Capitelle
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Une capitelle est une cabane construite en pierre sèche, c’est-à-dire sans mortier, dans les anciennes garrigues des villes du département du Gard.

Étymologie

Le terme " capitelle " est la francisation du nom languedocien féminin capitello (en occitan normalisé capitèla), désignation morphologique à rapprocher du français chapiteau, pris dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement, suivi de son...) de couverture mobile de moulin à vent (Le moulin à vent est une installation destinée à produire de l'énergie mécanique à partir du vent. Devenu obsolète avec la généralisation de l'électricité, il est...) ou de grande tente de cirque, ou encore du forézien chapitella, désignant une étable, une cabane, un hangar (Un hangar est un bâtiment souvent réduit à une couverture et servant à abriter des véhicules, des aéronefs, à stocker des...).

Le terme désignait à l'origine une cabane de vigne (Les vignes sont des lianes de la famille des Vitaceae. Ce sont des plantes du genre Vitis largement cultivées pour leur fruit en grappes, le raisin, dont on tire un jus,...) édifiée par un membre du petit peuple (Le terme peuple adopte des sens différents selon le point de vue où l'on se place.) des villes gardoises dans une parcelle conquise sur la garrigue (En botanique, la garrigue (de l'occitan garriga) désigne une formation végétale caractéristique des régions méditerranéennes, proche du maquis. Selon l'École...) péri-urbaine, aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Le mot tend actuellement à dépasser les strictes frontières du département du Gard et son emploi se généralise dans la littérature touristique pour désigner la même construction en d'autres départements du Languedoc : Ardèche, Hérault, Aude.

Autres appellations

En France

Les noms attribués aux cabanes en pierre sèche changent selon la région, l'aire géographique ou paysagère, voire simplement la commune. On trouve par exemple :

  • cabane et baraque dans de nombreuses régions.
  • borie dans le Vaucluse.
  • cabanon pointu dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Beaucoup d'autres appellations existent encore (voir l'article Cabane en pierre sèche).

Dans le monde (Le mot monde peut désigner :)

En dehors des frontières de l'hexagone (Un hexagone (du grec hexi = six et gonia = angle) est un polygone à six sommets et six côtés. Les angles internes d'un hexagone régulier sont tous de 120° et ses côtés sont de même mesure. Les...), on trouve entre autres appellations :

  • barraca, cabaña, caseta, dans plusieurs régions d'Espagne.
  • barraca (à gradins) et garrita aux îles Baléares; mais aussi pont de bestiar (abri en tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de fer, canal, route, chemin piétonnier). Sont apparentés aux tunnels par leur...) pour les bêtes) sur l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif...) de Minorque (Minorque (Menorca officiellement et en catalan ; du latin Balearis Minor) est une des îles Baléares (nom officiel en catalan : Illes Balears), un archipel...).
  • En Italie: ciabotte en Ligurie, casedda (désignation vernaculaire) et trullo (désignation savante) dans les Pouilles, caprile sur l'île d'Elbe, pineta (orthographe variable) en Sardaigne (La Sardaigne (en italien : Sardegna et en langue sarde normalisée : Sardigna) est une île de la Méditerranée occidentale, située à l'ouest de la péninsule italienne et au sud de la Corse....).
  • crot ou scele dans la région de Graubuenden en Suisse.
  • hiska dans la région de Karst en Slovénie.
  • bunja (Dalmatie), trim, et kazun (péninsule istrienne) en Croatie.
  • girna (pluriel giren) à Malte et à Gozo.
  • mitada en Crète (En géomorphologie, une crête est une ligne de points hauts d'un relief séparant deux versants opposés.) (Grèce).
  • mantarak en Palestine.
  • clochan ou clochaun sur la péninsule de Dingle (Eire).
  • twlc mochyn et twlc crwn au Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) de Galles.

Pour en savoir plus : Terminologie des cabanes en pierre sèche

Description et construction

La capitelle est rarement un habitat permanent, c'est plutôt un abri destiné à accueillir temporairement outils, matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.), ou personnes.

Construite sur un terrain souvent ingrat aux époques de grands défrichements (garrigue, maquis, taillis…), le matériau de construction (Les matériaux de construction sont des matériaux utilisés dans les secteurs de la construction : bâtiment et travaux publics (souvent désignés...) provient normalement du défonçage et de l'épierrement du lieu. Il s'agit très souvent de calcaire mais on trouve aussi, selon la géologie (La géologie, du grec ancien γη- (gê-, « terre ») et λογος (logos,...) locale, du schiste (Un schiste est une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou « feuillet rocheux ». On dit qu'elle présente une schistosité....), du grès, du granit, ou même du basalte.

Les pierres ramassées à terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus...) rendent ainsi le lieu propre à la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de...) (vigne, oliviers, etc.) ou à l'élevage et sont entassées aux abords du terrain en monticules parfois encore visibles aujourd'hui, que l'occitan désigne sous le terme de " clapas ". Certaines pierres sont sélectionnées et mises à part en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de l'édification de murets de clôture (Une clôture désigne tout obstacle naturel ou fait de la main de l'homme (barrière) et suivant tout ou partie du pourtour d'un terrain afin de matérialiser ses limites ou d'empêcher des personnes ou des...), terrasses, ou abris.

Toutes les pierres destinées à la construction de la cabane ne sont pas laissées à l'état brut : elles peuvent être dégrossies dans un but fonctionnel ou esthétique, mais il ne s'agit pas d'une véritable maçonnerie de pierres taillées.

Sur un sol éventuellement aménagé pour bloquer l'édifice, les murs sont montés en empilant les pierres sans aucun mortier, et une voûte (Une voûte (ou voute) est un élément architectural de couvrement intérieur d'un édifice présentant un intrados. La voûte...) (qui peut parfois commencer dès le sol) est élaborée pour couvrir le tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.).

Différentes techniques très précises et abouties entrent en jeu. Par exemple :

  • Le parement extérieur peut être affecté d'un fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine. Caractéristique des Angiospermes, il succède à la fleur par transformation du pistil. La paroi de l'ovaire forme le péricarpe du fruit et...) permettant au mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.) de résister aux forces qui le poussent vers l'extérieur.
  • Les pierres ne sont pas empilées en " piles d'assiettes " mais en " plein-sur-joint " afin d'éviter une fissure ouvrant le mur et d'assurer la cohésion du tout.
  • Pour augmenter encore la cohésion de l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une...), des pierres sont placées qui traversent toute l'épaisseur du mur (les boutisses parpaignes).
  • La solidité et l'étanchéité (L'étanchéité est le résultat de l'interdiction d'un passage. Ce terme général peut être compris dans de nombreux domaines.) de la construction sont également assurées par la pose de cales, plus fines, entre les grosses pierres forcément toujours un peu irrégulières.
  • L'entrée de la cabane est surmontée par une ou plusieurs grosses dalles horizontales formant (Dans l'intonation, les changements de fréquence fondamentale sont perçus comme des variations de hauteur : plus la fréquence est élevée, plus la hauteur perçue est haute et inversement. Chaque...) linteau ( Un linteau est un élément d'architecture. Patronyme Paul-André Linteau (1946-) est un historien canadien. André Linteau (1910-1966), premier docteur en sylviculture au Québec. ...). Celui-ci est parfois lui-même chapeauté par un arc de décharge qui le soulage d'une partie du poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à...) venant d'en haut.
  • À la place du linteau, certaines entrées possèdent un véritable arc clavé (avec une clef (Au sens propre, la clef ou clé (les deux orthographes sont correctes) est un dispositif amovible permettant d'actionner un mécanisme.) au centre).
  • La voûte est montée selon la technique de l'encorbellement : chaque dalle (ou " lausa " dans l'aire occitane) déborde de la précédente vers l'intérieur et est retenue à l'extérieur par le contrepoids formé notamment par une couverture de dalles choisies.

La cabane de pierre sèche offre peu de confort mais peut, selon le savoir-faire de son constructeur, recevoir quelques aménagements :

  • Quelques rares et étroites fenêtres (les " fenestrons " de l'aire provençale et languedocienne),
  • des niches intérieures,
  • vune banquette de pierre sèche accolée au mur ou solidaire de celui-ci,
  • un porte-manteau sous la forme d'une pierre saillante, etc.

On observe aussi des décorations sur les cabanes les plus sophistiquées : une frise de pierres obliques courant en haut du corps de l'édifice, une couverture conique exagérée sans fonction pratique évidente, voire plus rarement la date de construction gravée sur le linteau ou sous la dalle faîtière (dalle fermant la voûte).

La capitelle est assez souvent accompagnée d'autres constructions liées à l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) du propriétaire : cuve (tine en français local) en pierre sèche aménagée dans le sol ou solidaire de l'abri, enclos, terrasse, puits, siège (dont les prétendus " fauteuils de berger " abrités du vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Il est essentiel...) dominant), four (Un four est une enceinte maçonnée ou un appareil, muni d'un système de chauffage puissant, qui transforme, par la chaleur les produits et les objets. En cuisine, il permet de cuire des...) à chaux, ou encore trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le champ magnétique à petite échelle du Soleil et la géométrie du plasma...) brûlée d'une ancienne charbonnière.

Morphologie

Les cabanes en pierre sèche prennent des formes variées suivant la région, le matériau (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets. C'est donc une matière de base sélectionnée en raison de...), et peut-être l'" école " du bâtisseur :

  • Cabane circulaire, en forme de yourte ou d'igloo (Un igloo (mot inuktitut, signifiant « maison »), ou iglou selon la nouvelle orthographe, est soit un abri construit en blocs de neige (L'igloo de neige, le plus connu) ,...).
  • Cabane cylindrique (avec son toit (Le toit est la structure couvrant la partie supérieure d'un édifice, permettant principalement de protéger son intérieur contre les intempéries et l'humidité.) conique, ou délestée de celui-ci par des pilleurs).
  • Cabane carrée ou rectangulaire.
  • Cabane en obus.
  • Cabane à degrés ou gradins, avec une apparence de ziggourat.
  • Cabane incluse dans un muret ou dans une terrasse.
  • Cabane isolée ou au contraire intégrée dans un ensemble (parfois complexe) d'édifices accolés les uns aux autres.
  • Cabane associée à un escalier (L’escalier est une construction architecturale constituée d'une suite régulière de marches, les degrés, permettant d'accéder à un...) proche ou intégré à l'édifice, etc.

Bâtisseurs

Les cabanes de pierre sèche actuellement debout ne sont pas d'époque préhistorique, ni attribuables aux Gaulois, aux Romains ou aux hommes du Moyen Âge. Elles datent d'une période qui s'étend à peu près du XVIIe siècle au début du XXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois...).

Elles sont l'œuvre de paysans, vignerons, cultivateurs, charbonniers, voire simples ouvriers accédant à la propriété de quelques arpents d'une pauvre terre à défricher. Certains sont devenus des spécialistes connus et sollicités, des sortes de maçons à pierre sèche, et ont pu user de ce savoir-faire comme activité secondaire.

Cette architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) populaire, œuvre de bâtisseurs sans diplôme, n'est pas une architecture improvisée ni approximative. Elle est le témoin d'une maîtrise technique très précise.

Actuellement, en France comme dans d'autres pays d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...), s'affirme de plus en plus la volonté de conserver, restaurer, en un mot sauvegarder ce patrimoine fragile. Des associations, en général issues du monde rural, naissent et mènent une action pédagogique, même en direction des plus jeunes.

Bibliographie

  • Christian Lassure (texte et dessins) et Dominique Repérant (photos), Cabanes en pierre sèche de France. Edisud, Aix-en-Provence, 2004.

Galerie de photos : capitelles historiques

Galerie de photos : constructions récentes

Page générée en 0.146 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique