Chanvre
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Usage récréatif

Le chanvre est largement utilisé pour ses propriétés psychotropes, c'est le cas essentiellement de trois des quatre sous-espèces qui peuvent être consommées directement après la récolte, :

  • cannabis sativa
  • cannabis indica
  • cannabis afghanica

Cannabis ruderalis n'est utilisé que pour effectuer des croisements en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) d'obtenir une meilleure résistance et une floraison (La floraison est le processus biologique de développement des fleurs. Elle est contrôlée par l'environnement (lumière, humidité,...) plus précoce, cette sous-espèce ayant trop peu d'effets psychotropes.

Actuellement, presque tous les cultivars utilisés pour l'auto-consommation, sont des hybrides de ces quatre espèces. Pour la production d'hybrides on utilise essentiellement cannabis indica et cannabis sativa.

Le cannabis peut se présenter sous plusieurs formes :

Exemple de « tête » de cannabis.
  • des fleurs séchées femelles (qui forment les « têtes » ou « cocottes »), appelées marijuana, ou des feuilles séchées (habituellement, les feuilles de la couronne fleurie des plantes femelles, appelées feuilles de manucure) ;
  • de la résine de cannabis (le haschisch), qui est un dérivé de la plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou règne) des...) séchée, aggloméré en blocs après fabrication ;
  • de l'huile (L'huile est un terme générique désignant des matières grasses qui sont à l'état liquide à température ambiante et qui ne se...) de cannabis qui est un concentré issu d'une extraction à l'aide de solvants (alcool, gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de...) pour briquets, gaz pour camping principalement), séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans...) dans de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) où l'huile surnage (facultatif) puis évaporation (L'évaporation est un passage progressif de l'état liquide à l'état gazeux. Elle est différente de l'ébullition qui est une transition rapide. C'est un...) du solvant ;
  • de pollen (Le pollen (du grec palè : farine ou poussière) constitue, chez les végétaux supérieurs, l'élément fécondant mâle de la fleur : ce sont de minuscules grains de forme plus ou moins...), appelé ainsi par analogie avec le pollen des botanistes mais qui n'a en réalité rien à voir. Il s'agit de la poudre (La poudre est un état fractionné de la matière. Il s'agit d'un solide présent sous forme de petits morceaux, en général de taille inférieure au dixième de millimètre (100 µm).) obtenue en récupérant les glandes productrices de résines qui tombent de la plante par frottement (Les frottements sont des interactions qui s'opposent à la persistance d'un mouvement relatif entre deux systèmes en contact.). On parle alors de trichomes. Le vrai pollen de la plante, poussière jaune (Il existe (au minimum) cinq définitions du jaune qui désignent à peu près la même couleur :) produite par les pieds mâles au moment de leur reproduction, ne contient pas de substance active ;
  • de skuff qui n'est autre que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) type de feuille (La feuille est l'organe spécialisé dans la photosynthèse chez les végétaux supérieurs. Elle est insérée sur les tiges des...) manucure rapé a l'aide de tisus

Il est généralement consommé avec du tabac dans des cigarettes artisanales appelées joints ou pétards. D'autres modes de consommation existent : gâteaux (« space cakes »), infusions, vaporisation qui ne présentent pas les dangers liés aux produits de combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la combustion est vive, elle se traduit par une flamme voire une explosion.) cancérigènes : goudrons, oxyde (Un oxyde est un composé de l'oxygène avec un élément moins électronégatif, c'est-à-dire tous sauf le fluor. Oxyde désigne également l'ion oxyde O2-.) de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.), etc.

Le problème de la dangerosité du cannabis

Il existe plusieurs points de vue sur les dangers des drogues en général et sur le cannabis en particulier. La plupart de ces points de vue sont entachés d'influences idéologiques marquées. Les différences résident dans la conception qu'ont les auteurs de la liberté, de l'interdit, de la "norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une règle à suivre. Ce terme...)" et de l'indépendance, en un mot de ce qu'est une "drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications neuronales. La consommation de drogues par l'homme afin de...)". Vice pour les uns, source de plaisir pour les autres, substance chimique stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique facilitant ou améliorant certaines fonctions de...) certaines zones du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...), pour les biomatérialistes, voie vers le sacré et le cosmos pour les ésotériques, la diversité des descriptions, et de ce qu'il faut bien appeler des croyances est extrêmement grande. Ces sujets touchent un peu à la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire...) et beaucoup à la philosophie et à la psychologie. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ce sont essentiellement les intervenants des professions médico-psychologiques qui prennent en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un...) dans la pratique les personnes ayant un "problème avec le cannabis". Ces influences idéologiques marquées ont amené, par exemple, l'état français à faire publier sous son égide, deux rapports assez peu consensuels à sept ans d'intervalle. Le premier est celui de Bernard Roques, de l'Académie des Sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant des séances au cours desquelles des travaux sont présentés...) en 1998, à la demande du Premier ministre Lionel Jospin et du ministre de la Santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), Bernard Kouchner (Bernard Kouchner, né le 1er novembre 1939 à Avignon, est un médecin humanitaire (gastro-entérologue) et homme politique français, cofondateur de Médecins...). Le deuxième est celui écrit par la Commission du Sénat sur l'impact éventuel de la consommation des drogues sur la santé mentale (La santé mentale est un terme relativement récent et polysémique. Habituellement elle est vue comme l'« aptitude du psychisme...) de leurs consommateurs [2] qui parle des dangers "certains et graves" du cannabis; à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si 1 désigne...), donc du précédent. Ce rapport à son tour pris à partie par Jean-Pierre Galand (Président du CIRC Paris) [3], "il s'agit-là d'un rapport avant tout idéologique", sans qu'il ne se rende compte de son propre choix idéologique. puisque le CIRC dont il est président est un mouvement très actif qui défend la libéralisation des drogues.

D'autres rapports depuis donnent quelques données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire,...) dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement...) d'un certain danger de l'utilisation régulière et importante du cannabis

Voici donc les éléments principaux de ces deux rapports: le rapport Bernard Roques et le Rapport du Sénat[ le rapport du Sénat doit être traité ]

Rapport Roques / comparaison avec d'autres substances

En 1998, Bernard Roques, un professeur français membre de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de publier des ouvrages tels que des...) des sciences, présente une approche globale considérant à la fois les propriétés pharmacologiques des produits psychotropes et les problèmes et risques sanitaires et sociaux liés à la consommation de ces produits.

Ce tableau (Tableau peut avoir plusieurs sens suivant le contexte employé :) est un extrait du tableau publié à la page 182 du Rapport sur la dangerosité des produits par le professeur Bernard Roques et adressé au secrétaire d'État à la Santé de l'époque, M. Kouchner, à l'issue des Rencontres Nationales sur l'Abus de drogues et la Toxicomanie (A l'origine "la" toxicomanie est un terme qui vient du grec toxikon, « poison » et mania, « folie » et qui signifie que quelqu'un use de manière...) (France, juin 1998).

Facteurs de dangerosité des drogues, selon le rapport Roques (1998)
Héroïne (L’héroïne ou diacétylmorphine, également appelée diamorphine, est un opioïde obtenu par acétylation de la morphine, le principal alcaloïde issu du pavot à...)
(opioïdes)
Alcool Tabac Cocaïne (La cocaïne est un alcaloïde extrait de la coca. Puissant stimulant du système nerveux central, elle est aussi un vasoconstricteur périphérique. En Occident, elle est...) Psychostimulants Benzodiazépines Cannabinoïdes
(dérivés du Chanvre (Le chanvre (Cannabis sativa L.), connu aussi sous son nom latin cannabis, est une espèce de plante annuelle, de la famille des Cannabaceae.)
)
Dépendance physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique...) très forte très forte forte faible faible moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans changer la...) faible
Dépendance psychique très forte très forte très forte forte mais intermittente moyenne forte faible (exceptions possibles)
Neurotoxicité faible forte nulle forte forte nulle nulle
Toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité d’une substance à provoquer des effets...) générale forte¹ forte très forte forte forte très faible très faible
Dangerosité sociale très forte forte nulle très forte faible
()
faible très faible

Origine du cannabis

Localisation du Rif, deuxiéme lieu de production et de transformation au monde (Le mot monde peut désigner :)

Le Maroc a été pendant des années le premier producteur mondial de haschich avant d'être détrôné par l'Afghanistan qui produit au début du XXIe Siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la...) entre 1 500 et 3 000 tonnes produites par an avec un rendement de 145 kilos par hectare de haschich, contre 40 pour le Maroc.

Le cannabis consommé en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...) provient principalement de la région du Rif, une région montagneuse située dans le nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) du Maroc, au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de l'Espagne.

D'un point (Graphie) de vue économique, le cannabis est la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure d'angle plan. ...) ressource nationale du Maroc après les transferts des émigrés (principalement depuis la France).

Le chanvre serait cultivé dans le Rif depuis le VIIe siècle.

Le cannabis marocain est appelé le kif, ( zatla, hashish, al hasha, flitoxa, ghalghoula etc. après transformation en drogue ).

Habitudes de consommation

Généralement, le cannabis est fumé. Il peut se présenter sous les formes suivantes:

  • La marijuana : on l'appelle aussi beuh, zeub, beuher, tamias, daube, pot, weed, marie-jeanne, herbe (On appelle herbe, dans une acception large, toute plante annuelle ou vivace, non ligneuse, faisant partie des angiospermes (monocotylédones ou...) ou zamal (sur l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif...) de la Réunion). Roulée en joint, on l'appelle joint, splif, zdar, canne, blaz, wize, stick, bat, bastos, buzz, pilon, pétard, bédo, gringo, roach, boulon, chon, robert, cone, sdax batte, ou encore chichon, poteau (Un poteau est un organe de structure d'un ouvrage sur lequel se concentrent de façon ponctuelle les charges de la superstructure (par exemple via un réseau de poutres chargées par...), tahh, jazz, tige (La tige est chez les plantes à fleurs, l'axe, généralement aérien, qui prolonge la racine et porte les bourgeons et les feuilles. La tige se ramifie généralement en branches et rameaux formant l'appareil caulinaire.), chokos, woued . Elle est composée à partir des fleurs séchées du cannabis ou des feuilles mais les feuilles ne sont pas de bonne qualité, elles sont appelées feuillasse ou paille. Celles-ci sont séchées, finement hachées, puis fumées telles quelles ou mélangées à du tabac. Elle est aussi, parfois, mêlée à des pâtisseries ou à des boissons. La teneur en THC varie de 0.1 à 30% selon la provenance et son mode de préparation.
  • Le haschisch ou hasch : on l'appelle aussi shit, teuch, marron, choco, il est fabriqué avec la résine du chanvre qui couvre les fleurs et les feuilles du sommet de la plante. La résine est raclée, pressée en blocs et généralement fumée (La fumée, parfois appelée boucane en Amérique du Nord, est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces...). Le H est mélangé à du tabac sous forme de cigarette ou dans une pipe (La pipe est un objet servant à fumer (tabac, opium...). Elle est en général composée de deux parties : le fourneau (il contient le tabac) et le tuyau. Les matières les plus souvent utilisées pour la...). Parfois encore, certains adeptes le mélangent à des aliments ou boissons. Les effets du haschisch sont beaucoup plus puissants que ceux de la marijuana : sa teneur en THC varie entre 10 et 30%.
  • L'huile de Cannabis : à l'aide de solvants, on extrait tout ce qu'on peut de la plante et on obtient un concentré de THC (80% parfois). Cette huile, se fume mélangée à du tabac ou sur de la cendre (La cendre est un résidu basique de combustion ou incinération de matières organiques, et par extension de produits tels que le charbon, le lignite ou divers déchets...) dans une pipe. Elle est dangereuse en raison de son très fort taux de concentration. Elle est très répandue au Québec.

Lorsqu'il est fumé, entre 15 et 50 % du THC passe dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté d’environ 5 litres de...) et l'effet dure entre 45 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...) et 2h30.

Une des techniques pour avoir un maximum d'effet est d'aspirer la fumée par plusieurs inhalations courtes, de l'envoyer dans les poumons (si on n'y arrive pas, on inspire une petite bouffée d'air) et de la laisser un certain temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) à l'intérieur en s'aidant de son poing pour fermer sa bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le mot gueule s'utilise aussi, mais avec un sens...) s'il le faut jusqu'à ce que l'on ne puisse plus retenir la fumée. On dit qu'on cogne (ou konye en créole) lorsqu'on utilise cette technique.

D'autres techniques incluent l'utilisation de narguilé ou pipe à eau pour fumer (Fumer est une pratique consistant à brûler une substance pour en inhaler la fumée par la bouche ou le nez.) le cannabis tout en refroidissant la fumée. Il s'agit de techniques censées filtrer la fumée, qui multiplient les quantités d'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est nécessaire de pressuriser les cabines des avions et autres...) et de toxiques inhalés, du fait qu'il faut aspirer plus profondément. Ce mode de consommation fait pénétrer les fumées plus profondément dans les poumons, avec les risques qui en sont la conséquence.

Le cannabis peut aussi être ingéré car le THC est soluble dans les graisses et l'alcool :

  • Le beurre (Les Beurré sont un groupe de variétés de poires à chair fondante, comprenant entre autres les variétés suivantes.) de Marrakech, obtenu par extraction des composés liposolubles du haschisch ou des inflorescences de cannabis se substitue au beurre classique dans les recettes. Il est utilisé pour préparer des plats tels que le space cake, la pot pie ou les hash brownies.
  • Le cannabis peut également être mis en solution dans du lait (de préférence entier), ce que l'on nomme un bhang ou « lait vert ».
  • On peut également faire fondre du haschisch dans du chocolat noir et s'en servir ensuite en pâtisserie, ou alors le faire à nouveau solidifier pour l'utiliser à la demande.
  • le Green Dragon désigne une boisson alcoolisée à base de macération de cannabis dans de l'alcool. La solution est verte, d'où le nom.
  • Le pot tea s'appuie sur le principe du thé, par infusion de feuilles dans de l'eau chaude. Cependant, le THC étant hydrophobe (Un composé est dit hydrophobe (du grec υδρο, hydro = eau, et Φοβοσ, phóbos = peur) ou...), pas d'effets psychoactifs en consommant du thé au cannabis.

Néanmoins, lorsqu'il est ingéré, les effets du cannabis se déclarent au bout de trente minutes et peuvent se prolonger plusieurs heures (L'heure est une unité de mesure  :), ce qui peut générer un état d'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment désagréable de peurs, d'inquiétude,...) et de paranoïa (La paranoïa est, au sens premier, une maladie mentale chronique du groupe des psychoses, caractérisée par un délire d'un type particulier, dit délire paranoïaque, pour lequel il existe...) appelé bad trip.

La vaporisation ou sublimation est une autre méthode d'absorption ( En optique, l'absorption se réfère au processus par lequel l'énergie d'un photon est prise par une autre entité, par exemple, un atome qui fait une transition entre deux niveaux d'énergie électronique. Le photon...). On peut extraire le THC et les autres cannabinoïdes sous forme de vapeur () en chauffant légèrement la plante sans la brûler. Cette méthode a l'avantage de ne pas produire les substances toxiques contenues dans la fumée du cannabis et du tabac lors d'une combustion normale (monoxyde de carbone, goudrons, nitrosamines...). En chauffant le cannabis à une température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est...) précise, les substances psychotropes s'évaporent, mais la plante ne brûle pas encore. La vapeur produite peut alors être inhalée, avec un effet aussi immédiat que si le cannabis était fumé.

L'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies signale qu'en général, les prix de vente au détail du cannabis végétal (Les classifications scientifiques classiques regroupent sous le terme végétal ([veʒetal]/[veʒeto]) plusieurs lignées d'organismes vivants qui, selon l'origine étymologique du terme,...) et de la résine de cannabis oscillent en Europe entre 2 et 14 euros le gramme (Le gramme est une unité de masse du Système international (l'unité de base est le kilogramme) et du système CGS. L'abréviation du gramme est g.). La plupart des pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...) européens font état de prix compris entre 4 et 10 euros pour les deux produits.

Évaluation de la consommation

Pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une expression comme « 45 % » (lue « 45 pour...) de la population ayant déjà consommé du cannabis en Europe

En 2008, l'ONU dans son rapport mondial sur les drogues 2008, estimait qu'il y avait 166 millions d'usagers de cannabis, le pays restant le plus utlisateur restant les États-Unis.

Plus de soixante-deux millions d'Européens (plus de 20 % de l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) de la population adulte) ont déjà consommé du cannabis et vingt millions en ont consommé au cours de la dernière année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.), selon une étude publiée le 25 novembre 2005 par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT).

Dans son rapport annuel du 1er mars 2006, l'OICS indique que l'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la...) compterait trente-quatre millions d'usagers.

Cependant cette évaluation est certainement très loin de la réalité. Il n'existe aucune méthode fiable pour évaluer un marché illégal, ce qui se fait par des extrapolations des drogues saisies ainsi que des évaluations des surfaces cultivées.

Il s'agit en revanche de la drogue illégale la plus consommée dans le monde.

Les effets

Effets recherchés

D'une manière générale, les effets varient en intensité et en durée, en fonction du mode de consommation, des teneurs respectives en THC (effet high) et CBN (effet stone) ainsi que du sujet, de son état physique et psychique. Les effets durent quelques heures (moins longtemps pour l'inhalation que pour l'ingestion). Leur durée est tout autant variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une...).

Généralement :

  • euphorie (L'euphorie (du grec euphoria) est un terme médical désignant une impression inadéquate de bien-être physique et moral, de contentement, de confiance en soi, d'exaltation et...), hilarité, excitation ;
  • relaxation, détente, sensation de flottement ;
  • facilité d'introspection (disparition de l'inhibition) ;
  • association d'idées créatives ;
  • stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un potentiel d'action, qui est transmis par les nerfs vers...) de l'appétit (L'appétit est le désir de manger. L'appétit existe dans les formes de vies les plus évoluées pour réguler la quantité d'énergie à apporter pour les besoins du...) (Voir ) ;
  • sommeil ;
  • sentiment de sûreté ;
  • sensation d'extrême plaisir même face à des choses parfois futiles.

Des doses plus violentes peuvent induire une augmentation de la perception auditive et visuelle (diminution de l'inhibition latente), qui peut engendrer des hallucinations et conduire au bad trip ou au contraire amplifier les sensations durant un spectacle musical ou devant un film, effet souvent recherché. La consommation simultanée d'alcool multiplie les effets par 14.

Effets secondaires indésirables

Même si les effets durent en général quelques heures, le cannabis reste entre 18 à 24 h dans le sang, et l'élimination de celui-ci par le corps est particulièrement lente : plus d'une semaine pour éliminer la moitié de la dose absorbée (En physique nucléaire et en radioprotection, la dose radioactive ou plus concisément la dose désigne l'énergie déposée par unité de masse par un...). Ainsi, il suffit d'un « joint » par semaine pour que le THC s'accumule dans le corps.

Après la consommation, l'usager peut manifester les symptômes suivants :

  • yeux rouges, mydriase ;
  • tachycardie, hypertension/hypotension ;
  • assèchement buccal (familièrement appelé « la pâteuse » ou « moquette », souvent caractérisée par un blanchiment de la langue) ;
  • vomissements ;
  • anxiété ;
  • altération de la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) immédiate ;
  • troubles de la perception du temps (quelques minutes semblent être des heures, ou l'inverse) ;
  • paranoïa...

Les effets psychiques sont liés à la personnalité de l'usager.

Le cannabis altère la mémoire immédiate, la concentration, le rappel des souvenirs ou des mots et peut donc diminuer les capacités d’apprentissage. En l’état actuel des connaissances, la mémoire ne semble pas affectée au-delà du temps des effets du cannabis, c'est-à-dire quelques heures. Cette amnésie (L'amnésie est la perte partielle ou totale de la mémoire.) est multipliée en cas de consommation associée avec de l'alcool.

L'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) de cannabis peut traduire un mal-être psychique – parfois insoupçonné – pouvant se transformer en paranoïa, crises d'angoisses, sentiment d'oppression. Il existe aussi quelques cas de psychose (Le terme psychose, introduit au XIXe siècle, désignait la folie et l'aliénation. C'est un terme général qui désigne les affections mentales les plus graves,...) cannabique aiguë.

Au niveau neuro-psychiatrique, la substance peut diminuer l'attention, aggraver ou révéler des troubles psychiques comme n'importe quel psychotrope (Un psychotrope est une substance qui agit principalement sur l'état du système nerveux central en y modifiant certains processus biochimiques et physiologiques...). Un syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible de présenter lors de certaines maladies, ou bien dans des circonstances cliniques d'écart à la norme pas nécessairement...) amotivationnel (démotivation) peut apparaître, ainsi que : manque d'estime de soi, intempérance, dépression et tendances suicidaires. Il existe une corrélation entre l'usage prolongé du cannabis et la dépression chez certains patients, mais il reste difficile de dire si le cannabis produit la dépression ou si la dépression favorise une consommation chronique. Différentes études suggèrent des liens entre schizophrénie (Le terme de schizophrénie regroupe de manière générique un ensemble d'affections psychiatriques présentant un noyau commun, mais dites...) ou psychose et cannabis (plus de détails ici). Une prise régulière de cannabis peut provoquer de la dépression, de l'anxiété ainsi que des attaques de panique.

À long terme, les effets sur l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) ont besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les...) d'être étudiés. On cite cependant des affections durables des voies respiratoires similaires au tabac : toux (La toux est une contraction spasmodique soudaine et souvent répétitive, de la cavité thoracique humaine, dont résulte une expulsion violente d'air des poumons, et usuellement accompagnée d'un son distinctif....), cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce...) bronchique, bronchite chronique (La bronchite chronique se définit par une toux productive (avec crachats) tous les matins pendant au moins trois mois de suite dans l’année et au moins deux années...), emphysème (du fait d'inhalations profondes et prolongées). Par ailleurs, l'inhalation de la combustion de produits de coupe souvent présents dans le haschisch expose l'usager à des risques aussi aléatoires que néfastes. L'herbe a été exceptionnellement coupée à l'eau, au sable (Le sable, ou arène, est une roche sédimentaire meuble, constituée de petites particules provenant de la désagrégation d'autres roches dont la...) voire au verre (Le verre, dans le langage courant, désigne un matériau ou un alliage dur, fragile (cassant) et transparent au rayonnement visible. Le plus souvent, le verre est constitué d’oxyde de silicium (silice SiO2) et de fondants,...) pillé afin d'alourdir la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse...) et donc d'augmenter les prix.

Une dépendance psychologique existe, même si elle est moins marquée que pour d'autres produits. Il faut également signaler qu'une dépendance au tabac, utilisé dans la confection du joint, se manifeste très souvent chez les fumeurs réguliers de cannabis. Cependant, un joint peut également être confectionné uniquement a base "d'herbe".

Selon une étude d'une association de consommateurs, fumer trois joints équivaut à fumer un paquet de cigarettes. La fumée de cannabis contient sept fois plus de goudron (Les goudrons (de l'arabeقَطْران — qaṭrān) sont des produits issus de poix modifiée de résineux, produits...) et de monoxyde de carbone (Le monoxyde de carbone est un des oxydes du carbone. Sa formule brute s'écrit CO et sa formule semi-développée C=O ou –C≡O+, la molécule est composée d'un atome...) que la fumée du tabac seul. Cet essai est en contradiction (Une contradiction existe lorsque deux affirmations, idées, ou actions s'excluent mutuellement.) avec d'autres travaux scientifiques qui estiment que « fumer du cannabis n'accroît pas le risque de cancer » ou que les risques cancérigènes sont à imputer à la présence de nicotine (La nicotine (de Jean Nicot) est un alcaloïde présent dans les feuilles de tabac (jusqu'à 5 % du poids des feuilles) et à moindre concentration dans les plantes de la famille des solanacées. La...) due au mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses qui n'interagissent pas chimiquement. Le résultat de l'opération est une préparation...) avec du tabac. Alternativement à la combustion, l'usage d'un vaporisateur, en vente libre, délivre une vapeur de cannabinoïde pratiquement pure.

La consommation à l'aide d'une pipe à eau augmente très fortement l'inhalation de produits toxiques, bien que l'eau filtre (Un filtre est un système servant à séparer des éléments dans un flux.) la plus-part des toxines contenues dans la fumée.

Des troubles de comportement sont observés chez l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire...) de laboratoire qui y est exposé, y compris chez des espèces très éloignées des mammifères comme l'araignée. Le cannabis est un des produits dont les effets ont été testés sur des araignées dès les années 1950. Comme pour d'autres drogues, les araignées qui y sont exposées, même à de faibles doses, ont produit des toiles tout à fait anormales. Plus la toxicité du produit est élevée, plus l'araignée laisse de manques dans sa toile.

Surdose (Une surdose (en anglais, overdose) est la prise, accidentelle ou non, d'un produit quelconque en quantité supérieure à la dose limite...)

Aucune surdose (ou overdose) n'est possible avec le cannabis, notamment de par la nature des substances psychotropes qui y sont présentes (ce ne sont pas des alcaloïdes), et c'est ce qui contribue le plus à sa réputation de « drogue douce ».

Effets sur les adolescents

Selon une étude, il n’y aurait aucune différence sur le plan cérébral entre ceux qui ont régulièrement fumé de la marijuana au cours de leur adolescence et ceux qui n’en ont jamais fait usage. Une autre étude affirme plutôt que les personnes prédestinées à la schizophrénie voient leurs symptômes précipités lorsqu'elles commencent à consommer pendant l'adolescence. La consommation intensive de dérivés concentrés, comme l'huile de haschisch, favorise, particulièrement à l'adolescence, l'apparition des troubles psychotiques.

Effets sur la conception et la procréation

La consommation régulière de joints, chez l’homme, contribue à une baisse de la fertilité (Pour le sens commun, la fertilité désigne à la fin du XXe siècle la capacité des personnes, des animaux ou des plantes à produire une descendance viable et abondante. Le terme...).

Pendant la grossesse (La grossesse est le processus physiologique au cours duquel la progéniture vivante d'une femme se développe dans son corps, depuis la conception jusqu'à ce qu'elle puisse survivre hors du corps de la mère. Une femme en...), la consommation de cannabis risque d'entraver l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) cérébrale du fœtus, retardant (Un retardant est un produit chimique destiné à freiner la propagation des incendies .) le développement du cerveau in utero (Les phénomènes in utero ou in utéro (du latin signifiant littéralement « dans l'utérus ») sont, en biologie, les...). La tératogénicité de la consommation de cannabis durant la grossesse semble cliniquement non significative. Cependant, après une exposition in utero au cannabis, des atteintes cognitives pendant les années d'enfance ont été observées, avant tout sur l'attention et les tests d'hypothèses par voie visuelle.

Effets sur les processus de mémorisation (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.)

Des universitaires américains ont découvert que le cannabis perturbe les processus de mémorisation du cerveau en désorganisant le fonctionnement électrique de l'hippocampe, structure-clé du cerveau pour l'activation (Activation peut faire référence à :) de la mémoire. Le cannabis, aux doses usuellement présentes chez ses consommateurs, supprime les oscillations électriques, essentielles dans le processus d'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par l'observation,...) et de mémorisation. Les processus cognitifs sont désorganisés.

Selon le professeur Jean Constantin, la principale substance active dans le cannabis, le THC, bloque aussi la libération d'un neurotransmetteur (Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérées par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur d'autres neurones, appelé neurone...) important dans l'hippocampe, l'acétylcholine, affectant le fonctionnement électrophysiologique du cerveau.

En 2006, le service Neuropsychologie de l'INSERM de Marseille avait montré que le cannabis perturbait, chez le fœtus, la formation des réseaux de neurones dans le développement du cerveau, ce que confirme la proportion très élevée d'enfants ayant un retard mental chez les mères fumeuses de marijuana.

Autres effets

Fumer du cannabis peut être un facteur de risque (En gestion des risques, un facteur de risque est une source de risque qui est classée en risques inhérents génériques probables dans le but de faciliter l'évaluation ou l'atténuation des risques.) de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) parodontale (maladie du tissu soutien des dents), indépendant de l'utilisation du tabac.

Page générée en 0.266 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique