Galilée (savant) - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Galileo Galilei
Galilée (savant)
Naissance 15 février 1564
Pise (Italie)
Décès 8 janvier 1642 (à 77 ans)
Arcetri près de Florence (Florence (en italien Firenze) est une ville d'Italie, capitale de la région de Toscane et...) (Italie)
Domicile Grand-duché de Toscane
Nationalité Italien
Champs Astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer...), mathématiques, physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...)
Institution Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Pise
Université de Padoue (L'Université de Padoue (en italien, Università degli studi di Padova) est une...)
Célèbre pour Astronomie, cinématique (En physique, la cinématique est la discipline de la mécanique qui étudie le...), dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il...), héliocentrisme (L'héliocentrisme est une théorie physique qui place le Soleil au centre de l'Univers, ou...), lunette astronomique (Une lunette astronomique est un instrument optique qui permet d'augmenter la taille apparente et la...)
Signature
Galileo Signature.svg

Galilée, en italien : Galileo Galilei, est un physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la...) et astronome (Un astronome est un scientifique spécialisé dans l'étude de l'astronomie.) italien du XVIIe siècle, né à Pise le 15 février 1564 et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) à Arcetri près de Florence, le 8 janvier 1642. Il est célèbre pour avoir jeté les fondements des sciences mécaniques ainsi que pour sa défense opiniâtre de la conception copernicienne de l'univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.).

Ses réalisations comprennent le perfectionnement de la lunette astronomique dont l'invention proviendrait de l'amélioration de la longue-vue conçue par l'opticien hollandais Hans Lippershey en 1608, ainsi qu'une amélioration notable au niveau des observations astronomiques comme la possibilité, par exemple, de confirmer les phases de Vénus. Dans le domaine des mathématiques et de la physique, il a surtout contribué à faire avancer les connaissances relatives à la cinématique et la dynamique.

Ardent défenseur du système de Nicolas Copernic (Nicolas Copernic (polonais : Mikołaj Kopernik, allemand : Nikolaus Kopernikus,...) (héliocentrisme), il s'est heurté à de vives critiques émanant des partisans du géocentrisme (Le géocentrisme est un modèle physique ancien et erroné selon lequel la Terre se...) ainsi qu'à celles de l'Église (L'église peut être :) catholique romaine. Il est considéré comme le père de l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) astronomique et de la physique moderne.

Les premières années

Galileo (Galileo est le nom du futur système de positionnement par satellites européen, en test depuis...) Galileii, fils de Vincenzo Galilei et de Giulia Ammannati di Pescia, l'aîné de leurs sept enfants. La famille appartient à la petite noblesse et gagne sa vie (La vie est le nom donné :) dans le commerce. Vincenzo Galilei, son père, est luthier, musicien, chanteur, et auteur en 1581 d'un Dialogue de la musique moderne. Il participe à des controverses sur la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) musicale.

L'enfance

Galilée fait preuve très tôt d'une grande habileté manuelle et d'un bon sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) de l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...). Enfant, il s'amuse (Amuse est un préparateur automobile tout comme HKS ou Blitz, qui prépare des voitures.) à réaliser les maquettes de machines qu'il a aperçues.

Il est éduqué chez ses parents jusqu'à l'âge de 10 ans. Ceux-ci déménagent alors à Florence et le confient à un prêtre du voisinage (La notion de voisinage correspond à une approche axiomatique équivalente à celle de la...), Jacopo Borghini, pendant deux ans. Par la suite, Galilée entre au couvent (Un couvent est un établissement religieux, généralement chrétien, où des...) de Santa Maria de Vallombrosa et y reçoit une éducation religieuse. Poussé au noviciat par ses maîtres, il ne poursuit pas sa carrière ecclésiastique très longtemps : son père, profitant d'une maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) des yeux de son fils, le ramène à Florence en 1579.

Deux ans plus tard, Vincenzo Galilei l'inscrit à l'université de Pise où il suit des cours de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) (sur les traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de...) d'un de ses glorieux ancêtres, le magister (maître) Galilaeus de Galilaeis), (1370 - ~1450), mais sans y porter de l'intérêt. Il revient à Florence en 1585 sans avoir fini ses études ni obtenu son diplôme (Le diplôme (grec ancien :δίπλωµα, diploma...).

La découverte de sa vocation

Galileo Galilei par Domenico Robusti en 1605.

Dès 1583, Galilée est initié aux mathématiques par Ostilio Ricci (Ostilio Ricci (* 1540 ; † 1603) est un mathématicien et architecte italien.), un ami de la famille, élève de Tartaglia. Bien que Ricci soit un savant peu renommé, il a l'habitude, rare à l'époque, de lier la théorie à la pratique par l'expérience.

À l'âge de dix-neuf ans il découvrit, en chronométrant à l'aide de son pouls (Le pouls est la perception du flux sanguin pulsé par le cœur par la palpation d'une...) les oscillations d'un lustre de la cathédrale (Une cathédrale est, à l'origine, une église chrétienne où se trouve le...) de Pise, les lois du pendulaire (Se dit d'un ULM ou d'un PULMA qui se pilote par déplacement du centre de gravité.) et trouva ainsi cette formule :

T=2\pi\left( \sqrt\frac{l}{g} \right)

Toutefois, ce ne fut qu'à la fin de sa vie, dans un ouvrage publié en 1638, qu'il exposa cette découverte.

Ébloui par l'œuvre d'Euclide (Euclide, en grec ancien Εὐκλείδης...), n'ayant aucun goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) pour la médecine et encore moins pour les disputes scolastiques et la philosophie aristotélicienne, Galilée réoriente ses études vers les mathématiques. Dès lors, il se réclame de Pythagore (Pythagore (en grec ancien Πυθαγόρας /...), de Platon (Platon (en grec ancien Πλάτων / Plátôn),...) et d'Archimède (Archimède de Syracuse (en grec ancien :...) et contre l'aristotélisme. Encore étudiant, il découvre la loi de l'isochronisme des pendules, première étape de ce qui sera la découverte d'une nouvelle science : la mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes...). Dans le courant humaniste, il rédige aussi un pamphlet féroce sur le professorat de son temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...). Toute sa vie, Galilée refuse d'être comparé aux professeurs de son époque, ce qui lui vaudra d'avoir de nombreux ennemis.

Deux ans plus tard, il est de retour à Florence sans diplôme, mais avec de grandes connaissances et une grande curiosité scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...).

De Florence à Pise (1585-1592)

Le Pendule pesant (On appelle pendule pesant tout solide mobile autour d'un axe (en principe horizontal) ne passant...) de Galilée à la Cathédrale (Duomo) de Pise.

Galilée commence par démontrer plusieurs théorèmes sur le centre de gravité (Le centre de gravité est le point d'application de la résultante des forces de...) de certains solides dans son Theoremata circa centrum gravitatis solidum et entreprend en 1586 de reconstituer la balance hydrostatique d'Archimède ou Bilancetta. En même temps, il poursuit ses études sur les oscillations du pendule (Le mot pendule (nom masculin) nous vient d'Huygens et du latin pendere. Il s'agit donc à l'origine...) pesant et invente le pulsomètre. Cet appareil permettait d'aider à la mesure du pouls et fournissait un étalon de temps, qui n'existait pas à l'époque. Il débute aussi ses études sur la chute des corps.

En 1588, il est invité par l'Accademia Fiorentina (Académie florentine) à présenter deux leçons sur la forme, le lieu et la dimension de l'Enfer de Dante (DANTE (Delivery of Advanced Network Technology to Europe) est une organisation à but non...).

Parallèlement à ses activités, il cherche un emploi de professeur dans une université, il rencontre alors, entre autres grands personnages, le père jésuite Christophorus Clavius, sommité des mathématiques au Collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même...) pontifical. Il rencontre aussi le mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute...) Guidobaldo del Monte. Ce dernier recommande Galilée au grand-duc Ferdinand Ier de Toscane, qui le nomme à la chaire de mathématique (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...) de l'Université de Pise pour 60 écus d'or par an, une misère. Sa leçon (La leçon est un terme qui revêt diverses significations dans le domaine de l'enseignement.) inaugurale a lieu le 12 novembre 1589.

En 1590 et 1591, il découvre la cycloïde (La cycloïde droite, aussi appelée roue d'Aristote ou roulette de Pascal, est une courbe plane...) et s'en sert pour dessiner des arches de ponts.

Il expérimente également sur la chute des corps et rédige son premier ouvrage de mécanique, le De motu (Le mouvement). La réalité même de ces « expériences » est aujourd'hui largement mise en doute et serait une invention de son premier biographe, Vincenzo Viviani. Ce volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension...) contient des idées nouvelles pour l'époque, mais il expose encore, bien évidemment les principes de l'école aristotélicienne et le système de Ptolémée (Claudius Ptolemaeus (en grec : Κλαύδιος...). Galilée les enseigne d'ailleurs longtemps après avoir été convaincu de la justesse du système copernicien, faute de preuves tangibles.

L'université de Padoue (1592-1610)

En 1592, Galilée part enseigner à l'université de Padoue où il reste 18 ans. Le départ de Pise, après seulement 3 ans, s'explique par un différend l'opposant à un fils du grand-duc Ferdinand Ier de Toscane.

Padoue appartenait à la puissante République de Venise, ce qui garantissait à Galilée une grande liberté intellectuelle, l'Inquisition y étant très peu puissante. Même si Giordano Bruno avait été livré à l'Inquisition par les patriciens de la République, Galilée pouvait effectuer ses recherches sans trop de soucis. Venise est alors très réputée pour son arsenal, ce qui offre à Galilée de grandes possibilités. Détail qui a son importance, la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...) est également célèbre pour la qualité de son industrie verrière.

Il enseigne la mécanique appliquée, les mathématiques, l'astronomie et l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) militaire. Il professait alors publiquement le système de Ptolémée, n'osant pas encore s'insurger contre les idées admises, bien qu'ayant déjà adopté personnellement le système de Copernic. Ses leçons de mécanique eurent un succès considérable, et le Père Mersenne publiera en France en 1674 les Méchaniques de Galilée.

Depuis la mort de son père en 1591, Galilée doit subvenir aux besoins de la famille. Il est accaparé par ses tâches d'enseignement : il donne de nombreux cours particuliers à de riches étudiants qu'il héberge chez lui. Mais il est piètre gestionnaire et seule l'aide financière de ses protecteurs et amis lui permet d'équilibrer ses comptes.

En 1593, il rédige le Trattato di Forticazioni (traité des fortifications) et le Trattato di Meccaniche (traité de mécanique) à l'intention de ses étudiants de cours particuliers. Les travaux de Galilée permettent une meilleure efficacité de l'artillerie lourde (ils établissent qu'un canon devait être pointé à 45° pour avoir sa portée maximale) et ne font l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...) d'aucune contestation.

En 1597, il améliore et fabrique un compas de proportion, le compas géométrique et militaire, ancêtre de la règle à calcul, qui connaît un grand succès commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.). Il n'en rédige le mode d'emploi que neuf ans plus tard.

En 1599, Galilée participe à la fondation de l’Accademia dei Ricovrati avec l’abbé Federico Cornaro.

La même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...), Galilée rencontre Marina Gamba, une jeune Vénitienne issue de famille modeste qui a déjà des enfants et avec laquelle il entretient une liaison jusqu'en 1610 (ils ne sont pas mariés et ne vivent pas sous le même toit). En 1600, sa première fille Virginia naît, suivie par sa sœur Livia en 1601, puis un fils, Vincenzo, en 1606. Après la séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque...) (non conflictuelle) du couple, Galilée se charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) des enfants. Il place plus tard ses filles au couvent à Arcetri, Virginie deviendra sœur Marie Céleste car fille d'un homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...) fasciné par les étoiles.

L'année 1604

1604 est une année mirabilis pour Galilée qui a 40 ans :

  • En juillet, il teste sa pompe (Une pompe est un dispositif permettant d'aspirer et de refouler un fluide.) à eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les...) dans un jardin de Padoue.
  • En octobre, il découvre la loi du mouvement uniformément accéléré, qu'il associe à une loi des vitesses erronées.
  • En décembre, il débute son observation d'une nova (En astronomie, une nova est une étoile qui devient très brutalement extrêmement...) connue depuis le 10 octobre au moins. Il consacre 5 leçons sur le sujet le mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...) suivant, et en février 1605 il co-publie Dialogo de Cecco di Ronchitti in Perpuosito de la Stella Nova avec Girolamo Spinelli. Bien que l'apparition d'une nouvelle étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une...), et sa disparition soudaine, entre en totale contradiction (Une contradiction existe lorsque deux affirmations, idées, ou actions s'excluent mutuellement.) avec la théorie établie de l'inaltérabilité des cieux, Galilée reste encore aristotélicien en public, mais il est déjà fermement copernicien en privé. Il attend la preuve irréfutable sur laquelle s'appuyer pour dénoncer l'aristotélisme.

Reprenant ses études sur le mouvement, Galilée montre que les projectiles suivent, dans le vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.), des trajectoires paraboliques.

De 1606 à 1609

En 1606, Galilée construit son premier thermoscope, l'un des premiers appareils de l'histoire permettant de comparer de façon objective le niveau de chaud et de froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.). Cette même année, Galilée et deux de ses amis tombent malades le même jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) d'une même maladie infectieuse (Une maladie infectieuse est une maladie provoquée par la transmission d'un...). Seul Galilée survit, mais il restera perclus de rhumatismes pour le restant de ses jours.

Dans les deux années qui suivent, le savant étudie les armatures d'aimants. On peut encore voir ses travaux au musée d'Histoire de la Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire...) (Musée de la Storia della Scienza) de Florence.

Page générée en 0.404 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique