Ligne 13 du métro de Paris - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Métro ligne 13
Un MF 77 à la station Liège
Réseau Métro de Paris
Année d’ouverture 1911
Dernière extension 2008
Exploitant RATP (La Régie autonome des transports parisiens (RATP) est une entreprise publique désignée par le...)
Conduite Conducteur (PA)
Matériel utilisé MF 77 (Le MF 77 (Metro Fer appel d'offre 1977) est un matériel roulant sur fer du métro de...)
Points d’arrêt 32
Longueur 24,3 km
Distance moyenne entre points d’arrêt 776 m
Communes desservies 9
Fréquentation
114,8 millions (2006)
5e/16
Lignes connexes (1) (2) (3) (3 bis) (4) (5) (6) (7) (7 bis) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14)

La ligne 13 du métro de Paris est l'une des seize lignes du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) métropolitain de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...). Elle est issue de la fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d'un corps de l'état solide vers l'état...) entre la ligne B du réseau Nord-Sud et l'ancienne ligne 14 (Le terme ligne 14 est utilisé pour désigner un grand nombre de lignes de transports en...) de la CMP. Sa création était destinée à remplacer une ligne nord-sud du RER, prévue au schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme (L’urbanisme est à la fois un champ disciplinaire et un champ professionnel recouvrant...) de la région parisienne de 1965 et jamais réalisée. Elle relie à travers l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se...) de Paris des communes de banlieue : Saint-Denis, Asnières et Gennevilliers au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), à Châtillon et Montrouge au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.).

C'est la ligne la plus longue du réseau parisien avec 24,3 kilomètres, compte tenu de ses deux branches. Elle transportait cent-dix millions de voyageurs par an en 2004, soit jusqu'à 540 000 voyageurs par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de semaine et 20 000 voyageurs par sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) à chaque heure (L'heure est une unité de mesure  :) de pointe. Le trafic annuel devrait croître de dix millions de voyageurs après l'ouverture des deux nouvelles stations de la branche Asnières le 14 juin 2008. D'après les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) de décembre 2009, le trafic est de 610 050 voyageurs par jour.

Son exploitation en deux branches au nord (d'où un bassin de population deux fois plus grand), sa grande longueur, son importante extension en banlieue (La banlieue désigne communément l'espace urbanisé d'une ville qui est situé...), ainsi que l'important développement économique de certains secteurs desservis, ont provoqué une saturation progressive devenue critique, comme l'ont encore souligné en décembre 2009 les associations représentant les usagers de la ligne 13. Elle est devenue la plus saturée du réseau, surtout sur le tronçon avoisinant la gare Saint-Lazare (La gare Saint-Lazare, ancienne tête de ligne du réseau « Ouest-État », est l'une des...).

Plan de la ligne.

Histoire

Chronologie

  • 26 février 1911 : mise en service de la ligne entre Saint-Lazare et Porte de Saint-Ouen ;
  • 20 janvier 1912 : ouverture de l'antenne (En radioélectricité, une antenne est un dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de...) de La Fourche à Porte de Clichy ;
  • 21 janvier 1937 : mise en service de la ligne 14 de Porte de Vanves à Bienvenüe ;
  • 27 juillet 1937 : prolongement de la ligne 14 de Bienvenüe à Invalides ;
  • 30 juin 1952 : prolongement au nord de Porte de Saint-Ouen à Carrefour Pleyel ;
  • 27 juin 1973 : prolongement au sud de Saint-Lazare à Miromesnil ;
  • 18 février 1975 : prolongement au sud de Miromesnil à Champs-Élysées - Clemenceau ;
  • 20 juin 1976 : prolongement au nord de Carrefour Pleyel à Basilique de Saint-Denis ;
  • 9 novembre 1976 : le tronçon central est ouvert entre Champs-Élysées - Clemenceau et Invalides ; fusion des deux anciennes lignes 13 et 14 et prolongement simultané au sud de Porte de Vanves à Châtillon - Montrouge ;
  • 9 mai 1980 : prolongement au nord de Porte de Clichy à Gabriel Péri ;
  • 25 mai 1998 : prolongement au nord de Basilique de Saint-Denis à Saint-Denis - Université ;
  • 14 juin 2008 : prolongement au nord de Gabriel Péri à Asnières - Gennevilliers - Les Courtilles.

Ligne B du réseau Nord-Sud, devenue ligne 13

Rotonde de la station Saint-Lazare créée par la compagnie Nord-Sud.

Le 28 décembre 1901, la Société du chemin de fer (Le chemin de fer est un système de transport guidé servant au transport de personnes et...) électrique souterrain Nord-Sud de Paris, dite Compagnie du Nord-Sud, obtient de la Ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...) de Paris la concession d'un réseau métropolitain de deux lignes, concurrent de celui concédé à la Compagnie du chemin de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le...) métropolitain de Paris (CMP).

Le 19 juin 1905, la ligne B d'une longueur de 2,868 kilomètres reliant la porte de Saint-Ouen à la gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui...) Saint-Lazare est déclarée d'utilité publique, ainsi que, le 11 juin 1909, l'embranchement de la ligne B, de 1,427 kilomètre, entre La Fourche et Porte de Clichy. La station Saint-Lazare est établie sous la rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux...) du même nom, devant l'hôtel (Un hôtel est un établissement offrant un service d’hébergement payant,...) Terminus. La ligne oblique ensuite sous la rue d'Amsterdam jusqu'à la place de Clichy, puis chaque branche, après le saut-de-mouton (Un saut-de-mouton est un dispositif ferroviaire constitué d'un pont, d'une tranchée ou d'un court...) de La Fourche, suit respectivement les avenues de Saint-Ouen et de Clichy. Aucun raccordement n'est prévu avec le réseau concurrent de la CMP.

Le 26 février 1911, la Compagnie du Nord-Sud met en service la première branche de cette ligne, entre Saint-Lazare, La Fourche et Porte de Saint-Ouen. Puis, le 20 janvier 1912, elle ouvre la branche entre La Fourche et Porte de Clichy. La ligne en fourche comporte huit stations. À la station La Fourche, les rames partent alternativement vers l'un ou l'autre des terminus septentrionaux, et arrivent de chaque branche à un niveau différent : celles en provenance de Clichy arrivent à la station supérieure, à deux voies, tandis que celles venant de la porte de Saint-Ouen arrivent à la station inférieure, à voie unique. Cette dernière est la seule non voûtée de la ligne, son plafond (Par extension, un plafond représente le maximum de quelque chose :) étant soutenu par des poutres transversales de béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de...). La station Berlin, renommée Liège, est également atypique : l'étroitesse de la rue d'Amsterdam impose la construction d'une station à quais décalés. En 1914, la ligne B est desservie par huit rames, avec 368 départs journaliers et un intervalle minimum de deux minutes trente secondes.

Le 1er janvier 1930, la CMP absorbe la compagnie Nord-Sud, et la ligne B devient la ligne 13 du réseau le 27 mars 1931. Jusque là alimentée par une caténaire (Une ligne aérienne de traction électrique est appelée:), l'unification (Le concept d'unification est une notion centrale de la logique des prédicats ainsi que...) de l'alimentation électrique (Le terme d'alimentation électrique désigne un ensemble de systèmes capables de fournir de...) des deux réseaux entraîne une modification de la prise de courant, celle-ci s'effectuant dorénavant par troisième rail (Le troisième rail est une technique d'alimentation en énergie électrique d'un système de...) latéral.

Le prolongement à Pleyel

Les conventions du 1er octobre 1929, qui organisaient notamment le prolongement des lignes de métro (Un métro, apocope du terme métropolitain lui-même abréviation de chemin de fer métropolitain,...) en banlieue, sous l'autorité, non plus de la Ville de Paris mais du département de la Seine, prévoyaient que l'actuelle ligne 13 serait prolongée, pour sa branche ouest au pont (Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours...) de Clichy, et pour sa branche est, à la mairie de Saint-Ouen. Les dessertes de la ville de Saint-Denis et de la Plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique...) Saint-Denis auraient, elles, été assurées par le prolongement de la ligne 12 (Le terme ligne 12 est utilisé pour désigner un grand nombre de lignes de transports en...) jusqu'à l'église (L'église peut être :) Saint-Denis-de-l'Estrée à Saint-Denis.

Ces prolongements sont abandonnés par une décision ministérielle du 18 novembre 1940, qui prévoit en revanche de prolonger la ligne 13 jusqu'au Barrage de Saint-Denis (l'actuelle Place du Général-Leclerc), située au nord de la ville. Ce prolongement est déclaré d'utilité publique le 27 décembre 1942.

Dans le cadre du « plan des grands travaux contre le chômage en région parisienne », le prolongement de Porte de Saint-Ouen au Carrefour Pleyel est décidé et les crédits octroyés dès le 20 novembre 1940. Cette extension de trois kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...) s'achève par un terminus partiel (Le mot partiel peut être employé comme :) à trois voies. Dès février 1941, les travaux sont engagés, la construction en tranchée couverte étant facilitée par la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles...) de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) très réduite durant ces années de guerre. Mais la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée...) des autorités allemandes les fait ralentir, puis finalement arrêter en 1943. Les travaux reprennent – au ralenti – à la Libération puis reprennent leur marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un...) normale avec le rétablissement progressif des approvisionnements. En 1948, l'infrastructure est réalisée puis l'équipement au début de 1950.

Un large rabattement des lignes d'autobus (Un autobus (ou bus), comme un autocar (ou car), est un véhicule automobile pour le transport en...) étant prévu, le déséquilibre du trafic entre les deux branches de la ligne 13 impose l'envoi d'un train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de...) alternativement vers Porte de Clichy contre deux vers Pleyel. Ce fonctionnement impose la reconstruction des accès à Place de Clichy et surtout à Saint-Lazare, afin de séparer les flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments...) de voyageurs des deux branches et les contenir en amont avant de les admettre sur le quai (Le Quai est un espace culturel de la ville d'Angers dans le département du Maine-et-Loire en...) de départ pour ne pas le saturer. Mais faute de crédits, cet aménagement indispensable n'est pas réalisé. La CMP avait commandé un matériel spécifique et moderne pour cette nouvelle desserte, le matériel articulé ; mais également faute de crédits, il est encore en construction alors que l'infrastructure est en place.

Pour ces raisons, l’Office des transports, ancêtre du STIF décide d'ouvrir néanmoins le prolongement à Pleyel, en l'accompagnant de l'abandon de la desserte en heures de pointe de la branche Porte de Clichy, avec un service de substitution par autobus. Mais par un revirement de dernière minute ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un...), l’Office des transports revient sur sa décision, estimant peu souhaitable de supprimer la desserte en pointe de la branche Clichy, et ajourne donc l'ouverture du prolongement, dans l'attente de la réalisation d'aménagements dans les stations de correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le...) et la livraison du matériel articulé. Le prolongement de Pleyel est ainsi retardé au dernier moment de deux années.

En juin 1952, la livraison de quatre rames articulées, soit huit éléments, permet enfin d'envisager l'ouverture jusqu'à Pleyel : le 20 juin 1952, l'extension est officiellement inaugurée, le 27, les trains réalisent leur marche à blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir...) (circulation sans voyageurs) et le 30 juin, la branche de Saint-Ouen au Carrefour Pleyel à Saint-Denis est ouverte au public. Cependant, dès l'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) suivant, le déséquilibre du trafic entre les deux branches atteint 70 % en heures de pointe, ce qui impose d'envoyer un train vers Clichy pour deux trains vers Pleyel, solution peu satisfaisante car le premier train est nettement plus chargé que le second à cause du manque de régularité imposé par cette exploitation.

L'ancienne ligne 14 (Porte de Vanves - Invalides)

Document (Dans son acception courante un document est généralement défini comme le support physique d'une...) de la CMP annonçant l'ouverture de la ligne 14 en décembre 1936. Le tronçon n'est en réalité ouvert que le 21 janvier 1937.

La CMP construit une ligne entre Invalides et Croix-Rouge via Duroc, exploitée à partir du 30 septembre 1923 sous le nom de ligne 10. Le Conseil municipal de Paris lors de sa séance du 9 décembre 1932, examine les améliorations possibles du réseau et choisit de modifier profondément les itinéraires des lignes 8 et 10 ainsi que la création d'une ligne 14. Il restait en effet à construire la « ligne C » du Nord-Sud, que la compagnie n'avait pas eu le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) de réaliser avant sa liquidation et dont seule une amorce existait sur quelques dizaines de mètres à la sortie sud-ouest (Le sud-ouest est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et ouest. Le...) de la station Montparnasse sur la ligne 12, reliant cette dernière à la porte de Vanves. Les travaux sont lancés en 1933.

Le tronçon Invalides - Duroc est retiré à la ligne 10 et incorporé à la ligne 14. Un premier tronçon d'une longueur de 2,3 kilomètres relie la porte de Vanves à la place Bienvenüe à partir du 21 janvier 1937, où une correspondance est assurée avec la ligne 5 (actuelle ligne 6). La nouvelle ligne est desservie par des trains de trois voitures, deux motrices 500 encadrant une remorque (Une remorque est un véhicule (généralement dépourvu de moteur) que l'on attelle...) mixte, composition qui n'évolue qu'à partir des années 1960. Le raccordement Duroc - Bienvenüe est achevé en même temps, mais il faut attendre le remodelage de la ligne 10 et l'achèvement du tronçon La Motte-Picquet - Balard de la ligne 8 pour voir la ligne 14 entièrement ouverte. Dans la nuit du 26 au 27 juillet 1937, un remaniement des voies, prévu afin de ne pas affecter l'exploitation, permet de mettre en place la configuration définitive des lignes 8, 10 et 14 : le 27 au matin, les trains de la ligne 8 atteignent Balard, et ceux de la ligne 14 relient dès lors la porte de Vanves à Invalides sur une longueur de 4,6 kilomètres. La ligne 10 est ouverte quant à elle dans son intégralité le surlendemain, 29 juillet, de Jussieu à Porte d'Auteuil.

Jusqu'à l'ouverture de la ligne 14, aucune correspondance n'est possible entre les stations Montparnasse (lignes 4 et 12) et Bienvenüe (lignes 13 et 6). Les deux stations sont reliées par un long couloir de correspondance à la fin des années 1930, puis regroupées en 1942 sous un même nouveau nom, Montparnasse — Bienvenüe.

Plan de l'ancienne ligne 14 à partir du 27 juillet 1937

La fusion des lignes 13 et 14

Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) de relier les lignes 13 et 14 est envisagé dès avant la guerre. En 1965, la décision est prise suite à l'abandon du projet de RER nord-sud devant relier la gare Saint-Lazare à la gare Montparnasse (La Gare Montparnasse est une des six grandes gares terminus de la SNCF à Paris, située dans la...). Le nouvel axe transversal avec ses prolongements, qui relie des banlieues opposées à forte densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la...) de population, est considéré comme une alternative moins coûteuse à une ligne à grand gabarit. Le projet comprend de fait quatre opérations distinctes : la jonction (La Jonction est un quartier de la ville de Genève (Suisse), son nom familier est "la Jonquille") des deux lignes proprement dite, le prolongement des deux branches septentrionales de Porte de Clichy à Gennevilliers d'une part, et de Pleyel à Saint-Denis d'autre part, enfin l'extension de la ligne 14 vers le sud, à Châtillon puis vers Vélizy-Villacoublay.

Les travaux se déroulent en trois phases successives. En 1968, le tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de...) est réalisé sous le boulevard (Au sens premier, un boulevard est une voie de communication reposant sur d'anciens remparts,...) Haussmann à partir des puits d'accès du RER Est-Ouest, les deux tunnels étant superposés. La création d'un tunnel sous la Seine s'effectue par le fonçage de quatre caissons préfabriqués en béton armé (Le béton armé est un matériau composite constitué de béton et d'acier qui...) de 32 mètres de long et de 8,60 mètres de large. Les caissons sont construits sur une plate-forme flottante établie sur la rive droite. Ils sont immergés dans une souille, ou tranchée, pratiquée dans le lit du fleuve (En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans...) par déroctage à la mine et après stabilisation des sables par injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :). Ces travaux durent deux ans et sont exécutés de novembre 1973 à novembre 1975 ; le premier caisson est mis en place le 19 août 1974. Enfin, le remaniement de la boucle des Invalides, ancien terminus nord de la ligne 14, est réalisé. La ligne issue de la fusion se nomme 13 et non 14, la logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος),...) de numérotation prenant le pas sur le ménagement des voyageurs superstitieux.

Parallèlement, les lignes sont prolongées : au nord, les stations Saint-Denis - Porte de Paris et Saint-Denis - Basilique sont construites à ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) ouvert en 1973 et 1974, comme une première tranche d'un tronçon Carrefour Pleyel - Stains, approuvée par le Conseil d'administration du syndicat des transports parisiens, actuel STIF, du 14 décembre 1971.

La nouvelle station de correspondance Champs-Élysées - Clemenceau, ouverte lors de la fusion des lignes 13 et 14 en 1976.

Au sud, la ligne 14 est prolongée au-delà de Porte de Vanves : un tronçon souterrain de 920 mètres suit la ligne Paris-Chartres comprenant la nouvelle station Malakoff - Plateau de Vanves. Le tronçon suivant, long de 1 800 mètres, est réalisé en surface et en viaduc (Un viaduc est un ouvrage d'art routier ou ferroviaire qui franchit une vallée, une...) sur l'emprise ferroviaire de la SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises...) et inclut les stations Malakoff - Rue Étienne Dolet et le nouveau terminus à trois voies, Châtillon - Montrouge.

Les travaux, considérables, entraînent des mises en service successives : le prolongement de Saint-Lazare à Miromesnil est ouvert au public le 27 juin 1973 ; puis jusqu'à Champs-Élysées - Clemenceau le 18 février 1975. L'extension au nord de Pleyel à Saint-Denis - Basilique sur 2,4 kilomètres est ouvert le 21 mai 1976. Le nouveau tronçon central entre les stations Champs-Élysées - Clemenceau et Invalides est ouvert le 9 novembre 1976 et joint les deux anciennes lignes 13 et 14. Le prolongement au sud sur 2,7 kilomètres jusqu'à Châtillon - Montrouge sur les communes de Malakoff, Châtillon et Montrouge est ouvert le même jour.

La restructuration de la ligne 13 qui relie d'importants pôles de correspondance provoque une brutale hausse du trafic : de 45,7 millions de voyageurs en 1975 sur les lignes 13 et 14, il atteint 75 millions de voyageurs en 1979 soit une hausse de 64 %. En contrepartie, la liaison allège le trafic de la ligne 12, qui lui est partiellement parallèle. En 1974, la ligne est équipée du PCC, puis du pilotage automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la...) en 1977.

Le prolongement à Asnières - Gennevilliers

Le troisième prolongement, décidé de fait dès 1928, est mis en chantier en 1975 de Porte de Clichy vers Asnières et Gennevilliers. Les premiers projets prévoyaient que cette extension serait faite presque entièrement en viaduc, provoquant l'opposition des habitants et des villes concernées, ainsi que les réserves du Conseil d'État. Cette polémique provoque l'arrêt des travaux pendant plus d'un an. Finalement, seule la traversée de la Seine est réalisée en viaduc, infrastructure moins onéreuse de 150 millions de francs de l'époque qu'une traversée sous-fluviale. Des aménagements sont réalisés sur le viaduc pour limiter le bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son....), prenant en compte les nuisances sonores plus réduites provoquées par le matériel moderne prévu, le MF 77. La ligne replonge en tunnel après la Seine et ne comporte qu'une station intermédiaire à Clichy.

La ligne franchit la Seine par une succession d'ouvrages, sur une longueur totale de 615,7 mètres. Les terrains de consistance très médiocre, constitués d'alluvions, ainsi que de sable (Le sable, ou arène, est une roche sédimentaire meuble, constituée de petites...) et de marne, imposent d'ancrer les fondations (Les fondations d'un ouvrage assurent la transmission et la répartition des charges (poids propre...) des ouvrages dans le calcaire grossier très résistant. Les piles des ouvrages reposent sur des fondations composées d'un assemblage de quatre à dix pieux en béton armé, d'un diamètre (Dans un cercle ou une sphère, le diamètre est un segment de droite passant par le centre...) d'1,40 mètre (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du...) et descendant à quarante-deux mètres de profondeur.

Le viaduc proprement dit est long de 411,7 mètres. Il est constitué de sept travées, dont la plus longue sur le fleuve atteint 85 mètres, et les plus courtes 40 mètres, du côté des rives. Le tablier est large de 10,38 mètres et composé d'un caisson de béton précontraint. Celui-ci est formé de trois âmes, d'une hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) de 3,25 mètres à 5,63 mètres, enserrant chaque voie deux par deux. La travée (Une travée, dans le domaine de l'architecture, est une ouverture délimitée par deux supports...) d'accès du côté Clichy est longue de 192,9 mètres, dont 127,5 mètres en viaduc. Ce dernier est constitué de cinq travées en béton, de vingt-cinq mètres de portée. Du côté Asnières, le viaduc comporte trois travées, de 25,5 mètres de portée. Il se prolonge par une section longue de 275,1 mètres, d'abord en remblai puis en tranchée.

Le 9 mai 1980, le prolongement de 3,2 kilomètres à travers Clichy, Asnières-sur-Seine et Gennevilliers est mis en service. Le nouveau terminus est nommé Gabriel Péri.

La ligne actuelle

Vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) des quais de la station Asnières - Gennevilliers - Les Courtilles, ouverte le 14 juin 2008.

Le 25 mai 1998, la branche de Saint-Denis est de nouveau prolongée de 1,3 kilomètre pour atteindre son terminus actuel, Saint-Denis - Université et desservir l'Université Paris 8, la zone des Tartres et le futur site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

Dix ans plus tard, la ligne connaît un nouveau prolongement, de la branche Asnières cette fois, de 1,880 kilomètre et de deux nouvelles stations jusqu'à la station Asnières - Gennevilliers - Les Courtilles. Les essais techniques à vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.) sans voyageurs - ou marche à blanc - se déroulent sur le prolongement du 7 au 13 juin 2008, avant l'inauguration du tronçon le 14 juin 2008. Cette extension améliore la desserte des communes d'Asnières-sur-Seine et de Gennevilliers et constitue à son nouveau terminus un futur pôle de correspondance avec la ligne 1 du tramway (Le tramway (ou tram) est une forme de transport en commun urbain ou interurbain circulant sur des...), dont le prolongement en direction de l'ouest est prévu vers 2011.

Le prolongement devrait augmenter le trafic de la ligne 13 de 23 000 nouveaux voyageurs quotidiens, qui s'ajouteront aux 374 000 personnes qui l'empruntent en moyenne chaque jour de semaine (environ 4 000 voyageurs supplémentaires à l’heure de pointe entre les stations La Fourche et Porte de Clichy à échéance 2020). Afin de limiter les conséquences du prolongement, la RATP restructure son réseau de bus de manière à permettre de créer une véritable rocade entre Clichy et la Porte de Clignancourt.

Incidents

Le dimanche 29 juillet 2007, un début d'incendie atteint une voiture (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un...) entre les stations Varenne et Invalides. Les émanations de fumées font trente-cinq blessés, dont quinze sont évacués. Parmi eux figure une femme enceinte dans un état grave.

Page générée en 0.269 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique