Histoire de la grande vitesse ferroviaire en France - Définition et Explications

L'histoire de la grande vitesse ferroviaire en France, popularisée sous son sigle TGV, commence officiellement en 1976 avec la concession par l'État à la SNCF d'une ligne nouvelle entre Paris et Lyon. Le concept de TGV lui-même a pris naissance dans les années 1965-1966 avec la création au sein de la SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double...) d'un " Service de la recherche ", devenu plus tard " Direction de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le...) et de la technologie ".

Les éléments précurseurs de cette idée sont multiples : les possibilités techniques d'amélioration de la vitesse (On distingue :) sur le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle...) classique (sous-tendues par les records de 1955 qui permirent d'atteindre 331 km/h avec des rames tractées par des locomotives électriques classiques), le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) allemand, présenté en 1963, d'évolution du réseau de la DB pour permettre la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) de trains de voyageurs circulant à 200 ou 250 km/h, la mise en service en octobre 1964 au Japon du premier Shinkansen (Le Shinkansen est le réseau ferroviaire japonais de lignes à grande vitesse, sur lequel ont circulé les premiers trains à grande vitesse du monde.), circulant à 210 km/h sur une infrastructure dédiée du T?kaid?, enfin, depuis 1964, le projet d'aérotrain (L’aérotrain est un véhicule glissant sur un coussin d'air au-dessus d’une voie spéciale en forme de T inversé. Il est propulsé par des turbines, des réacteurs ou des moteurs électriques linéaires, sans contact avec...) de l'ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits, de systèmes...) Bertin qui envisageait alors une liaison Paris-Lyon à 400 km/h, projet qui n'a pas retenu l'attention des ingénieurs de la SNCF attachés au système roue-rail mais qui a éveillé leur intérêt.

En 1967, la SNCF mettait en service Le Capitole, train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour transporter des...) rapide Paris-Toulouse circulant à 200 km/h sur une partie de son parcours.

Le projet C 03

L'idée des très grandes vitesses et le développement d'un programme de turbotrains se sont rejoints à la fin des années 1960, et ont certainement été stimulés par le lancement au Japon du programme Shinkansen en 1964.

Ces idées ont pris corps dans un programme de recherches associant la SNCF et l'industrie ferroviaire destiné à explorer les possibilités d'un turbotrain (Un turbotrain est un train propulsé par des turbines à gaz. C'est une technique proposée par Guy Sénac mise au point par la SNCF qui l'a exploitée commercialement pendant deux...) à grande vitesse. Ce projet, lancé en 1967 sous le nom de code C 03, s'intitulait " Les possibilités ferroviaires sur infrastructure nouvelle ".

Le turbotrain expérimental X 4300 (Les X 4300 sont des autorails bicaisses (comportant une motrice et une remorque) de la famille des EAD (Éléments Automoteurs Diesel).) TGS, prédécesseur de l'ETG, avait été testé à des vitesses allant jusqu'à 252 km/h en octobre 1971, donnant des résultats prometteurs. Comme la SNCF visait pour de futures lignes à grande vitesse une gamme de vitesse allant de 250 à 300 km/h, elle demanda à Alsthom-Atlantique de construire un turbotrain prototype conçu à cet effet. Ainsi naquit le turbotrain TGV 001 (Le TGV 001, turbotrain expérimental mis en service en 1972, a été construit par Alsthom et conçu en collaboration avec la SNCF pour explorer la plage de vitesses comprises entre 250 et 300 km/h dans la perspective de la création...), TGV (Le TGV est une rame automotrice électrique d'origine française apte à circuler à des vitesses supérieures à 320 km/h en exploitation, mise au point par la SNCF et construite...) étant l'abréviation de " très grande vitesse ".

Le turbotrain TGV 001

Le turbotrain TGV 001 est un train expérimental conçu pour mener un vaste programme de recherches dans le domaine des grandes vitesses en explorant tous ses aspects techniques.

C'était une rame articulée composée de deux motrices encadrant trois remorques, l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut...) des éléments de la rame étant en permanence accouplés entre eux. Il était motorisé par quatre turbines à gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à...) issues de l'aéronautique (L'aéronautique inclut les sciences et les technologies ayant pour but de construire et de faire évoluer un aéronef dans l'atmosphère...), entraînant un alternateur, lequel alimentait en courant les moteurs de traction. Tous les bogies étaient motorisés.

Le TGV 001 réalisa 5227 marches d'essai, atteignant le 8 décembre 1973 la vitesse de 318 km/h, qui est restée le record du monde (Le mot monde peut désigner :) de vitesse ferroviaire en traction thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de...). Cette campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu...) d'essais fut une part inestimable du projet C03.

Traction électrique

Avec la crise pétrolière de 1973, la traction thermique des futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.) trains à grande vitesse ne parut plus économiquement viable. Le choix de la traction électrique imposa une reprise importante de la conception et des programmes d'essais. En avril 1974, l'automotrice électrique expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan formel, esthétique, que sur le plan culturel et politique. En science, il s'agit d'approches de recherche basées...) Z 7001, surnommée " Zébulon ", commença ses essais. Zébulon fut reconstruite à partir de l'automotrice Z 7115 qui avait été radiée. Ce véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.) était équipé d'un nouveau bogie (Un bogie (ou boggie) est un chariot situé sous un véhicule ferroviaire, sur lequel sont fixés les essieux (et donc les roues). Il est mobile par rapport...) moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) Y 226 (précurseur de l'Y 230 des TGV de série) qui fut mis au point (Graphie) et testé, avec ses moteurs de traction suspendus et sa transmission à cardans tripode. Le montage suspendu des moteurs de traction fut une innovation importante ; il autorisait une réduction considérable (3300 kg) de la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation (la masse grave). Ces...) du bogie moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à...), lui donnant une vitesse critique très élevée et une stabilité exceptionnelle. Zébulon servit également à la mise au point d'un pantographe (Le pantographe est le dispositif articulé qui permet à une locomotive électrique de capter le courant par frottement sur la caténaire.) à double étage pour la grande vitesse, qui sera plus tard le pantographe AM-PSE des TGV Sud-Est (Les TGV Sud-Est sont des rames automotrices électriques de la SNCF, aptes à 270 ou 300 km/h (seules les rames TGV Lyria et Bourgogne sont limitées à 270 km/h),...), ainsi que d'un nouveau type de freins à courants de Foucault (On appelle courants de Foucault les courants électriques créés dans une masse conductrice, soit par la variation au cours du temps d'un champ magnétique extérieur traversant ce milieu (le flux du champ à travers le...). Le frein (Un frein est un système permettant de ralentir, voire d'immobiliser, les pièces en mouvement d'une machine ou un véhicule en cours de déplacement.) à courants de Foucault exerce un effort de rétention magnétique, sans aucun contact avec le rail (Un rail (ou lisse en québécois) est une barre d’acier profilée. Deux files parallèles de rails mis bout à bout forment une voie...). La promesse d'une très grande efficacité et d'une faible fatigue fut toutefois contrebalancée par des problèmes de surchauffe (La surchauffe est une opération physique qui a lieu dans un moteur à vapeur.) du rail, et le projet fut abandonné. La suspension ( Le fait de suspendre des particules En chimie, la suspension désigne une dispersion de particule. En géomorphologie, la suspension est un mode de transport des...) de Zébulon, de conception non-pneumatique, donna entière satisfaction et fut adoptée pour le nouveau train à grande vitesse (Les trains à grande vitesse sont des trains de voyageurs (le plus souvent, car il existe des TGV postaux) circulant en service commercial à des...) à la place de la suspension pneumatique du TGV 001.

Sur une période de vingt mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.), Zébulon parcourut près d'un million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un million un (1 000 001). Il...) de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.), dont 25 000 à des vitesses supérieures à 300 km/h. La vitesse maximum atteinte par Zébulon fut de 309 km/h. Les recherches du projet C03 étaient réalisées. La construction d'une ligne à grande vitesse (Une ligne à grande vitesse, ou LGV, est une ligne ferroviaire construite spécialement pour permettre la circulation de trains à grande vitesse (initialement au-dessus de 200 km/h,...) électrifiée entre Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien,...) et Lyon commença aussitôt après.

Un style original

Le dessin intérieur et extérieur du premier TGV est du à Jacques Cooper (son grand-père était anglais), designer industriel, né en France le 23 janvier 1931. Au milieu des années 1950, il travailla pendant plusieurs années avec le designer américain d'origine française Raymond Loewy. A la fin des années 1960, alors qu'il commençait à travailler pour Brissonneau-et-Lotz, on demande à Jacques Cooper de dessiner " un train qui ne ressemblait pas à un train ".

C'est lui qui conçut les lignes intérieure et extérieure du turbotrain TGV 001, et crée très rapidement le " style TGV ". Dès 1975 (?), Cooper avait dessiné des trains qui ressemblaient étonnamment au TGV Duplex (Les TGV Duplex sont des rames automotrices électriques de la SNCF, mises en service à partir de 1995. C'est la troisième génération des TGV, caractérisée par sa capacité de transport supérieure de 35 % par...) qui naîtra vingt ans plus tard. Mais si son projet fut immédiatement accepté pour la ligne extérieure, il fut invité à de nombreuses reprises à reprendre les aménagements intérieurs, depuis les sièges jusqu'aux poignées de porte.

Les nombreuses exigences de conception étaient parfois contradictoires, et Cooper devait trouver la solution optimale. Les espaces intérieurs devaient être accueillants et confortables, reposants, calmes, faciles à nettoyer et à fixer, et doucement intégrés pour créer une atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) unique. Le confort devait être rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie) d'une scène créée dans un logiciel de modélisation 3D comportant à la...) accessible à tous les voyageurs (Les Voyageurs est un épisode de la série télévisée Stargate Atlantis. C'est le cinquième épisode de la saison 4 et le 65e épisode de la série.), tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en gardant un certain style. L'objectif d'ensemble était de concevoir un espace intérieur qui soit à la fois délassant et agréable.

La conception du premier TGV fut achevée vers la fin des années 1970. La première commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) de rames fut lancée le 4 novembre 1976. Au cours des vingt années suivantes, plus de 600 exemplaires du nez (Le nez (du latin nasus) est chez l'homme la saillie médiane du visage située au-dessus de la lèvre supérieure et qui, en le surplombant, recouvre l'orifice des fosses nasales, qui...) de TGV de Cooper, mondialement célèbre, allaient être produits.

Dernières mises au point

Le 28 juillet 1978, les deux rames de pré-séries sortirent de l'usine Alsthom de Belfort. Numérotées TGV 01 et 02, elles reçurent les surnoms de " Patrick " et " Sophie " (Patrick pour Paris, SophiE pour SE). Au cours de la période d'essais, plus de 15 000 modifications furent apportées à ces deux rames, ce qui fut loin d'être facile. Un des problèmes les plus difficiles à résoudre fut celui des vibrations : les nouveaux trains n'étaient pas du tout confortables en vitesse de croisière (La vitesse de croisière d'un aéronef est la vitesse correspondant au régime des moteurs prévu pour la partie courante d'un vol, c'est-à-dire sans la...). La solution fut lente (La Lente est une rivière de la Toscane.) à venir, et retarda le programme. Finalement on trouva que l'insertion de blocs de caoutchouc sous les ressorts de suspension primaire éliminait le problème. D'autres difficultés concernant la stabilité des bogies à grande vitesse furent surmontées en 1980, année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) où le premier tronçon de la ligne nouvelle Paris-Lyon était censé être mis en service. La première rame de série, n° 03, fut livrée le 25 avril 1980.

La livraison de la commande de 87 TGV était en cours lorsque la rame n° 16 fut utilisée pour battre un record de vitesse, dans le cadre de l'" opération TGV 100 " (en référence à l'objectif de vitesse de 100 mètres par seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une...), soit 360 km/h). L'objectif fut dépassé le 26 février 1981, la rame n° 16 atteignant la vitesse de 380 km/h dans des conditions de sécurité parfaites.

Le 27 septembre 1981, ce fut la mise en service commerciale des TGV sur la ligne Paris-Lyon, cinq jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure...) après l'inauguration officielle par le président de la république François Mitterrand. Cette date marqua un tournant dans les services ferroviaires de voyageurs en France.

Chronologie

  • 1er août 1966 : création du " Service de la recherche " à la SNCF
  • 5 décembre 1966 : lancement du projet C03
  • 25 avril 1967 : début des essais du TGS
  • 11 juillet 1969 : commandes des deux rames expérimentales TGV 001 et 002 ; seule la première sera construite
  • 12 février 1976 : commande à Alsthom (aujourd'hui Alstom) de 87 rames TGV
  • 4 décembre 1978 : décret approuvant la convention État-SNCF pour la construction et l'exploitation de la ligne nouvelle entre Paris et Lyon
  • 26 février 1981 : la rame TGV n° 16 établit le record du monde de vitesse ferroviaire à 380 km/h
  • 27 septembre 1981 : mise en service du premier tronçon de ligne nouvelle entre Saint-Florentin et Sathonay et première exploitation commerciale du TGV sur la relation Paris-Lyon.
  • 25 septembre 1983 : mise en service du deuxième tronçon de la ligne nouvelle entre Combs-la-Ville et Saint-Florentin
  • 24 septembre 1989 : mise en service de la première branche (ouest) de la LGV Atlantique (La LGV Atlantique, ou ligne nouvelle 2 (LN2), est une ligne à grande vitesse située en France qui dessert l'ouest du pays à partir de la gare de Paris-Montparnasse. Mise en...)
  • 18 mai 1990 : la rame TGV Atlantique (Les TGV Atlantique sont des rames automotrices électriques de la SNCF, aptes à 300 km/h, mises en service à partir de 1989 à l'occasion de l'ouverture du premier tronçon...) n° 325 établit le nouveau record du monde de vitesse ferroviaire à 515,3 km/h
  • 30 septembre 1999 : mise en service de la seconde branche (sud-ouest) de la LGV Atlantique
  • 23 mai 1993 : mise en service partielle (entre Paris et Arras) de la LGV Nord (La LGV Nord, ou ligne nouvelle 3 (LN3), est une ligne à grande vitesse française de 333 km de long reliant Paris à la frontière belge et au tunnel sous la Manche via Lille, mise en...)
  • 26 septembre 1993 : mise en service complète de la LGV Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.)
  • 6 mai 1994 : début du service commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) d'Eurostar (Eurostar est le nom de la société qui exploite le train (et la liaison) à grande vitesse qui relie Londres (Waterloo Station) à Paris (gare du Nord) et Bruxelles...)
  • 10 juin 2001 : mise en service de la LGV Méditerranée (La LGV Méditerranée, ou ligne nouvelle 5 (LN5), est une ligne ferroviaire à grande vitesse française d'environ 250 km, construite en 1996 et mise en service en juin 2001 entre Saint-Marcel-lès-Valence et Marseille. Elle relie les régions...) entre Valence, Marseille et Manduel à l'est de Nîmes
  • 4 avril 2007 : La rame V150 pulvérise l'ancien record de vitesse sur rails, en atteignant 574.8 km/h

Ligne à grande vitesse

Le projet TGV doit aussi son succès à une ligne qui lui est dédiée.

A la mise en service du Capitole Paris-Toulouse, la ligne Paris Lyon est saturée. Il est envisagé de la quadrupler pour assurer l'ensemble des trafics: grande ligne, fret (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque pays et au niveau international.), service régional. L'idée nait alors de créer une ligne destinée exclusivement à la grande vitesse (LGV). Elle sera construite au plus court, évitant le détour par Dijon de l'ancienne ligne dite "impériale".

Le projet de LGV, ligne à grande vitesse, sera la colonne vertébrale (La colonne vertébrale, ou rachis, est un empilement d'os articulés appelés vertèbres. Elle est le support du dos des vertébrés, notamment des mammifères....) du système TGV. Les essais de matériels différents démontrent que le projet initial de matériel roulant n'était pas finalisé. Celui de la LGV l'était.

Cette priorité donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction, d'un...) à la voie rapide, montre actuellement sa pertinence : la trame (Le mot trame peut désigner :) s'étend petit à petit et grignote des parts de marché au transport aérien (Le transport aérien est le secteur économique qui regroupe toutes les activités de transport en avion ou en hélicoptère.). Car la concurrence train-avion est nettement à l'avantage du train en dessous de 3 heures (L'heure est une unité de mesure  :) de trajet, puisque les gares sont au centre des villes et que les temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) d'embarquement sont réduits au minimum.

Des lignes modernisées recevant du matériel rapide pendulaire (Se dit d'un ULM ou d'un PULMA qui se pilote par déplacement du centre de gravité.) ont été présentées, un temps, comme un système alternatif moins cher (l'investissement pour construire des LGV étant très élevé). Ce système, très cohérent dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) très urbanisés et aux distances faibles entre grandes villes (Pays-Bas, Allemagne, Suisse...), n'est pas aussi adapté en France : seules des lignes LGV permettent des vitesses proches de 300 km/h et des temps de trajet de l'ordre de 3 heures entre Paris (ou Lille) et Marseille, Bordeaux. Et dans un premier temps les lignes ne sont pas obligatoirement entièrement à grande vitesse, par exemple entre Paris et Bordeaux (ou Rennes).

Bibliographie

  • AUPHAN (E.). Quel avenir pour les réseaux ferrés d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du...) occidentale ? Mémoires et documents de géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et...), Editions du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).), Paris, 1991, 205 p.
  • AUPHAN (E.). Les gares TGV régionales : un exemple de contre aménagement du territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le dictionnaire de...), Hommes et Terres du Nord, n°1, 1992, p. 14-20.
  • BERNEY (P.), NAVARRE (D.). L'interconnexion des TGV. Un système structurant de niveau européen, Les Cahiers de l'IAURIF, n°80, 1987.
  • BLIER (G.). Nouvelle géographie ferroviaire de la France, Les éditions La Vie (La vie est le nom donné :) du Rail, 1991, 2 tomes.
  • BURMEISTER (A.), JOIGNAUX (G) (dir.). Infrastructures de transports et territoire. Etude de quelques grands projets, L'Harmattan, Pais, 1997.
  • CONSEIL NATIONAL DES TRANSPORTS. Rapport sur le projet de schéma directeur national des liaisons à grande vitesse, CNT, 1990.
  • Infrastructures de transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) et organisation (Une organisation est) de l'espace en France au seuil du XXIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une...), Les Annales de géographie, n°593-594, 1997.
  • PLASSARD (F.). L'impact territorial des liaisons à grande vitesse, in DERYCKE (P.-H.)(dir). Espaces et dynamques territoriales, Economica, Paris, 1991, p. 243-262.
  • PLASSARD (F.). Le train à grande vitesse : trafic, activités, centralités, Cahiers Economiques de Bretagne, n°2, 1989.
  • CEMT (Conférence européenne des Ministres de Transports). Trafic à grande vitesse sur le réseau européen, CEMT, Paris 1986, 129 p.
  • Les très grandes vitesses ferroviaires, Revue d'histoire des chemins de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la vie...), n° 12-13 Printemps-automne 1995, AHICF, Paris, 303 p.
  • TGV et aménagement du territoire. Un aménagement majeur pour le développement local. Syros Alternative, Paris, 199, 171 p.
  • TROIN (J.-F.). Rail et aménagement du territoire. Des héritages aux nouveaux défis, Edisud, 1995, 265 p.
  • WOLTERS (W.). Effets régionaux du transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par...) à grande vitesse, in C.E.D.R.E. Le défi régional de la grande vitesse,Syos-Alternative, 1992, p.133-143.
Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.267 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique