Salle Pleyel
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Salle Pleyel
Salle Pleyel 2.jpg

Type Salle de concerts symphoniques
Lieu 252, rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce fait dans un...) du faubourg Saint-Honoré
(Paris)
Architecte(s) Gustave Lyon
Inauguration 18 octobre 1927
Capacité 1913
Gestionnaire Cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des esclaves),...) Pleyel
Site web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par...) www.sallepleyel.fr
Résidence
Orchestre de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents...)
Orchestre philharmonique de Radio France

La salle Pleyel est une salle de concerts symphoniques située dans le VIIIe arrondissement de Paris, 252 Rue du Faubourg-Saint-Honoré, près de la place de l’Étoile, et inaugurée en 1927. Depuis septembre 2006, elle accueille en résidence l’orchestre de Paris et l’orchestre philharmonique de Radio France.

De style art déco, elle est généralement considérée comme l’une des grandes salles du XXe siècle et comme un « passage obligé de la gent musicale internationale » (Trinques 2003, p. 147). Elle a contribué à l’animation de la vie (La vie est le nom donné :) musicale de la capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine social, culturel, économique ou...) française en accueillant depuis son ouverture environ vingt-cinq millions de spectateurs lors de vingt mille concerts. Plusieurs fois rénovée, elle a rouvert en septembre 2006 après quatre années d’interruption.

C’est le seul auditorium spécifiquement construit pour la musique symphonique à Paris, les autres concerts avec orchestre ayant lieu notamment à la salle Olivier-Messiaen de la maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.) de Radio France et à la salle Gaveau, plus petites, ou au théâtre des Champs-Élysées et au théâtre du Châtelet (On appelait châtelets, au Moyen Âge, de petits châteaux établis à la tête d'un pont, au passage d'un gué, à cheval sur une route en dehors d'une ville ou à...), des salles à l’italienne. (M) Ce site est desservi par la station de métro Ternes.

Programmation

Depuis l’automne 2006, la salle Pleyel accueille en résidence permanente deux formations :

  • l’orchestre de Paris, qui y donne tous ses concerts, le mercredi et le jeudi, soit une cinquantaine de concerts par saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe ci-dessous), la saison joue un...) représentant une trentaine de programmes, et y tient également toutes ses répétitions ;
  • l’orchestre philharmonique de Radio France, qui donne à Pleyel une vingtaine de concerts pendant la première saison, le vendredi.

L’orchestre symphonique de Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans par les Romains, la...) a par ailleurs signé une convention de résidence de trois ans dans le cadre de laquelle il donnera à Pleyel tous ses concerts parisiens, soit quatre ou cinq programmes par saison.

Pleyel accueille également durant la saison de sa réouverture :

  • des concerts de l’orchestre Pasdeloup, de l’orchestre Colonne, de l’orchestre national d’Île-de-France, de l’orchestre du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et de l’orchestre national du Capitole de Toulouse ;
  • des orchestres de région ;
  • des producteurs publics, comme Radio France ou le Festival d’automne à Paris ;
  • des concerts organisés par des producteurs privés ;
  • des formations étrangères, une quinzaine en 2006–2007, probablement plus les saisons suivantes.

Outre les concerts symphoniques qui constituent la majeure partie de sa saison de réouverture, Pleyel accueille des récitals vocaux, de la musique de chambre et des concerts de jazz. Au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le...), elle devrait programmer chaque saison cent cinquante soirées environ, dont la moitié assurée par les trois formations en résidence.

Architecture et acoustique (L’acoustique est une branche de la physique dont l’objet est l’étude des sons et des ondes mécaniques. Elle fait appel aux...)

La salle de 1927

La salle conçue par Gustave Lyon et construite de 1924 à 1927 par Jean-Marcel Auburtin, puis André Granet et Jean-Baptiste Mathon (Jean-Baptiste Mathon (1893-1971) est un architecte français.) est fortement marquée par l’architecture moderne, avec « la nudité des lieux, le plafond (Par extension, un plafond représente le maximum de quelque chose :), immense voûte (Une voûte (ou voute) est un élément architectural de couvrement intérieur d'un édifice présentant un intrados. La voûte...) reliant d’un seul jet l’arrière-scène au sommet du second balcon (Un balcon (de l'italien balcone, lui-même peut-être issu du persan بالكانه bal-khané signifiant...), l’absence voulue de toute recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique,...) décorative » (Trinques 2003, p. 148). Elle peut accueillir 3 000 spectateurs environ – 2 546 après les travaux consécutifs à l’incendie de 1928.

Gustave Lyon, dans sa recherche acoustique, a imaginé de baser la structure de la salle sur celle d’un entonnoir. La scène est l’endroit le plus réduit de la salle, et le plafond est lié au mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.) arrière environ 6 m au-dessus de l’orchestre ; il constitue une vaste voûte arrondie qui remonte et s’élargit au fur (Fur est une petite île danoise dans le Limfjord. Fur compte environ 900 hab. . L'île couvre une superficie de 22 km². Elle est située dans la Municipalité de Skive.) et à mesure qu’elle rejoint l’arrière de la salle. Devant la scène, un long parterre s’étend jusqu’aux deux balcons du fond. La hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) du plafond au niveau des balcons est presque double que celle au niveau de l’orchestre.

La salle, aux couleurs dorées, est décorée de panneaux de Marc Jaulmes.

Le hall, de 24 m sur 12 avec en son centre une rotonde ouverte sur les étages supérieurs, est décoré dans le style art déco par des ferronneries de Raymond Subes, des médaillons de Le Bourgeois et des luminaires de la maison Baguès. Il comporte un magasin de pianos, de phonographes et d’appareils de radio, des vitrines d’exposition, une librairie, une galerie de peintures et un salon de thé.

Le bâtiment a huit étages, où sont installés des appartements, des salles d’exposition, des ateliers de montage, de service et de maintenance, une bibliothèque, et soixante studios.

La salle entre 1961 et 2006

Quelle qu’ait été la qualité de l’acoustique originelle, les réparations consécutives à l’incendie de 1928 ont fait apparaître un écho qui a été le principal défaut de la salle Pleyel. « L’ancien écho, c’est un peu le fantôme de Pleyel, note en 2006 la critique du Monde, Marie-Aude Roux. À certains endroits de la salle, le public avait deux concerts pour le prix d’un. » La salle a connu trois rénovations en un tiers de siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué...), qui, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en modifiant sensiblement la configuration de la salle, n’ont pas pu apporter de solution à ce problème.

1958

Après la rénovation de 1958 par André Hamayon, la salle comporte cadre de scène, ce qui supprime sa continuité (En mathématiques, la continuité est une propriété topologique d'une fonction. En première approche, une fonction est continue si, à des variations infinitésimales de la variable x, correspondent des...). L’acoustique est modifiée par un plafond plus bas et des réflecteurs en forme de pointes de diamants. Elle dipose également d’un plateau plus vaste.

Dans les espaces d’accueil, la rotonde est recouverte au niveau du hall d’une calotte sphérique qui la sépare des niveaux supérieurs. Au premier étage, un studio de danse remplace la galerie d’exposition.

1981

Après les nouveaux travaux de 1981, la grande salle a retrouvé sa concavité originelle grâce à un plafond de bois et à la suppression du cadre de scène. La décoration, retravaillée, allie les tons chauds du revêtements de bois d’orme au bleu (Bleu (de l'ancien haut-allemand « blao » = brillant) est une des trois couleurs primaires. Sa longueur d'onde est comprise approximativement entre 446 et 520 nm....) des nouveaux sièges. Elle offre 2 370 places.

1994

Lors de la rénovation menée en 1994 par Christian de Portzamparc (Christian de Portzamparc (Christian Urvoy de Portzamparc) est un architecte et urbaniste français né le 9 mai 1944 à Casablanca au Maroc.), la décoration de la salle est modifiée ; dans le hall, la mosaïque au sol de la rotonde est remplacée par du marbre (Le marbre est une roche métamorphique dérivée du calcaire, existant dans une grande diversité de coloris, pouvant présenter des veines, ou marbrures (veines et coloris sont dus à des inclusions d'oxydes...) blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue avec un spectre lumineux continu, d'où l'image que l'on en donne parfois :...).

La salle en 2006

Salle Pleyel, 2008
Salle Pleyel, 2008
Salle Pleyel, 2008
Grande salle

La grande salle a été profondément transformée lors de la rénovation de 2005–2006, à tel point (Graphie) que le critique du Monde, Renaud Machart, considère qu’« il ne s’agit pas d’une réfection mais d’une construction nouvelle au sein de la coque originelle du bâtiment. » Sa jauge ( En tant qu'instrument de mesure : Une jauge est un instrument de mesure. On trouve par exemple : La jauge de contrainte, traduisant un effort mécanique en résistance électrique, La jauge Hibernia et la jauge...) est réduite à 1 913 places – soit 1 760 pour le public lorsqu’un chœur est sur la scène :

  • Le faux plafond (En architecture, un faux plafond ou plafond suspendu est un plafond, situé sous le plafond principal. Il est généralement constitué de matériaux légers comme des plaques de plâtre...) en bois et de la conque de scène ont été supprimés ; la nouvelle salle fait 44 m de long, 27 m de large et 19 m de haut, et le volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) d’air par spectateur a été augmenté d’un tiers. La salle est moins longue et la scène se trouve ainsi plus proche du public.
  • Le nouveau parterre comporte 1 030 places, notamment en raison de la réduction des espaces sous les balcons. Les sièges sont disposés en trois blocs.
  • Les sièges des deux balcons – 397 au premier et 327 au deuxième – ont été réalignés.
  • Quatre balcons latéraux – ou plutôt des bergères, avec une seule rangée de sièges – ont été ajoutés pour améliorer la diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition »...) du son ; chacun peut accueillir 19 personnes.
  • La scène a été agrandie de moitié et redessinée ; une série de trappes et de plateaux réglables remplace les gradins.
  • Des banquettes sont aménagées derrière l’orchestre (arrière- scène), comme à la philharmonie de Berlin (La Philharmonie de Berlin (Berliner Philharmonie) est un ensemble de deux salles de concerts situé dans le centre de Berlin, intégrant une salle de...), pour accueillir 162 spectateurs ou, parfois, un choeur.
  • Les nouveaux sièges sont plus larges de dix centimètres et les rangées plus espacées, afin d’améliorer le confort pour les spectateurs.
  • La salle perd ses couleurs foncées et arbore désormais des murs peints en blanc légèrement teinté, du hêtre (Le hêtre est un arbre à feuilles caduques, originaire d'Europe, de la famille des Fagacées qui comprend en outre le chêne et le châtaignier. Il fait partie des essences nobles...) clair recouverts d’un tissu rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) bourgogne pour les fauteuils, du bois de chêne (Le chêne est le nom vernaculaire de nombreuses espèces d'arbres et d'arbustes appartenant au genre Quercus, et à certains genres apparentés, notamment...) clair pour la scène et du hêtre pour le reste de l’habillage, et gagne ainsi en sobriété comme en chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !).

Lors des répétitions de la semaine précédente, les musiciens de l’orchestre de Paris, qui avaient pris résidence au théâtre Mogador (Le Théâtre Mogador, fondé en 1913, est une salle de spectacles parisienne située dans le 9e arrondissement. Elle peut accueillir 1 860 personnes, sur trois étages.) pendant les travaux, ont apprécié favorablement l’acoustique de la nouvelle salle. Pour le premier violon Philippe Aïche, « il y a une très belle définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) du son notamment dans les graves, cela donne une grande clarté dans l’émission, la couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s).) passe bien et, surtout, il n’y a plus l’ancien écho ! […] On a aussi le sentiment d’une plus grande proximité avec le public. Nous espérons d’ailleurs redevenir un vrai orchestre de proximité ! » Le violoncelliste Éric Picard considère que « l’acoustique est très lumineuse, légère, souple, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit facile. Il manque peut-être un peu de réverbération, mais on s’entend jouer très bien entre musiciens, ce qui n’était pas le cas auparavant. » Le critique du Monde, Renaud Machart, loue quant à lui la « parfaite lisibilité des plans sonores, des détails, des nuances » : « on entend mieux [la Deuxième Symphonie de Mahler] à la Salle Pleyel qu’au Concertgebouw d’Amsterdam, haut lieu de la tradition mahlérienne, mais salle très résonnante. » Le son du nouveau Pleyel « n’est pas sec, il est plutôt mat » ; « en dépit de la configuration “ramassée” de la salle, il n’est jamais agressif, frontal (Un frontal est un équipement informatique.). »

Il semble que l’acoustique exige d’un orchestre une grande homogénéité et une grande correction rythmique. Le percussionniste Frédéric Macarez juge (Le juge peut être un professionnel du droit, désigné ou élu pour exercer son office. Il peut également être un simple citoyen appelé temporairement à rendre la...) la salle « très sonore et presque crue : il va falloir améliorer la rondeur du son, tout en gardant la même précision d’attaque. » Le directeur musical de l’orchestre, Christoph Eschenbach, confirme que « cette acoustique peu réverbérée exige une parfaite définition de la partition. On entend tout. C’est bien pour la discipline de l’orchestre, qui va pouvoir retrouver son naturel et perdre une certaine dureté (Il existe différentes définitions de la dureté : pour un solide (minéral ou métal) et pour l'eau.) acquise à Mogador, où il fallait constamment forcer le son. » Renaut Machart avance que « cette acoustique ne cachera pas les défauts des formations qui y joueront ; les violons devront, sans l’aide “cosmétique” d’une bouée de sauvetage sonore, créer par eux-mêmes le sourire, la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de...) et la caresse des aigus suspendus pianissimo. » La salle sera tout aussi bien adaptée, selon lui, à des concerts avec un moindre volume sonore : « on peut parier que les formations orchestrales plus réduites et les instruments anciens y seront chez eux tout autant, et l’on devine que les récitals de chant y trouveront un écrin presque intime. »

Espaces d’accueil

Les travaux ont également concerné les espaces d’accueil : la façade, le hall et la rotonde ont été restaurés dans le style art déco des origines. La rotonde est de nouveau ouverte sur l’étage, dotant le hall d’un puits de lumière, et elle retrouve sa mosaïque au sol de pierres noires et blanches et de dallages dorées à l’or fin. Un vaste foyer de plus de 600 m², en fond de parterre et donnant sur la rue du Faubourg-Saint-Honoré par de grandes baies vitrées, remplace les studios de danse au premier étage. Dans les autres étages, 3 000 m² de bureaux ont été restaurés.

Afin de pouvoir accueillir simultanément les deux orchestres en résidence et des orchestres invités, les salles Chopin et Debussy, dont l’architecture est restée en l’état, ont été transformées en deux vestiaires et un espace qui permettra aux chanteurs de chauffer leur voix avant d’entrer en scène. Un studio d’enregistrement a de plus été installé sous la grande salle pour permettre à Radio France d’assurer sa mission d’enregistrement et de diffusion de concerts ; la réalisation d’un enregistrement à Pleyel rendait auparavant nécessaire l’installation d’un groupe électrogène (Un groupe électrogène est un dispositif autonome capable de produire de l'électricité. La plupart des groupes sont constitués d'un moteur thermique qui actionne un alternateur. Leur taille et leur...) dans la rue Daru.

Page générée en 0.045 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique