France (paquebot) - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

France
SS France Hong Kong 74.jpg

Autres noms France (1960)
Norway (1979)
Blue Lady (2006)
Type Paquebot transatlantique (Un transatlantique est un paquebot liner destiné à la traversée de l'océan Atlantique,...)
Histoire
Quille posée 7 octobre 1957
Lancement 11 mai 1960
Mise en service 19 janvier 1962
Statut Démoli en 2009
Caractéristiques techniques
Longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus...) 315,66 m (hors-tout)
299,25 m (flottaison)
290,00 m (entre perp.)
Maître-bau 33,70 m
Tirant d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les...) 10,48 m
Tirant d'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et...) 66,90 m
Déplacement ( En géométrie, un déplacement est une similitude qui conserve les distances et les angles...) 57 607 t
Port en lourd 13 960 tpl
Tonnage 66 348 tjb
Propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant....) 4 hélices fixes, ∅5,8 m
4 groupes CEM-Parsons
Puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) 160 000 ch
Vitesse (On distingue :) 31 nœuds
Ponts 12
Autres caractéristiques
Passagers 2 032
Équipage 1 100
Chantier naval (Naval est une municipalité de la province de Biliran sur l'île de Biliran aux Philippines.) Chantiers de l'Atlantique
Armateur Norwegian (Norwegian ou Norwegian Air Shuttle est une compagnie aérienne norvégienne, à bas...) Cruise Line
Affréteur Star Cruises
Pavillon Bahamas (Les Bahamas, ou le Commonwealth des Bahamas pour les usages officiels, sont un pays anglophone, qui...)
Coût 420 millions de FF (1962)

Le France, (rebaptisé Norway en 1979, puis Blue Lady en 2006), était un paquebot (Un paquebot est un navire spécialisé dans le transport de passagers. Le nom vient de...) transatlantique construit aux chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire où il fut mis à l'eau, le 11 mai 1960, en présence du président de la République française le général de Gaulle.

Son port d'attache était alors au Havre et il est mis en service en janvier 1962 pour le compte de la Compagnie Générale Transatlantique. Luxueusement meublé, le paquebot a été décoré par plusieurs peintres de l'École de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) et notamment par Louis Vuillermoz.

Il assura des traversées transatlantiques et quelques croisières autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) du monde (Le mot monde peut désigner :) jusqu'en 1974, où il fut désarmé pour raisons économiques. Revendu à un armateur norvégien en 1979 et rebaptisé Norway, il assura alors, après plusieurs transformations, des croisières en mer des Caraïbes (La mer des Caraïbes, ou mer des Antilles, est une mer de l'océan Atlantique, située à l'est de...). Revendu à un ferrailleur, il fut rebaptisé Blue Lady en 2006 et la démolition prit fin en 2009 en Inde, sur le chantier d'Alang. Il aura fallu environ deux ans pour démolir le paquebot.

Construction

Le navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu...) est conçu pour être le plus long paquebot à son époque. Ceci se justifie par la volonté d'atteindre la vitesse de 31 nœuds, permettant de traverser l'Atlantique en cinq jours et de rentabiliser le navire.

Construction de la coque

Le France est construit aux Chantiers de l'Atlantique ; la première tôle de la quille est posée le 7 octobre 1957 sur la cale no 1 de Penhoët à Saint-Nazaire, là où avait été construit le Normandie. Les services techniques du chantier s'étaient intéressés dès 1935 à la construction d'un « petit frère » du Normandie, appelé Bretagne, mais la guerre avait empêché ce projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...).

Le chantier emploie 1 300 ouvriers à la construction de la coque sous la supervision d'Alfred Lafont qui contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) la conception et l'exécution du projet, Antoine Barthélémy (ingénieur du génie maritime) et Jean-Paul Ricard, ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature...) en chef de la partie technique. La construction durera quatre ans. 7 500 plans sont nécessaires à la construction, dont 3 295 pour la machinerie, ce à quoi s'ajoutent 42 000 croquis de préfabrication.

Les pièces proviennent de différents endroits : le gouvernail (Le gouvernail est une partie mobile d'un bateau, ou d'un avion.) est construit par les Chantiers de la Ciotat ; les arbres d'hélice (Hélice est issu d'un mot grec helix signifiant « spirale ». Un objet en forme...) le sont aux Ateliers du Creusot ; la mèche (Le mot mèche désigne :) de safran est fabriquée aux Usines Saint-Jacques à Montluçon. Le France renferme 46 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...) de conduits de ventilation, 100 km de tuyaux d'acier (L’acier est un alliage métallique utilisé dans les domaines de la construction...) et 160 en cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre...).

La quille est entièrement posée à la mi-janvier 1958. Les éléments suivants sont préfabriqués en « bloc », ce qui est depuis devenu la norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un...), chaque bloc pesant entre 30 et 80 tonnes. Les blocs sont ensuite assemblés sur la quille, puis les uns sur les autres. 6 000 tonnes de tôles sont assemblés en octobre, l'étambot (L’étambot est la partie arrière d'un navire, anciennement appelée poupe. On l'appelle...) prend place le 19 décembre ; 20 000 tonnes sont assemblées fin 1959. Le 24 novembre de cette année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...), le dernier élément de 31 tonnes est assemblé. L'assemblage est rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie)...) plus compliqué par la dilatation (La dilatation est l'expansion du volume d'un corps occasionné par son réchauffement,...) due à la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent :...) pendant la journée, et à l'inclinaison (En mécanique céleste, l'inclinaison est un élément orbital d'un corps en orbite autour d'un...) de la cale de lancement obligeant à corriger les angles. La peinture de la coque commence en mars 1960 et le mât-radar de 30 mètres est posé le 3 mai.

Lancement

Le lancement a lieu le mercredi 11 mai 1960, devant une centaine de milliers de spectateurs, pour certains venus par des trains et avions spécialement affrétés pour l'occasion. Après les discours de bienvenue, le navire est béni par Mgr. Villepelet, évêque de Nantes, à 15 h 50. Sous la coque, des ouvriers s'activent pour enlever les dernières cales, accores et tôles qui retiennent le navire. Sur le pont (Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours...), le commandant Henri Le Huédé assure la manœuvre.

Le navire est lancé à 16 h 15, une demi-heure avant la pleine mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) afin de profiter du courant de flot (le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) a été choisi car il correspondait à un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de la première marée (La marée est le mouvement montant (flux ou flot) puis descendant (reflux ou jusant) des eaux...) avec une amplitude (Dans cette simple équation d’onde :) suffisante). Sa marraine, Yvonne de Gaulle, épouse du général, coupe le ruban qui retient la bouteille de champagne, et le France glisse sur les rampes de bois puis pénètre dans l'eau à 33 km/h. Sept minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un...) plus tard, six remorqueurs le prennent en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) et l'amènent vers la forme Joubert, à partir d'où quatre des remorqueurs l'amènent ensuite au quai de Penhoët. À 16 h 30, le Général de Gaulle prononce un discours, qui s'achève par « Et maintenant, que France s'achève et s'en aille vers l'Océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau...) pour y voguer et servir ! Vive le France, vive la France ! »

Finitions

Dans la forme Joubert débute l'installation de divers équipements, en commençant par le gouvernail de 74 tonnes et sa mèche de 29 tonnes, ainsi que les quatre arbres d'hélice de 53 tonnes chacun le 18 juillet 1960. Cela continue avec les grands locaux, le cloisonnement des ponts, les installations électriques et la ventilation.

La construction des cheminées s'achève le 11 mars 1961 par la pose des ailerons caractéristiques. Ces ailerons sont conçus pour éviter que la fumée (La fumée, parfois appelée boucane en Amérique du Nord, est un nuage de particules...) ne se rabatte sur le pont ; l'autre solution pour éviter les retombées de suie consistait à avoir des cheminées cylindriques, hautes et étroites, ce qui ne correspondait pas avec l'esthétique du France. Les ailerons ont été conçus pour évacuer la fumée par les côtés et ont été testés en soufflerie à Poitiers. Au final, les cheminées pèsent 40 tonnes dont 19 pour les ailerons et 2 pour le chapeau ; elles mesurent 15,6 mètres de haut, 19,8 de long à la base pour 9,5 de large ; l'envergure (L'envergure est la distance entre les extrémités des ailes. Le terme est valable pour...) des ailerons est de 19 mètres.

En juillet 1961, le France rentre une dernière fois en cale sèche. Les hélices fabriquées par des fonderies marseillaises y sont installées. Les hélices bâbord sont en laiton et pèsent 27 tonnes ; celles de tribord sont en alliage (Un alliage est une combinaison d'un métal avec un ou plusieurs autres éléments...) et pèsent 25,4 tonnes ; toutes quatre mesurent 5,8 mètres de diamètre (Dans un cercle ou une sphère, le diamètre est un segment de droite passant par le centre...) et ont été testées au Bassin d'essais des carènes de Paris. La décoration intérieure est finie, et le 11 novembre 1961, les 8 000 ouvriers des Chantiers de l'Atlantique montent à bord pour admirer leur travail terminé. Le 19 novembre à 14 heures (L'heure est une unité de mesure  :), le France quitte Saint-Nazaire pour le Havre, son port d'attache. Il effectue ses essais en mer près de Belle-Île, commandé par le commandant Croisile.

Innovations techniques

Le France comportait un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) d'innovations technologiques, notamment par rapport aux paquebots de la génération précédente. Il dispose de superstructures en alliage léger d'aluminium (L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13....) et d'une coque presque entièrement soudée lui permettant d'avoir un tirant d'eau relativement faible, 10,48 m à pleine charge. Son déplacement est de 25 % inférieur à celui du Normandie bien qu'ayant des dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce...) semblables. Ceci lui permet d'atteindre la vitesse de 31 nœuds.

Sa chaudière (Une chaudière est un appareil (voire une installation industrielle, selon sa puissance),...) est également d'un type nouveau, de grande puissance, à haute pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée...) (65 bars) et haute température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et...) (500°C), permettant un meilleur rendement. Ainsi, le France ne possède que huit chaudières, contre 29 pour le Normandie (fonctionnant à 28 bar et 350°C), permettant une économie de carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme...) estimée alors entre 40 et 50 %.

Une innovation étonnante pour l'époque consiste en quatre ailerons stabilisateurs de roulis, fabriqués par la société Provence de Constructions Navales et Industrielles. Ils sont groupés par paire (On dit qu'un ensemble E est une paire lorsqu'il est formé de deux éléments distincts...) de chaque côté, fixés au niveau du bouchain ; lorsqu'ils ne sont pas utilisés, ils sont rentrés dans un caisson aménagé sur la coque. Les ailerons comprennent deux volets oscillant permettant d'ajuster finement la force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un...) anti-roulis.

Chaque cabine (Sur un bateau, une cabine désigne une pièce d'habitation pour une ou plusieurs personnes. Une...) passager et équipage dispose également de l'air conditionné, alimenté par 102 conditionneurs Westinghouse, ce qui était considéré comme un luxe à l'époque.

Page générée en 0.009 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique