays jeune, pionnier en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres émergées....) de l'Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).), la République du Sénégal a très tôt misé sur le tourisme et, après des débuts prometteurs, l'a inscrit dans les objectifs prioritaires de son 4e Plan économique et social (1973-1977). La Casamance devient alors la principale destination touristique du pays et, déjà décrite au XIXe siècle par le capitaine Brosselard-Faidherbe comme une sorte de « Brésil africain », Karabane semble bien placée pour attirer les visiteurs en mal d'exotisme, amateurs de plages de sable (Le sable, ou arène, est une roche sédimentaire meuble, constituée de petites particules provenant de la désagrégation d'autres...) et de kitesurf.

Pourtant une polémique nationale, voire internationale, oppose bientôt ceux qui envisagent le tourisme comme une véritable panacée (Dans la mythologie grecque, Panacée (en grec ancien Πανάκεια / Panákeia, de la racine « pan, « tout », et akos,...) pour sortir le pays du sous-développement et ceux qui y voient la forme déguisée d'un nouveau colonialisme. L'idée d'un tourisme alternatif apparaît alors et plusieurs localités de la Basse-Casamance, dont Karabane, sont choisies pour accueillir les premières expériences d'un tourisme rural intégré s'appuyant sur des campements gérés par les villageois eux-mêmes. Au début des années 1970, leur promoteur Christian Saglio – un jeune sociologue français qui dirigera plus tard le Centre culturel (Un centre culturel est une institution et un lieu qui propose notamment une programmation de spectacles, des expositions, des conférences, mais aussi de l'animation socioculturelle à destination de la population locale.) français de Dakar – ne doute pas du potentiel de Karabane :

« Je voulais faire de cette île une sorte de Gorée de la Casamance, qui aurait servi de plaque tournante pour les autres campements. On aurait pu aller d'île en île en voilier (Un voilier (ou bateau à voiles, navire à voiles) est un bateau ou navire propulsé par la force du vent. Historiquement, les voiliers ont été le...) ou en pirogue. On aurait restauré les vieilles bâtisses à l'ancienne et les lits à baldaquin [...]. D'un côté il y aurait eu l'ethnographie traditionnelle avec les cases d'argile (L'argile (nom féminin) est une roche sédimentaire, composée pour une large part de minéraux spécifiques, silicates en général d'aluminium plus ou moins hydratés, qui...), de l'autre Carabane restaurée comme autrefois. »
Extension de l'ancienne mission transformée en hôtel (Un hôtel est un établissement offrant un service d’hébergement payant, généralement pour de courtes périodes. Dans sa définition...)

Il sera pourtant déçu, car les négociations sur le terrain, notamment avec le clergé local, n'aboutissent pas. La maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.) coloniale de la mission catholique est transformée par les religieuses elles-mêmes en un hôtel moderne et fonctionnel, mais dépourvu de romantisme, et le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) est abandonné : les campements prévus seront installés au cours de la décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.) dans une dizaine d'autres localités proches. Comment expliquer ce rendez-vous manqué ? Avec Niomoune, Karabane faisait partie des deux premières tentatives dans le cadre de cette démarche innovante. Elles se sont soldées toutes les deux par un échec. Les populations étaient réticentes et le jeune promoteur, encore inexpérimenté, dut « abandonner en partie ses théories ethnographiques, ses convictions occidentales en se mettant attentivement à l'écoute (Sur un voilier, une écoute est un cordage servant à régler l'angle de la voile par rapport à l'axe longitudinal du voilier et en conséquence l'angle d'incidence du vent sur la voile. Il y a une écoute dédiée à chaque voile...) des réalités quotidiennes des villages ».

Puis les troubles dans la région, liés aux revendications indépendantistes d'une partie de la population, détournent les voyageurs (Les Voyageurs est un épisode de la série télévisée Stargate Atlantis. C'est le cinquième épisode de la saison 4 et le 65e épisode de la série.) de cette destination. La signature du cessez-le-feu en 2004 facilite la reprise des activités, qui ne sont pas pour autant revenues à leur niveau antérieur.

De leur côté les voyagistes continuent de présenter l'île comme un « paradis perdu au cœur de la mangrove », « dont les voyageurs en quête d'authenticité et de dépaysement rêvent de fouler le sol », mais le tourisme de découverte a conquis une certaine place aux côtés de ce traditionnel tourisme balnéaire. C'est ainsi que les visiteurs – venus de France, mais aussi d'Espagne ou d'Italie – combinent volontiers la découverte des cases à impluvium d'Enampore ou celles à étages de Mlomp avec quelques jours de farniente à Karabane. Les amateurs de pêche, sous toutes ses formes, y trouvent également leur compte. Le long de la plage (La Plage est un film anglo-américain réalisé par Danny Boyle en 2000 et adapté du roman The Beach d'Alex Garland) de modestes échoppes proposent objets d'artisanat (L'artisanat est une technique de production artisanale, c'est-à-dire une production manuelle ou de petite envergure. Par extension, elle inclut les personnes qui produisent selon ces critères.) et vêtements traditionnels, une offre discrète sans commune mesure avec le déploiement commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) de Cap Skirring ou Saly. Malang Badji, à la fois peintre, potier, sculpteur et poète, n'a pas négligé de créer aussi son propre campement.

Dans l'intervalle, désormais sensibilisée à l'intérêt d'une démarche holistique (Le holisme (du grec ολoς (holos) : entier) est un système de pensée pour lequel les caractéristiques d'un être ou d'ensemble ne peuvent être...) et solidaire, Karabane a adhéré au réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle nœud...) des écovillages du Sénégal, connu sous le nom de GENSEN (Global Ecovillage Network Senegal).

Les ressources du patrimoine

Intérieur de l'église (L'église peut être :)
La tombe du capitaine Protet, enterré debout
La plaque de la tombe (décès en 1836)
Vestiges de l'ancien comptoir colonial en 2008

Témoins de son passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur le présent. L'intuition du...) colonial, on trouve à Karabane de nombreux vestiges historiques comme ceux de la mission catholique construite en 1880 et transformée depuis en hôtel, une imposante église de style breton aujourd'hui privée de clocher (Un clocher est un élément architectural d'une église, généralement en forme de tour plus ou moins élevée, qui héberge une ou plusieurs cloches.) et désaffectée, l'ancienne esclaverie ou encore le cimetière français où le capitaine Protet, frappé d'une flèche empoisonnée, fut enterré debout face à la mer selon ses dernières volontés. Il ne s'agit pas d'Auguste-Léopold Protet – le fondateur (Le Fondateur (titre original : Founding Father) est une nouvelle de science-fiction d'Isaac Asimov, parue en février 1965, et publiée en français dans le recueil Cher Jupiter.) de la ville de Dakar – comme le suggèrent certains guides et sites touristiques, mais d'Aristide Protet, capitaine de l'Infanterie de Marine décédé en 1836, comme en témoigne la plaque apposée sur sa tombe, soit plus de vingt ans avant la fondation de la ville.

On peut également apercevoir près de la plage (La géomorphologie définit une plage comme une « accumulation sur le bord de mer de matériaux d'une taille allant des sables fins aux blocs ». La plage ne se limite donc pas aux étendues de sable fin ; on trouve...) des restes de bâtiments, les vestiges de pontons ou d'un puits, un gros arbre (Un arbre est une plante terrestre capable de se développer par elle-même en hauteur, en général au delà de sept mètres. Les arbres acquièrent une structure rigide composée d'un tronc qui peut...) prisonnier de ruines ainsi qu'une immense pièce métallique portant l'inscription CEO Forrester & Co. Vauxhall Foundry. 18 Liverpool S3.

Au Sénégal, le centre de Karabane a été classé sur la liste des sites et monuments historiques en 2003.

Un dossier de candidature pour l'inscription de Karabane sur la Liste du patrimoine mondial a été déposé auprès de l'UNESCO le 18 novembre 2005.

Enfin, inspirée par l'exemple de Gorée, Karabane voudrait à son tour rendre hommage aux victimes de l'esclavage et certains projettent un petit musée doté, comme la Maison des Esclaves, d'une « porte sans retour ». Cependant, les recherches en cours ne permettent pas encore d'établir avec certitude le rôle joué par Karabane dans la traite négrière.

Comme Gorée ou Saint-Louis, Karabane fonde beaucoup d'espoirs sur son patrimoine – qui a grand besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois...) d'être restauré avant que les derniers vestiges ne disparaissent. La question soulevée par l'anthropologue français Louis-Vincent Thomas en 1964, « Faut-il sauver Karabane ? », reste d'actualité. Les populations locales se font plus précises (« Qui pour sauver Diogué-Nikine-Carabane ? »), et parfois plus pressantes : « Après la paix, ne soyez pas les derniers voyageurs à revenir en Casamance ».

Page générée en 0.291 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique