Calendrier grégorien
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Le calendrier grégorien est le calendrier actuellement utilisé en Europe et dans une grande partie du reste du monde. Conçu par un collège de scientifiques sous la direction de Christophorus Clavius pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien (Le calendrier julien a été choisi par Jules César en 46 av. J.-C., en qualité de pontifex maximus, ce qui lui donnait la responsabilité de fixer le début de chaque année. Ce calendrier fut utilisé à partir de 45 av....), sa dénomination porte le nom de son instigateur Grégoire XIII, pape de 1572 à 1585. Son point (Graphie) de départ, l'an 1, est une estimation de la naissance de Jésus.

Structure du calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de longues...)

La structure du calendrier grégorien (Le calendrier grégorien est le calendrier actuellement utilisé en Europe et dans une grande partie du reste du monde. Conçu par un collège de scientifiques sous...) est analogue à celle du calendrier julien de la Rome antique en vigueur jusqu'alors. C'est un calendrier solaire, se basant sur la révolution de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type...) en 365,2422 jours de 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :) de 60 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain...) de 60 secondes métriques. Le calendrier grégorien donne un temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) moyen de l'an de 365,2425 jours ; pour assurer un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) entier de jours par année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.), on y ajoute régulièrement (tous les 4 ans en principe) un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) bissextile, le 29 février (voir année bissextile).

Le cycle complet du calendrier grégorien dure 400 ans : trois siècles constitués chacun de 24 cycles juliens (trois ans de 365 jours, puis une année de 366 jours) suivis de quatre années de 365 jours, puis un siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une...) constitué de 25 cycles juliens. Le calendrier grégorien utilise les règles du comput grégorien.

Subdivisions

Le calendrier grégorien est divisé en douze mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.), groupés en quatre trimestres :

1er trimestre 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre
janvier, 31 jours
février, 28 ou 29 jours
mars, 31 jours.
avril, 30 jours
mai, 31 jours
juin, 30 jours.
juillet, 31 jours
août, 31 jours
septembre, 30 jours.
octobre, 31 jours
novembre, 30 jours
décembre, 31 jours.
90 ou 91 jours 91 jours 92 jours 92 jours

Une période de sept jours forme une semaine. Les jours d’une semaine ont chacun un nom : en français, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche.

L’ère ordinairement utilisée avec le calendrier grégorien est l’ère chrétienne, c’est-à-dire " après Jésus-Christ " (Anno Domini en latin, locution encore utilisée en anglais et le plus souvent notée après l’année sous sa forme abrégée AD, et autrefois désignée en français comme an de grâce ou an du Seigneur). Le zéro (Le chiffre zéro (de l’italien zero, dérivé de l’arabe sifr, d’abord transcrit zefiro en italien) est un symbole marquant une position vide dans l’écriture des nombres en notation...) n’étant pas alors connu, il n’y a pas eu d’année zéro : les siècles et les millénaires commencent avec l’année numéro un (Numéro Un est une référence à un modèle de personnages fictifs de la série télévisée Battlestar Galactica, interprété par Dean Stockwell. Il leur est souvent fait référence en tant...), de façon ordinale. Donc, le XXIe siècle et le IIIe millénaire commencent le 1er janvier de l’an 1 du troisième millénaire (Un millénaire est une période de mille années, c'est-à-dire de dix siècles.), c’est-à-dire en 2001.

L’ère qui précède est l’ère pré-chrétienne, elle est comptée en sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement, suivi...) opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les...) par rapport à cette année, là aussi à partir de l’an un " avant Jésus-Christ " (bien que ce soit l’année de sa naissance suivant la tradition chrétienne), désignation souvent abrégée en français " av. J.-C. ". L’an 1 av. J.-C., parfois noté aussi — de façon ambiguë — -1 (bien que ce soit l’an 0 UTC dans le nouveau calendrier astronomique, ce qui simplifie les calculs de dates) est aussi la dernière année du Ier millénaire av. J.-C., et la dernière année du Ier siècle av. J.-C.

L'ajustement grégorien

L’introduction du calendrier grégorien en remplacement du calendrier julien commença le 15 octobre 1582 avec les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste...) se réclamant de l’alignement sur Rome : Espagne, Portugal, États de la péninsule italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur. Il s'enroule sur un tambour quand on déroule la voile, et on tire dessus pour enrouler...) (dont les États pontificaux). Le but était de lutter contre la dérive de la date de Pâques (le dimanche après la première lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km. La distance moyenne séparant la Terre de la Lune...) de l’équinoxe de printemps) qui se déplaçait vers les mois d’hiver.

En fait la réforme principale et suffisante éliminant cette dérive (et qui a été appliquée facilement dans les autres pays par la réforme limitée du calendrier julien) était celle du mode d’application des années bissextiles lors des années séculaires. La différence principale entre le calendrier grégorien et son ancêtre, le calendrier julien non réformé, repose dans la distribution des années bissextiles.

Comme noté ci-dessus, l’année tropique (Les tropiques sont la partie géographique du globe limitée en latitude par les deux tropiques : le tropique du Cancer dans l'hémisphère nord et le tropique du...) moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun...), c’est-à-dire la période de rotation (La période de rotation désigne la durée mise par un astre (étoile, planète, astéroïde) pour faire un tour sur lui même. Par exemple, la Terre a une période de rotation d'environ 24 heures.) de la Terre autour du Soleil, dure 365,24219 jours. En insérant une journée bissextile tous les quatre ans, le calendrier julien attribuait à l’année une durée moyenne de 365,25 jours. Ceci induisait un décalage d’environ 8 jours par millénaire par rapport au temps vrai, avec pour effet que la date de Pâques (déterminée par l’équinoxe du printemps) glissait progressivement pour se rapprocher de février (au lieu de rester situé, en fonction des lunaisons, entre le dimanche précédant la dernière semaine de mars et celui finissant la troisième semaine d’avril).

On considère donc comme années communes (années de 365 jours) les millésimes qui sont multiples de 100 sans être multiples de 400. Ainsi 1600 et 2000 furent bissextiles, mais pas 1700, 1800, 1900 qui furent communes. De même, 2100, 2200, 2300 seront communes, alors que 2400 sera une année bissextile.

En appliquant cette règle, on arrive à une année de 365,2425 jours au lieu de 365,24219 jours soit un excès de trois jours en 10 000 ans. Il a été proposé d'amender la règle pour considérer les années multiples de 4 000 comme normales. Mais du fait du raccourcissement de l'année tropique évalué à 0,5 s par siècle et de l'allongement du jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa durée...) de 1,64 millisecondes par siècle, il est illusoire d'arriver à ce niveau de précision, les incertitudes sur la durée de l'année dans 10 000 ans étant du même ordre de grandeur.

L'introduction du calendrier grégorien comprend aussi une deuxième réforme d’application plus délicate, le décalage grégorien qui supprima dix jours du calendrier, entre le 4 octobre 1582 et le 15 octobre 1582 pour les pays ayant immédiatement suivi Rome, ce qui permit de fixer de nouveau l’équinoxe de printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées, précédant l'été et suivant...) le 21 mars, comme ce fut le cas au début de l’ère chrétienne.

Ces dix jours permettaient de rattraper d’un coup le retard croissant pris par l’ancien calendrier julien sur les dates des équinoxes depuis le début de l’ère chrétienne, c’est-à-dire plus de 15 siècles avant, et donc avec 12 années bissextiles en trop (en 100, 200, 300, 500, 600, 700, 900, 1000, 1100, 1300, 1400 et 1500 suivant les nouvelles règles de calcul) si le calendrier julien avait été stable sur toute cette période jusqu’en 1582, mais des corrections antérieures avaient déjà été appliquées durant cette période en omettant d’ajouter un jour en fin février de certaines années qui auraient dû être bissextiles (suivant l’ancienne règle du calendrier julien).

Cependant, certains pays ont aussi tardé à appliquer l’ajustement grégorien des années séculaires (dates d'ajustement selon les pays), et ont donc compté l’année 1700 comme bissextile (selon l’ancien calendrier julien non réformé), ce qui a accru le décalage de date à onze jours. La Suède qui utilisait le calendrier julien a tenté une première fois d’appliquer seule la règle d’ajustement grégorien en 1700 (non bissextile), sans appliquer le décalage de 10 jours, puis s’est reprise en 1704 en ajoutant deux jours au mois de février (année doublement bissextile) pour revenir à l’ancien calendrier julien encore utilisé en Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Elle est de loin la plus peuplée, avec 50 763 000 habitants (en 2006), qui représentent 83,8% de...) ou dans les pays protestants et orthodoxes voisins.

La Suède et l’Angleterre n’appliqueront complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de...) le calendrier grégorien que plus tard, sous l’influence de l’Allemagne, des Pays-Bas et de la Suisse dont les États utilisaient simultanément les calendriers julien et grégorien suivant qu’ils étaient de confession protestante ou catholique, et qui lors de leur unification (Le concept d'unification est une notion centrale de la logique des prédicats ainsi que d'autres systèmes de logique et est sans doute ce qui distingue le plus Prolog des...) ont voulu uniformiser les calendriers.

La troisième réforme du calendrier grégorien était de numéroter les années à partir de janvier et non du mois de mars comme dans le calendrier julien (le début de l'année dans le calendrier julien a lui-même varié — voir l'article correspondant et ses liens externes). Cette réforme permettait de faire coïncider les fêtes païennes du nouvel an dans le temps de Noël, et non peu avant la période sainte de Pâques. Dans bien des pays, cette dernière réforme a été appliquée des années ou même plusieurs siècles après celle de l’ajustement et du décalage grégorien. Cependant ce ne sera pas le cas des pays orthodoxes, dont l’année commençait en septembre.

Instauration du calendrier grégorien

Proposé dès le début du règne de Grégoire, et soutenu par l’Angleterre dans un concile œcuménique, ce calendrier prend son nom quand le pape décide de l’adopter aussi. D’abord refusé dans de nombreux pays pour des raisons religieuses ou politiques (conflit entre la Papauté et certains pays protestants, et application limitée par les Églises orthodoxes qui acceptent le nouveau mode de calcul des années séculaires dans le calendrier julien mais sans appliquer le décalage calendaire) le calendrier grégorien a été diffusé lentement :

  • en octobre 1582 en Italie, au Portugal, dans sa colonie brésilienne, et en Espagne,
  • à la fin 1582 en France, en Autriche, en Pologne,
  • dans les années 1582 à 1584 dans les colonies espagnoles en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et...) latine et jusqu'en Californie, ainsi qu'aux Philippines (La République des Philippines est un pays constituée d'un archipel de 7 107 îles dont onze d'entre elles totalisent plus de 90 % des terres et...),
  • du XVIe siècle au XVIIIe siècle au Canada,
  • dans les années 1583 à 1590 en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) continentale et centrale non luthérienne,
  • en 1600 en Écosse,
  • en 1610 dans le nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de la Pologne,
  • en 1648 (date du traité de Westphalie) en Alsace,
  • en 1700 en Islande (L’Islande, (en islandais Ísland, littéralement « terre de glace »), est un État insulaire de...) et au Groenland (Le Groenland (prononcez /gʁɔɛn.lɑ̃d/, écrit Groënland dans la graphie française d'avant 1850,...),
  • en 1752 au Royaume-Uni, et dans ses colonies sur la côte est de l'Amérique du Nord, et de l'actuel nord-ouest (Le nord-ouest est la direction entre les points cardinaux nord et ouest. Le nord-ouest est opposé au sud-est.) des États-Unis,
  • en 1753 en Suède,
  • à la fin du XVIIIe siècle en Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie. En plus de l’île-continent du même...),
  • au XIXe siècle en Corée,
  • en 1872 en Albanie,
  • en 1873 au Japon,
  • en 1912 à Taïwan (Taïwan ou Taiwan (en sinogrammes traditionnels 臺灣 et plus souvent en sinogrammes traditionnels 台灣 ; en sinogrammes simplifiés...),
  • en 1915 en Lituanie et Estonie,
  • en 1916 en Bulgarie,
  • en 1918 dans la plupart des pays issus de l'empire tsariste orthodoxes : Russie, Biélorussie, Moldavie, Ukraine, Géorgie, Estonie, Arménie, en Azerbaïdjan, et dans les pays d'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre...) centrale : Turkmenistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan, Kazakhstan,
  • en 1924 en Grèce,
  • en 1927 en Turquie,
  • au XXe siècle en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres...) de l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).), du centre, et du sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.).

Les pays qui utilisent le calendrier grégorien associé à un autre calendrier sont :

  • les pays d'Afrique du nord : l'Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Mauritanie, la Libye, l'Égypte, le Soudan, l'Érythrée,
  • les pays du Moyen-Orient : la Jordanie, la Syrie, l'Irak, le Koweït, Oman, le Yémen, le Qatar,
  • les grands pays d'Asie : Chine, Taiwan, Inde, ainsi que le Myanmar (Birmanie), la Thaïlande, le Cambodge, la Mongolie, le Népal.

Seuls l'Arabie saoudite, l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Éthiopie, et le Viêt Nam n'utilisent pas le calendrier grégorien.

Débats sur le calendrier grégorien dans l'Histoire

Si le principe de l'ajustement grégorien n'a pas été remis en cause, il n'en est pas de même de sa structure interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée...).

Les critiques portèrent bien entendu en France sur ses liens avec le Christianisme, au travers de l'ère chrétienne, des fêtes religieuses, et des références aux saints dans les agendas. Les agendas étaient en effet à l'époque l'un des principaux moyens d'information dans les campagnes françaises.

Cela a motivé quelques projets de calendriers laïcs comme par exemple le calendrier républicain (Le calendrier républicain (ou calendrier révolutionnaire français) fut créé pendant la Révolution française de 1789.) de la Révolution française. À la différence du système métrique, celui-ci n'aboutit pas : il est vrai que le principe de ne plus se reposer qu'un jour sur dix (decadi) au lieu de sept pouvait ne pas enthousiasmer. Une autre raison, plus technique, était que le décalage de calendrier entre la France et les pays limitrophes posait certaines difficultés dans les zones frontalières.

Un autre projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande...) de calendrier laïc (le calendrier fixe) a été proposé par Auguste Comte : le calendrier positiviste. Celui-ci n'a pratiquement pas été utilisé en dehors de Comte et de quelques disciples.

D'autres critiques semblent concerner la construction même du calendrier :

  • mois de longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle...) variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un...) (de 28 à 31 jours) qui complique par exemple l'analyse des statistiques (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l'analyse, l'interprétation de...) économiques ;
  • correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le terme désigne des échanges de courrier personnels plutôt...) difficile entre le nom des jours et leur numéro dans le mois ;
  • durée des trimestres (le troisième trimestre étant par exemple notamment plus court que le deuxième) ;
  • nombre de semaines (4,33) par mois ;
  • variation de la date de certains jours fériés comme Pâques.

Mais ces originalités ne sont pas liées aux choix humains, le calendrier essaye simplement de suivre l'année astronomique. Elle ne comporte pas un nombre entier de jours et les périodes estivale et hivernale ont 7 jours d'écart de durée. Le cycle lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.) n'est pas fixe lui non plus. Néanmoins il faut bien un nombre de jours entiers dans une année pour s'y retrouver et suivre la durée des jours (lever du Soleil).

Cette difficulté a amené de nombreuses propositions de réformes à utiliser le principe du jour épagomène (Un jour épagomène (du grec : ?παγομενα ?μερα, jour supplémentaire) est un jour ajouté à la fin de l’année d'un calendrier pour...). Il s'agit d'un jour blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue avec un spectre lumineux continu, d'où l'image...) qui n'entre pas dans le décompte de la semaine. En ajoutant un (ou deux les années bissextiles) jour épagomènes à l'année, on arrive à obtenir l’égalité 365 = 7×52 + 1. On retrouve la même idée avec les jours complémentaires dans le calendrier républicain de la Révolution française.

La durée des mois avait été choisie de façon à correspondre approximativement à un cycle lunaire. Ainsi, même une population non lettrée pouvait savoir à peu près, en observant le changement d'aspect de la lune, quand un mois s'était écoulé ; la référence à la lune était importante pour les marins (pour connaître les marées) et pour les agriculteurs (travaux nocturnes dans les champs) d'une population très majoritairement rurale.

Si aujourd'hui ce lien n'est pas évident dans notre civilisation urbaine, on peut noter que la grande majorité des réformes du calendrier tente de conserver un mois d'environ une lunaison. Il faut cependant noter l'émergence du calendrier badi`, utilisé dans le bahaïsme. S’il se base également sur une année solaire, celle-ci débutant à l’équinoxe du printemps le 21 mars, son originalité tient à l’abandon de la référence lunaire pour la durée du mois. Une année de ce calendrier comporte en effet 19 mois de 19 jours (soit 361 jours). Les 4 ou 5 jours supplémentaires nécessaires pour compléter une année sont intercalés entre le 18e et le 19e mois, et sont nommés les jours intercalaires.

Au cours des trois derniers siècles, d'autres propositions de réformes ont été avancées. Les plus connues furent les propositions de calendrier universel (Le calendrier universel est une proposition de réforme du calendrier grégorien. Il comporte 12 mois répartis en 4 trimestres identiques de 91 jours. Il...) et de calendrier fixe (Le calendrier fixe comporte treize mois de vingt-huit jours. Un mois supplémentaire, nommé sol, est donc intercalé entre juin et juillet, et un trois cent soixante-cinquième jour est ajouté après le 28 décembre.). Vers le milieu du XXe siècle, la Société des Nations puis l'Organisation (Une organisation est) des Nations unies menèrent des études pour réformer le calendrier. Celles-ci furent abandonnées sous la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) de pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou l'Indonésie (L'Indonésie, officiellement la République d'Indonésie (en indonésien Republik Indonesia), est un pays transcontinental d'Asie du Sud-Est et d'Océanie. Avec plus de...), officiellement pour ne pas désorganiser les traditions religieuses.

Beaucoup d'auteurs de science-fiction (La science-fiction, prononcée /sjɑ̃s.fik.sjɔ̃/ (abrégé en SF), est un genre narratif (principalement littéraire et cinématographique) structuré par des hypothèses sur ce que...) ont joué avec l'idée que le calendrier terrien serait peut-être un jour utilisé dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'espace connu, alors que tout le monde (Le mot monde peut désigner :) ou presque aurait oublié sa raison d'être initiale, voire l'existence de la Terre elle-même.

Dans une optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.) plus terre à terre, à l'approche de l'an 2000, lorsqu'il s'est agi d'adapter les systèmes informatiques qui, pour la plupart, étaient affectés par le bogue de l'an 2000, via la date système et les algorithmes de datation employés dans les programmes informatiques, la question s'est posée entre les autorités de différentes religions, de savoir quel calendrier était la référence. À l'issue d'un débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions ou...) tenu aux États-Unis, il a finalement été décidé de conserver, par souci de simplification, le calendrier grégorien...

Utilisation par les historiens

Avant 1582, on utilisait le calendrier julien. C'est ce calendrier qu'utilisent donc aussi les historiens pour cette période, puisqu'ils travaillent avec les dates portées sur les documents. Le calendrier grégorien est donc rarement utilisé de façon rétroactive.

Anecdotes

  • Edmond Rostand dans Cyrano de Bergerac affirme que le 26 septembre 1655 était un samedi. Il s'agissait en fait d'un dimanche !
  • Thérèse d'Avila meurt dans la nuit du 4 au 15 octobre 1582. La date de la fête des saints étant fixée au lendemain de leur mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par...) (leur "naissance au ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.)"), la fête de cette sainte tombe le 15 octobre.
  • Shakespeare et Cervantès sont morts à la même date... mais pas le même jour, le Royaume-Uni — pour sa part anglicane — n'ayant pas tout de suite adopté le calendrier grégorien.
  • Montaigne, dans ses Essais, mentionne les difficultés que ses contemporains ont éprouvées pour passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) progressivement au nouveau calendrier.
  • Des vestiges du calendrier julien subsistent fossilisés dans les strates de la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de détail, La Culture peut...) populaire. Ils sont exhumés régulièrement à l'occasion de la parution des divers agendas, almanachs agricoles et autres publications de jardinage. Exemples :
    • "À la Sainte Luce, les jours s'allongent du saut d'une puce,
      À Nadal
      (Noël) du pied d'un gal (coq)
      Et à l'an neuf du pas d'un bœuf."
      Ces dates sont celles du calendrier julien. Dans notre calendrier actuel nous fêtons la Sainte Luce le 13 décembre mais les jours ne commencent à rallonger que le 22 décembre.
    • "La Saint Barnabé (11 juin) est le jour le plus long de l'année."
      Ce dicton témoigne aujourd'hui des 10 jours du décalage introduits lors de l'adoption du calendrier grégorien pour rattraper le retard du calendrier julien sur le Soleil.
    • "À la Saint Matthieu (le 21 septembre), jour égal à la neut." scande lui l'avènement de l'équinoxe (Les équinoxes de mars et de septembre sont les deux moments de l'année où le jour et la nuit sont approximativement de même durée. Lors des équinoxes, le...) d'automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.) en conformité avec le calendrier en vigueur.
Page générée en 0.304 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique