Infini - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

En théologie

En Inde, dès l'antiquité, la religion jaïniste considérait le monde comme infini.

Les religions monothéistes induisent généralement la notion d'infinité (ou plus précisément les notions d'éternité et de transcendance), même si elle est moins formalisée que la notion mathématique (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...) correspondante.

Une des premières manifestations de cette notion remonte à l'Égypte ancienne, au temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) d'Akhénaton, autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) du culte du dieu Aton.

Depuis les années cinquante les toitures de certaines églises modernes sont en forme de paraboloïde (En mathématiques, un paraboloïde est une surface du second degré de l'espace euclidien. Il fait...) hyperbolique de sorte que leurs lignes semblent converger vers un point (Graphie) à l'infini (Le mot « infini » (-e, -s ; du latin finitus,...). C'est le cas de l'église (L'église peut être :) Saint-Thibaut au Pecq. Dans la plaquette éditée par "l'association des Amis de Saint Thibaut" en mai 1965 un chapitre s'intitule: "Que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) s'élève vers l'infini" il y est écrit: "...L'arêtier-poursuit l'exposé du parti-est une hyperbole et nous avons déterminé cette courbe de sorte que l'assemblée ne puisse en voir l'extrémité. Nous pensons que cette particularité contribuera à suggérer l'élan vers l'infini. Telles étaient les idées des architectes" et on lit en légende du tracé schématique de la toiture: "Tracé schématique de la forme de l'église, montrant comment on a pu construire les paraboloïdes hyperboliques à partir d'éléments rectilignes. Les quatre voiles de bois se rejoignent à leur pointe, déterminant une convergence (Le terme de convergence est utilisé dans de nombreux domaines :) vers l'infini....

Dans les exemples qui précèdent, l'idée de transcendance est associée à une notion d'espace ou de temps infini. A l'époque moderne Cantor l'associa aussi, semble-t-il, à l'infinité numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information...), considérant que ses travaux sur les nombres cardinaux et ordinaux avaient des implications théologiques.

En physique

Au début du XXe siècle, la physique se trouvait dans l'impossibilité d'expliquer divers phénomènes, dont le fait qu'un corps noir (En physique, un corps noir désigne un objet idéal dont le spectre électromagnétique ne dépend...) à l'équilibre thermodynamique (On peut définir la thermodynamique de deux façons simples : la science de la chaleur...) est censé rayonner un flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments...) infini (voir catastrophe (Une catastrophe est un événement brutal, d'origine naturelle ou humaine, ayant généralement la...) ultraviolette). Ce problème fut résolu par l'introduction des quanta par Planck, ce qui forme la base de la physique quantique (La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques...).

Dans le cadre de la relativité générale (La relativité générale, fondée sur le principe de covariance générale...), le Big Bang (Le Big Bang est l’époque dense et chaude qu’a connu l’univers il y a...) conduit, dans son interprétation naïve, à l'apparition de valeurs infinies (on parle aussi de singularités) à l'origine des temps, apportant ainsi la preuve que nos connaissances physiques actuelles ne sont pas capables de décrire cette époque lointaine de l'histoire (Les Histoires ou l'Enquête (en grec ancien...) de l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.).

Dans plusieurs branches de la physique, comme la théorie quantique des champs (La théorie quantique des champs (QFT, abréviation du terme anglais Quantum field theory)...) ou la physique statistique (La physique statistique a pour but d'expliquer le comportement et l'évolution de systèmes...), les chercheurs ont pu éliminer les divergences indésirables de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) à l'aide de techniques mathématiques de renormalisation (En théorie quantique des champs (ou QFT), en mécanique statistique des champs, dans la...). Ces techniques n'ont pu être appliquées pour l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas...) à la théorie de la gravitation (La gravitation est le phénomène d'interaction physique qui cause l'attraction...).

Histoire

Usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) et opérabilité des quantités infinies

L'infini potentiel chez les anciens

Les mathématiciens ont de tout temps utilisé l'appartenance et l'inclusion mais ont eu les plus grandes difficultés à formuler au moyen de ces relations des théorèmes sur les nombres et les grandeurs. C'est ainsi qu'Euclide (Euclide, en grec ancien Εὐκλείδης...), au lieu de dire « l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) des nombres premiers est infini », dit « pour toute quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) de nombres premiers, il y en a un plus grand ». De même, Aristote (Aristote (en grec ancien...) se refuse à considérer qu'une ligne droite est « composée de points ».

Galilée (Galilée ou Galileo Galilei (né à Pise le 15 février 1564 et mort à Arcetri près de Florence,...) remarque qu'il y a une correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le...) biunivoque entre les nombres et leurs carrés, d'où il déduit que l'assertion (Dans la langue française, le mot assertion (n,f) représente une vérité absolue : il...) commune « le tout est plus grand que la partie » ne se vérifie pas lorsqu'on parle de quantités infinies. Cependant, loin d'y trouver une motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son...) pour l'étude des ensembles infinis, il y voit la preuve du caractère non opérationnel de tels ensembles, position approuvée plus de deux siècles plus tard par Cauchy. Ainsi donc, jusqu'assez avant dans l'époque moderne, les mathématiciens s'interdisaient d' utiliser directement les ensembles infinis et préféraient raisonner « en compréhension » sur les propriétés de leurs éléments. Ils se contentaient alors de la possibilité d'augmenter toute grandeur donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire,...), ou de la diminuer s'il s'agit d'une grandeur continue.

Ceci n'empêcha pas la naissance du calcul infinitésimal (Le calcul infinitésimal (ou calcul différentiel et intégral) est une branche des mathématiques,...), ainsi la phrase « pour tout ε>0 il existe n0 tel que n≥n0 implique |un - L| < ε » s'abrège en \lim_{x \to +\infty}u_n =L \,\! ou «  un tend vers L quand n tend vers l'infini », donc, ainsi que le reconnaît Bourbaki, cette position avait permis des développements importants tout en posant des garde-fous.

L'infini potentiel chez les constructivistes modernes

Issu de la « crise des fondements » du début du XXe siècle, le courant intuitionniste promu par Brouwer, rejette les méthodes de la logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος),...) classique, censée ne pas s'appliquer en tout cas aux objets infinis. Aujourd'hui ce terme d'intuitionniste s'applique à une axiomatisation bien précise de la logique sans tiers exclu. Une forme de philosophie mathématique qui se revendique volontiers de celle de Brouwer est celle du courant constructiviste, dont un représentant notoire, Roger Apéry a ainsi exposé la conception de l'infini :

S'il extrapole la réalité, le mathématicien constructif refuse les hypothèses fantastiques des platoniciens ; en effet (......) il constate que la mathématique se déroule dans le temps. (.......) son immortalité lui permet d'atteindre des nombres aussi grands qu'il veut, mais pas de définir tous les nombres ; il croit à l'infini potentiel, pas à l'infini actuel.

On voit d'après ce texte que pour les constructivistes, contrairement au point de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) majoritaire qui considère des ensembles dont les parties sont données simultanément, les mathématiques ont pour objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...) des processus, dont les étapes se construisent séquentiellement ; car pour eux il s'agit bien d'une activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) humaine ; « il n'y a pas de mathématiques sans mathématicien » dit Apéry.

L'infini actuel et le temps

Au Moyen Âge, saint Bonaventure avait affirmé que d'un pur point de vue logique — indépendamment de ce que disait la Bible — il était impossible que le monde (Le mot monde peut désigner :) ait toujours existé ; Thomas d'Aquin réfuta cette assertion par un raisonnement formel, rien en l'absence d'information ne permettant d'exclure a priori une éternité actuellement achevée.

Un sophisme célèbre, imaginé par le créationniste américain W.L. Craig d'après une parabole (La parabole est l'intersection d'un plan avec un cône lorsque le plan est parallèle à l'une des...) de Bertrand Russell (Bertrand Arthur William Russell (18 mai 1872, Trellech, Monmouthshire -...) dont le but était autre, prétend démontrer l'impossibilité d'une durée infinie achevée, et donc prouver que le monde a eu un commencement, par l'histoire de Tristram Shandy, lequel écrit son autobiographie au rythme d'un an d'écriture par journée vécue, et a fait cela toutes les années du passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...). Si donc le temps n'a jamais commencé, quel jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de sa vie (La vie est le nom donné :) Tristram Shandy est-il en train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de...) de commenter cette année ? Aucun jour du passé ne conviendrait, donc il est impossible que le temps n'ait pas une origine.

La supercherie est évidente pour qui connaît les coordonnées cartésiennes et les histoires de trains qui se rattrapent: le scénario comporte une contradiction ; Tristram Shandy qui écrit 365,25 fois moins vite que l'horloge a nécessairement commencé son autobiographie quelque jour, ce qui invalide l'argument.

Dans l'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui...) populaire

Dans l'expression populaire, l'adjectif « infinies » est parfois employé pour qualifier de très vastes étendues ou de très grandes quantités.

Remarquons que même finis, les très grands nombres peuvent être difficiles à concevoir. Ainsi les suites de Goodstein sont des suites définies très simplement qui donnent lieu à des nombres qui dépassent l'entendement, bien qu'ils soient encore considérablement plus petits que ceux engendrés par le castor affairé.

Certains auteurs modernes se sont inspirés du passage biblique de la Tour de Babel pour assimiler « le ciel » à un but infiniment éloigné..

Les notations

Le symbole qui revient fréquemment en analyse a été employé pour la première fois en 1655 par John Wallis, dans son ouvrage De sectionibus conicis, puis peu après dans l'Arithmetica Infinitorum :

esto enim ∞ nota numeri infiniti.

Trois hypothèses existent quant à l'origine de ce choix. La plus communément admise est qu'il s'agit d'une évolution du chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) désignant '1000' dans la numération (La numération désigne le mode de représentation des nombres. Aussi, elle concerne...) romaine : successivement Ⓧ, puis CIƆ, avant de devenir M. L'évolution graphique du deuxième symbole aurait donné \infin. Parallèlement on note l'emploi du mot latin mille au pluriel pour désigner un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) arbitrairement grand et inconnu. On notera l’expression française encore utilisée aujourd’hui « des mille et des cents » rappelant cet usage. Le symbole actuel serait donc simplement l’évolution de la ligature minuscule cıɔ en écriture manuscrite onciale.

Une hypothèse concurrente est que le symbole serait issu de la lettre grecque ω, dernière lettre de l'alphabet grec, et métaphore courante pour désigner l'extrémité finale (comme dans l'expression l'alpha et l'oméga). Depuis Georg Cantor (Georg Ferdinand Ludwig Philip Cantor (3 mars 1845, Saint-Pétersbourg –...) on utilise d'ailleurs des lettres grecques pour désigner les nombres ordinaux infinis. Le plus petit ordinal infini, qui correspond au bon ordre usuel sur les entiers naturels, est noté ω.

Enfin, Georges Ifrah, dans son encyclopédie « L'histoire universelle des chiffres », explique que la graphie de l'infini remonte à la civilisation indienne, et plus particulièrement à la mythologie indienne. L'Ananta, (terme sanskrit qui signifie infini) le « serpent infini » du dieu Vishnu, est représenté enroulé sur lui-même à la manière d'un « huit renversé ».

Page générée en 0.066 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique