Bipédie
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

La bipédie est le fait de se mouvoir sur deux membres postérieurs, donc 'debout'. Un animal ou une espèce ne sont bipèdes que s'ils passent autant ou plus de temps à marcher sur deux membres postérieurs que par tout autre moyen. Un animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se...) qui se tient sur ses deux pattes cinq secondes voire une heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure...) par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...) ne sera pas considéré comme un bipède.

L'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère...) est le bipède le plus répandu sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est...). Il a des origines communes avec les singes (dits hominidés comme l'orang-outan (L’orang-outan (Pongo pygmaeus), aussi orthographié orang-outang, est un singe anthropoïde aux longs bras et au pelage roux, parfois brun, classé dans la...), le gorille (Les gorilles (Gorilla) forment le genre le plus grand des primates anthropoïdes. Avec huit autres genres de Singes, ils font partie de la...)...), qui sont également capables de se mouvoir sur leurs deux membres postérieurs.

Le débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions ou opinions divergentes pour le sujet considéré. Un...) sur la bipédie (La bipédie est le fait de se mouvoir sur deux membres postérieurs, donc 'debout'. Un animal ou une espèce ne sont bipèdes que s'ils passent autant ou plus de temps à marcher sur deux...) entre dans le cadre de celui plus large sur le chaînon manquant, le passage d'hominoïde à hominidé - et par antinomie sur ce qui nous différencie des autres animaux. Dans ce contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de...) on oppose généralement bipèdes à quadrupèdes.

La période généralement admise de nos jours pour la séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans plusieurs domaines :) du singe (Un singe (du latin simius, pluriel Simia) est un animal faisant partie du groupe constitué par l'ordre des primates. Parmi les primates, il n'est pas simple de définir à partir de quelle espèce, le terme de singe n'est...) et de l'homme, est celle entre 7 et 5 millions d'années. Peu de fossiles de cette période ont été mis au jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...). La transition a été beaucoup plus rapide (moins d'un-demi million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et...) d'années) qu'on ne l'a pensé pendant longtemps.

Animaux bipèdes

  • Humain;
  • les kangourous;
  • Les oiseaux;
  • Certains dinosaures;
  • Le rat-kangourou;

Origine(s) de la bipédie humaine

Hypothèse de la savane

À ce jour cette théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée...) est encore la plus couramment enseignée et acceptée. On la relie souvent à celle de la Main Outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification...).

L'ancêtre de l'homme aurait appris à marcher parce que la forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces associées. Un boisement de...) reculait au profit de la savane. Mis à part le fait qu'il n'y aurait plus eu d'arbres sur lesquels grimper, la station debout aurait alors eu de multiples avantages :

  • surveillance du territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est...) au-dessus des hautes herbes.
  • meilleure régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est...) du corps. La position debout présente moins de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec...) au soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type...), et plus de surface au vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur...).
  • l'absence de pilosité serait également venue pour aider à la régulation de température (moins de couverture pour le corps)
  • transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des actions...) d'outils et/ou armes, imposé par le nomadisme de la vie (La vie est le nom donné :) de savane (Hypothèse de la Main Outil).

Certains arguments ont été avancés contre cette théorie : si les traits distinctifs des humains viennent de l'adaptation à la savane, on devrait trouver au moins certaines de ces adaptations chez d'autres mammifères de la savane. Cependant, on n'en retrouve aucune parmi ceux-là, même chez les autres descendants d'ancêtres communs, comme les vervets, babouins ou autres. Aucun autre animal de la savane n'a adopté l'apilosité 'pour se rafraîchir': les poils fournissent au contraire une protection contre le soleil. Qui plus est les poils sont essentiels pour les primates quel que soit leur environnement : les jeunes en bas-âge s'accrochent à eux pendant que leur mère vaque à ses occupations.

La bipédie apprise dans les arbres ?

De nombreuses observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la...) corroborent les faits: les chimpanzés (Pan troglodytes), qui passent moins de 3% de leur temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) debout selon une longue étude de Kevin Hunt (publiée en 1994), le font principalement sur les grosses branches dans les arbres même. Il recherchait des exemples de bipédie facultative chez les singes. Son article initia une école de pensée selon laquelle la bipédie peut être apprise dans les arbres. D'autres études ont depuis montré que les orang-outans montrent les mêmes tendances, ainsi que d'autres singes. Les scientifiques indiquent que la vie dans les arbres est propre à développer l'équilibre nécessaire à la bipédie.

Théorie de la Bipédie Initiale

  • Voir article spécifique : Théorie de la bipédie initiale

La bipédie apprise dans l'eau ?

Publiée pour la première fois en 1960 par Sir Alister Hardy FRS, la Théorie du Primate (Les primates (du latin primas, atis signifiant « celui qui occupe la première place ») constituent un ordre au sein des mammifères...) Aquatique a été récemment remise à l'ordre du jour par l'accumulation de plusieurs études et d'évidences (photos, films) de provenances variées, montrant des singes marchant dans l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) de préférence à la nage.

La plupart des particularités de la physiologie (La physiologie (du grec φύσις, phusis, la nature, et λόγος, logos, l'étude, la science) étudie le rôle, le...) humaine seraient courantes chez les mammifères aquatiques bien que très rares chez ceux terrestres. Nos ancêtres auraient donc vécu pendant longtemps en habitat inondé, semi-aquatique – ce qui résoudrait la majeure partie des questions de physiologie humaine restées jusque là sans réponse.

Le début de ces évolutions serait contemporain de la divergence entre les grands singes et les humains.

Toutefois cette hypothèse reste controversée et est loin de faire l'unanimité chez les paléoanthropologues.

Qui est le premier bipède ?

Le squelette (Le squelette est une charpente animale rigide servant de support pour les muscles. Il est à la base de l'evolution des vertébrés. Celui ci leur a fourni un avantage sélectif conséquent suite au besoin d'un...) d'un hominidé âgé de 3,8 à 4 millions d'années vient d'être découvert en Éthiopie. Cela fait de ce dernier le plus ancien connu si l'on exclut Orrorin tugenensis et/ou "Toumaï". Cette découverte a été annoncée par l'équipe du paléontologue américain Bruce Latimer.

Le lieu de la découverte est à 60 km de celui où avait été trouvé en 1974 la célèbre Lucy, dans le nord-est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est est opposé au sud-ouest.) éthiopien. Ce lieu a été inondé il y a 7 millions d'années, devenant la Mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) d'Afar. On a retrouvé avec Lucy des fossiles de crocodiles, de tortues de mer, et de pinces de crabes, le tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) au bord d'une plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique caractérisé par une surface topographique plane, avec...) inondable près de ce qui à l'époque était la côte d'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et...). Les habitants se seraient retrouvés soudainement dans des environnements semi-aquatiques variés: forêts inondées, marais (En géographie, un marais est un type de formation paysagère, au relief peu accidenté, où le sol est recouvert, en permanence ou par intermittence, d'une...), mangroves, lagons, ...

Plus tard leurs descendants, ayant acquis des caractéristiques adaptées à la vie aquatique, seraient retournés sur le continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme...) et auraient remonté le Nil vers le sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.). On a trouvé plus au sud des fossiles d'autres Australopithèques, plus récents et presque toujours près de milieux aquatiques.

D'un autre côté, Richmond et Détroit affirment prouver que Lucy était encore quadrupède (La classification de quadrupède concerne toutes les espèces d’animaux qui marchent à quatre pattes. La majorité des types d’animaux ambulatoires sont des...):

"Ici nous apportons la preuve que des fossiles attribués à Australopithecus anamensis (KNM-ER 20419) et Australopithecus afarensis (AL-288-1 ou Lucy) conservent une morphologie spécialisée du poignet associée à une forme de quadrupédie. La morphologie distale du radius diffère de celle des derniers hominiens et des primates anthropoïdes non "quadrupèdes", suggérant que la quadrupédie avec appui sur les jointures est une particularité dérivée (La dérivée d'une fonction est le moyen de déterminer combien cette fonction varie quand la quantité dont elle dépend, son argument, change. Plus...) des grands singes Africains et du clade humain. Ceci enlève les arguments morphologiques pour l'existence d'un clade chimpanzés-gorille, et suggère que des hominiens bipèdes se sont développés à partir d'un ancêtre marchant "à quatre pattes" et qui était déjà en partie terrestre." (B. G. Richmond et D. S. Détroit, "Une preuve que l'homme provient d'un ancêtre "quadrupède", citation) .

Dans le même journal ayant publié cet article, Collard & Aiello (2000) discutent ces résultats. Le dilemme est le suivant:

  • A. afarensis aurait pu avoir des vestiges de marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes, en position debout et en ayant...) sur les jointures (des membres antérieurs) tout en étant déjà devenu bipède. Mais des recherches récentes ont montré qu'on ne pouvait pas accorder autant de crédit qu'on le pensait aux inférences philogénétiques tirées des fossiles. D'autres rappelent que les os sont relativement plastiques au cours d'une vie. On ne s'explique pas non plus que Australopithecus africanus, un descendant possible de Australopithecus afarensis, ait perdu ce trait si celui-ci était philogénétique. Il semble donc bien que Lucy marchait sur les jointures.

Pourtant elle montre aussi la déformation du radius impliquée par la bipédie, ainsi que d'autres traits dans le même sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution...).

Curiosités

Dans des circonstances exceptionnelles, certains animaux quadrupèdes peuvent aussi devenir bipèdes, ici un chien (Le chien (Canis lupus familiaris) est un mammifère domestique de la famille des canidés, proche du loup et du renard. Autrefois regroupé dans une espèce...).

Un robot (Un robot est un dispositif mécatronique (alliant mécanique, électronique et informatique) accomplissant automatiquement soit des tâches qui sont généralement...) bipède français, Rabbit, a été conçu spécialement pour l'étude de la marche et la course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.).

Le suricate, certains chiens de prairie américains, peuvent se tenir debout de manière prolongée... Le lézard (Les lézards sont des petits reptiles de l'ordre des Squamates. Ils partagent le fait d'avoir quatre pattes, des oreilles à tympan apparent sans conduit auditif externe, le corps recouvert d'écailles et la mue. Toutes les espèces...) Jesus-Christ ou basilic (Basiliscus plumifrons), est même capable de courir sur l' eau ! (de courtes distances). Video :]

Sources

  • Wading for Food: The Driving Force of the Evolution of Bipedalism?, Algis Kuliukas MSc (En France un MSc est un diplôme d’enseignement supérieur accrédité par la Conférence des grandes écoles.) (Human Evolution & Behaviour, UCL, 2001). Article soumis à Nutrition (La nutrition (du latin nutrire : nourrir) désigne les processus par lesquels un être vivant transforme des aliments pour assurer son fonctionnement. La nutrition est également une...) and Health, Aout 2002. Abstract. (site en anglais)
  • New Insights into Chimpanzees, Tools, and Termites from the Congo Basin, ('Nouveaux horizons (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre position ou situation. Ce concept simple se décline en...) sur les chimpanzés, Outils et Termites dans le Bassin du Congo'), par Crickette Sanz, Dave Morgan and Steve Gulick. Am. Nat. 2004. Vol. 164, pp. 567-581. © 2004, University of Chicago (Chicago est une mégapole des États-Unis, située dans la partie nord du Middle West, à 1 280 kilomètres à l'ouest de New York et à plus de 3 200 kilomètres au...). (site en anglais sur les primates utilisant des outils)
  • Mutants : On Genetic Variety and the Human Body ('Mutants: sur la variété génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) et le corps humain (Le corps humain est la structure physique d'une personne.)), par Armand Marie Leroi. (livre en anglais sur les mutations, et la rapidité avec laquelle elles peuvent se produire (et une race évoluer))
Page générée en 0.019 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique