Pierre Teilhard de Chardin - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.

Pierre Teilhard de Chardin (né à Sarcenat, Puy-de-Dôme / France en 1881 et décédé à New-York / Etats-Unis en 1955) était un jésuite, chercheur, théologien et philosophe français. Il est connu pour ne pas voir d'opposition entre la foi catholique et la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire...). Dans le Phénomène humain, il trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le...), parmi les premiers, une synthèse de l'Histoire de l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) selon l'état des connaissances de son époque et dans une optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement...) à la fois évolutionniste et spiritualiste.

Biographie

Pierre Teilhard de Chardin (Pierre Teilhard de Chardin (né à Sarcenat, Puy-de-Dôme / France en 1881 et décédé à New-York...) est né à Orcines, au château (Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à...) de Sarcenat (Puy-de-Dôme, France) le 1er mai 1881, et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) en 1955 à New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de...).

En 1899 il entre au noviciat jésuite d'Aix-en-Provence. En 1911 il est ordonné prêtre après quatre ans de séminaire théologique en Grande-Bretagne (La Grande-Bretagne (en anglais Great Britain) est une île bordant la côte nord-ouest de...). Il rejoint en 1912 le Muséum (Salle d'exposition du Muséum Provincial (1908) à Toronto (Ontario, Canada) ...) d'histoire naturelle (La démarche d'observation et de description systématique de la nature commence dès...) de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) et y travaille avec Marcellin Boule, paléontologue qui avait étudié le premier squelette (Le squelette est une charpente animale rigide servant de support pour les muscles. Il est à la...) entier d'un Homme de Néandertal (Un homme de Néandertal ou Néandertalien est un représentant fossile du genre Homo...). Entre 1914 et 1919, mobilisé comme brancardier (Les brancardiers sont les personnes chargées du transport des patients ou victimes (malades ou...) au front dans le 8e régiment de marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un...) de tirailleurs marocains (Médaille militaire et Légion d'honneur), il élabore une esquisse (Une esquisse est un dessin tracé rapidement soit comme ébauche pour une œuvre plus...) de sa pensée via son journal et sa correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le...) avec Marguerite Teilhard-Chambon, sa cousine.

En 1916, il publie son premier essai, la Vie Cosmique, et en 1919, Puissance spirituelle de la Matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...), essais qui annoncent son œuvre plus tardive.

De 1922 à 1926, il obtient en Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du...) trois certificats de licence ès sciences naturelles : géologie (La géologie, du grec ancien γη- (gê-, « terre ») et...), botanique (La botanique est la science consacrée à l'étude des végétaux (du grec...) et zoologie (La zoologie (des termes grecs ζoον, zoon, animal, et...), puis soutient sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est...) de doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement...) sur les Mammifères de l'Eocène inférieur français et leurs gisements.

Il effectue un premier voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel...) en Chine en 1923 pour le Muséum d'histoire naturelle de Paris. Dans le désert (Le mot désert désigne aujourd’hui une zone stérile ou peu propice à la...) des Ordos, Teilhard rédige sa Messe sur le Monde. Retour de Chine, enseignant à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) catholique, il se voit démis de ses fonctions suite à un texte portant sur le Péché originel qui cause ses premiers troubles avec le Vatican : l'ordre des Compagnie de Jésus lui demande d'abandonner l'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une...) et de poursuivre ses recherches géologiques en Chine. Il y retourne en 1926 et joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les...), avec le paléoanthropologue allemand Franz Weidenreich, un rôle actif dans la découverte du sinanthrope et son étude scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...). Il participe en 1931 à la croisière jaune (La Croisière Jaune (4 avril 1931 - 12 février 1932) est un raid automobile organisé par André...). Jusqu'à son installation à New York en 1951, Teilhard de Chardin poursuivra une carrière scientifique ponctuée de nombreux voyages d'études : Éthiopie (1928), États-Unis (1930), Inde (1935), Java (1936), Birmanie (1937), Pékin (Pékin (ou Beijing) (?? ; pinyin : B?ij?ng   Écouter la prononciation...) (1939 à 1946), Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles,...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) (1951 & 1953).

Il a été accusé par Stephen Jay Gould d'être le responsable de la fraude de l'homme de Piltdown (L'homme de Piltdown, Homo (Eoanthropus) Dawsoni a été considéré au début du XXe siècle...), rôle qui s'avéra par la suite parfaitement mineur.

Il entre en 1950 à l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche...).

Pierre Teilhard de Chardin meurt le 10 avril 1955, jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de Pâques, à New York. Un an plus tôt, au cours d'un dîner au consulat de France, il confiait à des amis : " j'aimerais mourir le jour de la Résurrection ".

De 1955 à 1976, son œuvre est publiée à titre posthume par Jeanne Mortier dont il a fait son héritière éditoriale quant à son œuvre dit non scientifique. Cette œuvre occupe treize volumes :

  1. - Le Phénomène Humain, (1955)
  2. - L'Apparition de l'Homme, (1956)
  3. - La Vision du Passé, (1957)
  4. - Le Milieu Divin, 1957
  5. - L'Avenir de l'Homme, (1959)
  6. - L'Énergie Humaine, (1962)
  7. - L'Activation de l'Énergie, (1963)
  8. - La Place de l'Homme dans la Nature, (1965)
  9. - Science et Christ, 1965
  10. - Comment je crois, (1969)
  11. - Les Directions de l'Avenir, (1973)
  12. - Écrits du Temps de la Guerre, (1975)
  13. - Le Cœur de la Matière, (1976)

Noosphère, Christ Cosmique et Point (Graphie) Oméga

La théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) de l'évolution de Charles Darwin (Charles Robert Darwin (12 février 1809 – 19 avril 1882) est un...), la géologie de Vernadsky et la théodicée chrétienne sont unifiées par Teilhard de Chardin en une puissante approche holiste du "phénomène humain" qu'il conçoit comme une étape de l'évolution menant au déploiement de la noosphère, laquelle prépare l'avènement de la figure dite du "Christ Cosmique".

Le " point Oméga " est conçu comme le pôle de convergence (Le terme de convergence est utilisé dans de nombreux domaines :) de l'évolution. Le "Christ Cosmique" manifeste l'avènenement d'une ère d'harmonisation des consciences fondé sur le principe de la "coalescence des centres" : chaque centre, ou conscience individuelle, est amené à entrer en collaboration toujours plus étroite avec les consciences avec lesquelles il communique, celles-ci devenant à terme un tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) noosphérique. L'identification non homogénéisante du tout au sujet le percevant entraîne un accroissement de conscience, dont l'Oméga forme en quelque sorte le pôle d'attraction en jeu à l'échelle individuelle autant qu'au plan collectif. La multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire...) des centres comme images relatives de l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) des centres harmonisés participe à l'avènement de la résurrection spirituelle ou théophanie du Christ Cosmique.

Annonçant la planétisation que nous connaissons aujourd'hui, Teilhard développe la notion de noosphère qu'il emprunte à Vernadsky pour conceptualiser une pellicule de pensée enveloppant la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...), formée des communications humaines.

Par ailleurs, en situant la création en un " point Alpha " du temps, l'Homme doit, selon lui, rejoindre Dieu en un " point Oméga " de parfaite spiritualité.

Le terme de " point Oméga " a été repris par le physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la...) américain Frank Tipler, apparemment sans allusion au nom de Teilhard (sans qu'on puisse dire si c'est délibéré, ou par ignorance de son origine, ou plus simplement parce que " cela va de soi ").

Hominisation et humanisation

Teilhard pense également identifier parallèlement à l'évolution biologique une évolution de type moral : l'affection pour la progéniture se rencontre chez les mammifères et non chez les reptiles apparus de façon plus précoce. L'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type »...) humaine, malgré ses accès de violence sporadique, s'efforce de développer des réseaux de solidarité de plus en plus élaborés (Croix-Rouge de Dunant, Sécurité sociale de Bismarck... ) : l'évolution physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) qui a débouché sur l'hominisation se double d'après lui d'une évolution spirituelle qu'il nomme humanisation. Se demandant d'où vient ce surcroît de conscience, il l'attribue à la croissance également de la complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par...) des structures nerveuses : le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...) des mammifères est plus complexe que celui des reptiles, celui des humains plus complexe que celui des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant...).

Évolution et organisation (Une organisation est)

L'évolution se passe ensuite à son avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un...) dans la possibilité des consciences de communiquer les unes avec les autres et de créer de facto une sorte de super-être : en se groupant par la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...), les consciences vont faire le même saut qualitatif que les molécules qui en s'assemblant étaient passées brusquement de l'inerte au vivant.

On remarque que ce super-être est sans rapport aucun avec le surhomme de Nietzsche dans lequel Teilhard ne voit qu'une extrapolation trop simple du passé, et qui ne tient nul compte du phénomène de communication croissante entre les individus (" La chenille qui interroge son futur s'imagine sur-chenille ", résumera Louis Pauwels dans Blumroch l'admirable). Pour Teilhard, ce n'est déjà plus au niveau de ces seuls individus que le processus d'évolution se réalise, et il ose (Les oses (ou monosaccharides) sont les monomères des glucides. Ils ne sont pas hydrolysables....) même à ce sujet une phrase lyrique :

"Rien dans l'univers ne saurait résister à un nombre suffisamment grand d'intelligences groupées et organisées".

Et il y voit non pas Dieu en construction, comme avant lui Ernest Renan et - de façon plus sarcastique - Sigmund Freud (Sigmund Freud (prononciation allemande : ˈsiːkmʊnt...) dans L'Avenir d'une illusion - mais l'humanité qui se rassemble pour rejoindre Dieu, en cet hypothétique point oméga qui représenterait de facto, et sans tristesse aucune, la fin des temps.

Position du Saint-Siège sur les travaux de Teilhard

Les idées de Teilhard semblaient conforter l'idée de " plan divin " souvent évoquée par l'Église (L'église peut être :) depuis saint Augustin (La cité de Dieu). Par ailleurs, l'idée de l'évolution y était alors admise comme possible hypothèse (il faudra attendre le pontificat de Jean-Paul II pour qu'elle soit considérée comme " davantage qu'une hypothèse "). Cependant, le Vatican identifia rapidement un problème grave :

  • L'idée que l'esprit de l'homme (son intelligence et sa volonté libre) puisse apparaître par une simple évolution de la matière est formellement rejetée par le dogme catholique. Par contre, les opinions de Teilhard sur l'origine évolutive du corps de l'homme sont laissées à la libre recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) de la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant....).

Le reste est de l'ordre de la discussion théologique:

  • la sélection naturelle (En biologie, la sélection naturelle est l'un des mécanismes qui guident l'évolution...) s'opère par élimination systématique (En sciences de la vie et en histoire naturelle, la systématique est la science qui a pour...) à chaque génération des individus qui se reproduisent le moins vite par les individus qui se reproduisent le plus vite (quelles qu'en soient les causes).
  • cet écrasement se fait de surcroît dans l'indifférence cruelle qui terrifiait déjà Darwin en son temps et lui avait fait perdre la foi.

La cruauté de la marâtre nature était connue depuis la nuit des temps. En revanche, on l'avait rattachée au classique problème du mal. La considérer au contraire comme faisant partie du plan divin, s'il existait, constituait un total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un...) changement de paradigme.

Cette préparation du bonheur des successeurs par la souffrance des prédécesseurs semblait certes proche des idées admises de rédemption et de communion des saints. Le monde qui en découlait paraissait cependant bien trop écarté des valeurs évangéliques et de l'idée de bonté divine pour être accepté tel quel. Il avait toujours été bien plus commode d'attribuer le mal du monde aux œuvres de Satan et non à un plan voulu par Dieu lui-même.

Le Saint-Siège demanda donc à Teilhard de suspendre ses publications, et inscrivit à l'Index jusqu'à plus ample informé ce qui était déjà imprimé. Il lui était notamment reproché d'appartenir à la franc-maçonnerie [1].

En 1962, un monitum du Saint-Office met en garde contre ses idées hérétiques : " Certaines oeuvres du P. Pierre Teilhard de Chardin, même des oeuvres posthumes, sont publiées et rencontrent une faveur qui n'est pas négligeable. Indépendamment du jugement porté sur ce qui relève des sciences positives, en matières de philosophie et de théologie, il apparaît clairement que les oeuvres ci-dessus rappelées fourmillent de telles ambiguités et même d'erreurs si graves qu'elles offensent la doctrine catholique. Aussi les EEm. et RRv Pères de la Sacrée Congrégation du Saint-Office exhortent tous les. Ordinaires et Supérieurs d'Instituts religieux, les Recteurs de Séminaires et les Présidents d'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) à défendre les esprits, particulièrement ceux des jeunes, contre les dangers des ouvrages du P. Teilhard de Chardin et de ses disciples ".

Perinde ac cadaver (obéissant " comme un cadavre ") étant un principe de base des Jésuites, Teilhard arrêta aussitôt toute publication. Il n'en continua pas moins à rédiger, ce qui ne lui était nullement interdit, et à communiquer ses travaux à son ordre et au Saint-Siège, où ils furent lus, discutés et classés sans anathème ni excommunication de l'intéressé, mais sans grand résultat non plus hormis quelques remerciements polis.

Ses ouvrages furent en fin de compte publiés de façon posthume. Teilhard était mort en 1955.

Ils eurent un certain succès dans les années 1960, puis on commença à oublier un peu ses écrits, même si son nom était cité de temps à autre. Depuis que l'Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services...) a touché le grand public, son concept de noosphère semble redevenir d'actualité (notoriété Google (Google, Inc. est une société fondée le 7 septembre 1998 dans la Silicon Valley en Californie par...) à 5 chiffres).

Il est fait allusion à Teilhard de Chardin dans un certain nombre d'œuvres récentes de toutes sortes, comme par exemple Le Cantos d'Hypérion.

Hommages

On a donné son nom à plusieurs lycées et institutions scolaires, comme le lycée Teilhard-de-Chardin de Saint-Maur-des-Fossés.

Bibliographie

  • Jacques Arnould, Pierre Teilhard de Chardin. Paris : Perrin, 2004. 389 p. dont 8 p. de photographies, 23 cm. (ISBN 2-262-02264-X).
  • Père Gustave Martelet sj, Et si Teilhard disait vrai... Éditions Parole (La parole, c'est du langage incarné. Autrement dit c'est l'acte d'un sujet. Si le langage renvoie...) et Silence, Paris 2006, (ISBN 2-845-734247).
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.656 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique