Apollo 8
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Contexte historique

Apollo 8 se déroule à la fin de l'année 1968, une année où de nombreux bouleversements se produisent dans le monde :

  • Les chars de combat soviétiques avaient mis un arrêt aux manifestations de Prague dans ce que l'on appellera le « Printemps de Prague » ;
  • Robert Kennedy et Martin Luther King furent assassinés ;
  • La guerre du Viêt Nam avait pris un tournant important avec l'offensive du Têt ;
  • Les campus (Un campus (du mot latin désignant un champ) désigne l'espace rassemblant les bâtiments et l'infrastructure d'une université ou d'une école située hors d'une...) des universités américaines se rebellèrent ;
  • Manifestation des étudiants en mai 1968 à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la Seine en...).

C'est également dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui...) de guerre froide qu'est programmée la mission. Cependant, son succès a tracé le chemin qui permettra à la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est...) de remplir l'objectif fixé par le président John Fitzgerald Kennedy : se poser sur la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km. La distance moyenne séparant la Terre de la Lune est de...) avant la fin de la décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.).

Cette mission fut la mieux couverte médiatiquement depuis le premier vol (Le premier vol ou vol inaugural d'un avion est la première occasion pour celui-ci de prendre les airs par ses propres moyens. C'est l'équivalent en aéronautique du voyage...) orbital américain — Mercury Atlas 6 en 1962. Près de 1 200 journalistes couvraient l'évènement, la BBC réémettant dans 54 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le...) et dans plus de 15 langues différentes. Le journal soviétique Pravda en a même fait sa une.

Après la mission, Frank Borman reçut un télégramme, d'auteur inconnu, sur lequel on pouvait lire : « Thank you Apollo 8 (Apollo 8 est le nom de la seconde mission habitée du programme spatial Apollo. Elle est la première mission à avoir transporté des hommes au-delà de l'orbite terrestre, ainsi que la...). You saved 1968 .». L'élément le plus marquant de la mission semble être la photographie du « lever de Terre ».

La mission Apollo 8

Lancement et transfert

Lancement d'Apollo 8 — la photo est en double exposition, la Lune n'étant pas visible au moment du lancement.

Apollo 8 fut lancé à 19:51:00 (heure des États-Unis) le 21 décembre 1968. Toute la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de lancement s'est produite pratiquement sans encombre, seuls quelques problèmes mineurs se sont présentés. Les moteurs du premier étage (S-IC) étaient 0,75% moins puissants que prévu, ce qui a demandé une combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la combustion est vive, elle se traduit par une flamme voire une explosion.) prolongée de 2,45 secondes. Après la fin de la combustion du second étage, la fusée (Fusée peut faire référence à :) a subi des oscillations que Frank Borman évaluait à 12 Hz de fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps. Ainsi lorsqu'on emploie le mot fréquence sans précision, on...) pour environ ±0.25 g (±2.5 m/s²). Le premier lanceur ( Lanceur, terme de l'astronautique Lanceur, terme du baseball ) Saturn V (Saturn V est le nom de la fusée spatiale qui a été utilisée par la NASA pour les programmes Apollo et Skylab entre 1967 et 1972, en pleine course à l’espace entre Américains et Soviétiques.) habité plaça le vaisseau dans une orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) elliptique (181,5 km par 191,3 km) terrestre, d'une période de 88 minutes et 10 secondes. L'apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê : Terre), dans les domaines de l'astronomie et de l'astronautique, est le point...) réelle était légèrement supérieure à la valeur attendue. Le premier étage s'est écrasé dans l'océan Atlantique (L'océan Atlantique est l'un des cinq océans de la Terre. Sa superficie de 106 000 000 km² en fait le deuxième par la taille derrière l'océan Pacifique. Il s'est formé par l'éloignement de plaques tectoniques,...), à 30°12′N 74°7′W / 30.2, -74.117. Le second étage fit de même, à 31°50′N 37°17′W / 31.833, -37.283.

(audio) Lancement d'Apollo 8 (info)
Transmissions sol-air entre T-15 (L'Autoblindée mitrailleuse ou char léger T-15 est la version belge du "Commercial Light Tank Vickers Carden-Loyd 4 ton" d'origine britannique.) seconds et T+3 minutes.


Les 2 heures et 38 minutes qui suivirent, l'équipage et le centre de contrôle (Un centre de contrôle, dans le domaine de l'astronautique, est une salle d'où sont coordonnées les actions qui concourent à l'accomplissement d'une mission spatiale telles qu'un lancement ou une opération...) s'assurèrent que le vaisseau était complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique...) opérationnel et prêt à être lancé sur la trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) d'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) translunaire (Trans-Lunar Injection, TLI), par une propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant. Elle fait appel à un propulseur qui transforme en...) qui placerait l'appareil sur une trajectoire de transfert jusqu'à la Lune. L'équipe s'assura que le troisième étage (S-IVB) fonctionnait — dans les essais inhabités précédents, il ne s'était pas rallumé.

Au cours du vol, trois hommes étaient dédiés aux communications avec la capsule (les « capcoms »). Ils étaient normalement les seuls à communiquer avec l'équipage. Michael Collins était le premier à prendre du service et 2 heures 27 minutes et 22 secondes après le lancement, il émis un premier signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux lumineux sont employés depuis la...) radio : « Apollo 8. You are Go for TLI ». Durant les douze minutes qui précédaient l'allumage (Pour s'enflammer, le mélange air-essence, un gaz contenu dans le cylindre doit subir une élévation de température permettant de porter une partie de sa masse au-dessus de sa température d'inflammation (ti-380°C).), l'équipage continua la surveillance des instruments. Le troisième étage s'alluma à l'heure (L'heure est une unité de mesure  :) dite et brûla complètement en 5 minutes et 17 secondes. La vitesse (On distingue :) de l'appareil fut portée à 10 822 m/s et la poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de l'avancement.) cessa lorsqu'ils avaient atteint une altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui...) de 346,7 km.

(audio) Apollo 8. You are Go for TLI (info)
Michael Collins (capcom 1) donne à l'équipage d'Apollo 8 la confirmation (go) pour l'injection translunaire (TLI).


Après que le troisième étage eut effectué les opérations adéquates, il se sépara de l'appareil. L'équipage fit alors tourner le vaisseau pour prendre quelques photographies de celui-ci tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en vérifiant que la navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) fonctionnait. Ils virent, à cette occasion et pour la première fois de leur voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est...), la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus...) en entier : ils furent les premiers à assister en personne à un tel spectacle.

Borman s'inquiétait que le troisième étage reste si proche de l'appareil, suggérant au centre de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) que l'équipage effectue une manœuvre de séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé...). Ils proposèrent de pointer le vaisseau dans la direction opposée à celle de la Terre puis d'utiliser les propulseurs RCS pour gagner 0,9 m/s, mais Borman ne voulait pas perdre l'étage de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.). Après délibération, il fut décidé de le faire quand même, et en gagnant 2,7 m/s. Ces discussions s'achevèrent en retardant (Un retardant est un produit chimique destiné à freiner la propagation des incendies .) d'une heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en...) le plan de vol (Le plan de vol est un document déposé par le pilote avant le vol auprès de l'autorité assurant le contrôle de la circulation aérienne. Il...) de la mission.

Cinq heures après le lancement, le centre de contrôle força le troisième étage à consommer le carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.) restant pour se placer en orbite solaire, de sorte à ne pas risquer de collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.) avec la mission. Il se plaça en orbite elliptique 0,99 par 0,92 UA, d'inclinaison (En mécanique céleste, l'inclinaison est un élément orbital d'un corps en orbite autour d'un autre. Il décrit l'angle entre le plan de l'orbite et le plan de référence (généralement le plan de l'écliptique, c'est-à-dire le plan moyen de...) 23,47° et de période 340,80 jours.

Approche de la Lune

Une des premières photographies de la Terre entière prise par des humains, due à Bill Anders. Le pôle Sud (Le pôle Sud est le point le plus au sud de la surface de la Terre, diamétralement opposé au pôle Nord. Il est situé sur le continent...) est au-dessus, on voit l'Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) au milieu.

Le principal rôle de Jim Lovell en tant que pilote du module de commande (Le module de commande est le centre vital des missions Apollo.) était de superviser la navigation. Bien que le centre de contrôle effectuait tous les calculs, il fallait en cas de perte de liaison que l'équipage puisse rentrer sur Terre. Pour cela, il utilisait les étoiles au moyen d'un sextant (Un sextant est un instrument de navigation permettant de relever la hauteur angulaire d’un astre au-dessus de l’horizon. Il est utilisé pour faire le point hors de vue de terre (voir...) monté dans l'appareil, qui permettait de mesurer l'écart angulaire entre une étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la Terre.) connue et la Terre (ou la Lune). Cette tâche se révéla ardue, d'autant que le largage du troisième étage (S-IVB) avait provoqué la formation d'un nuage (Un nuage est une grande quantité de gouttelettes d’eau (ou de cristaux de glace) en suspension dans l’atmosphère. L’aspect d'un nuage...) de débris autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) du vaisseau, qui rendait difficile le repérage des étoiles.

Après sept heures de mission, le retard pris pour se séparer du troisième étage associé aux mesures de Lovell ont montré qu'ils étaient décalés d'une heure et 40 minutes environ sur le plan de vol. L'équipage plaça le vaisseau en contrôle thermal passif (Passive Thermal Control, PTC), qui n'est autre qu'appliquer le principe du barbecue : le vaisseau tournait sur lui-même, au rythme d'un tour par minute ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte...), pour assurer une distribution égale de la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !). Cela s'avérait nécessaire, dans la mesure où le Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique,...) peut chauffer le côté éclairé à plus de 200 °C, alors que le côté dans l'ombre (Une ombre est une zone sombre créée par l'interposition d'un objet opaque (ou seulement partiellement opaque) entre une source de lumière et la...) se refroidit à -100 °C. De tels écarts de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante,...) pourraient endommager le bouclier thermique (Un bouclier thermique, dans le domaine de l'astronautique, est un dispositif destiné à protéger une partie d'un engin spatial contre l'échauffement cinétique.) ou l'intégrité de la capsule, voire provoquer l'explosion (Une explosion est la transformation rapide d'une matière en une autre matière ayant un volume plus grand, généralement sous forme de gaz. Plus cette transformation s'effectue rapidement, plus la matière...) des réservoirs. Puisqu'il était impossible de tourner selon un axe, l'appareil décrivit un cône en se déplaçant, mouvement qui devait être contrôlé régulièrement, car il avait tendance à s'amplifier.

La première correction en vol se déroula à la onzième heure après le décollage (Le décollage est la phase transitoire pendant laquelle un aéronef passe de l'état statique - au sol - vers le vol.). Les tests au sol avaient montré qu'un léger risque existant pour que le système de propulsion du module de service (Le module de service, appelé aussi plate-forme ou "bus" dans le jargon spatial rassemble les servitudes d'un satellite alors que les fonctions liées à la mission...) (Service Propulsion System, SPS) explose s'il était utilisé sur de longues périodes, à moins que sa chambre de combustion (Une chambre de combustion est une enceinte capable de résister à des changements de pression et de température brusques, dans laquelle on déclenche volontairement...) ne soit « préparée » en premier lieu. Un moyen de réaliser cela était d'allumer le moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) pendant une courte durée, ce qui fut fait pendant 2,4 secondes, ajoutant 6,2 m/s à la vitesse de l'appareil. C'était moins que les 7,5 m/s prévus, et cette sous-performance fut attribuée à une bulle d'hélium (L'hélium est un gaz noble ou gaz rare, pratiquement inerte. De numéro atomique 2, il ouvre la série des gaz nobles dans le tableau périodique des...) dans les lignes d'oxydant, qui aurait réduit la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) d'éjection. La vitesse attendue fut atteinte en utilisant le système de propulsion du module de contrôle pour compenser (Reaction Control System, RCS). Deux corrections supplémentaires avaient été planifiées, mais elles furent annulées dès que les mesures indiquèrent une trajectoire presque parfaite.

Après onze heures de vol, l'équipage avait veillé plus de 16 heures — ayant été réveillés environ 5 heures avant le lancement. Frank Borman démarra sa période de sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à...) de 7 heures, mais éprouva des difficultés à dormir. La NASA avait planifié les heures de sommeil pour qu'au moins un des membres d'équipage soit éveillé afin de corriger d'éventuels problèmes, mais les communications radio avec le sol avec le bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la...) des ventilateurs rendaient toute tentative d'assoupissement difficile. D'autant plus qu'en impesanteur (L'impesanteur est l'état d'un corps tel que l'ensemble des forces gravitationnelles et inertielles auxquelles il est soumis possède une résultante et un...), les astronautes devaient dormir attachés et sans oreillers.

Troisième étage (S-IVB) de la fusée Saturn V, mission Apollo 8.

Environ une heure après avoir commencé sa période de sommeil, Borman demanda l'autorisation de prendre des somnifères, laquelle lui fut accordée mais la pilule n'eut que peu d'effets. Après sept heures de sommeil approximatif, Borman se réveilla malade. Il vomit deux fois et se plaignit de diarrhées. L'équipage nettoya ce qui leur était possible. Borman ne voulait pas révéler ces informations au sol, mais Lovell et Anders insistèrent. Ils utilisèrent l'équipement d'enregistrement (Data Storage Equipment, DSE), destiné à effectuer des mesures de télémétrie et d'enregistrement audio, qui pouvait être ensuite propulsé à haute vitesse en direction de la Terre. Ils racontèrent l'état de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) de Borman, puis l'ont envoyé au centre de contrôle, disant qu'ils « aimeraient une évaluation des commentaires vocaux. »

Une visioconférence se tint entre l'équipage et le personnel médical au second étage du module. Il fut décidé que cela n'était pas inquiétant, Borman ayant soit développé une gastroentérite bénigne — ce qui était l'avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au Legüyi Hivatal, le service...) de Borman — soit une réaction aux somnifères. À la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm (violet) à 780nm (rouge). La lumière est intimement...) moderne, on pense qu'il aurait plutôt été victime du mal de l'espace, qui affecte environ un tiers des astronautes lors de leur première journée en vol.

Images prises au cours du vol par l'équipage lors de leur orbite autour de la Lune, Frank Borman au centre.

Le voyage de transfert s'est fait presque sans encombres, l'équipage se contentant de vérifier que les instruments fonctionnaient. Pendant ce temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), la NASA organisa une diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition » (diffusion d'un produit, d'une information), voire de « vaporisation » (diffuseur...) télévisée pour la 31e heure de vol. La caméra (Le terme caméra est issu du latin : chambre, pour chambre photographique. Il désigne un appareil de prise de vues animées, pour le cinéma, la télévision ou la vidéo.) utilisée, lourde de 2 kg, était un modèle grand-angle (160°) noir-et-blanc, muni d'un second objectif téléphoto (9°).

Au cours de cette première diffusion, l'équipe proposa une visite du module et tenta de filmer la Terre. Cela fut cependant difficile, d'autant que l'image de la caméra saturait à la moindre source lumineuse. Après 17 minutes d'émission, la rotation de l'appareil avait placé l'antenne (En radioélectricité, une antenne est un dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de capter (récepteur) les ondes électromagnétiques.) en dehors du champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de réception de la Terre. La communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces)...) se termina sur la transmission de Lovell, souhaitant un bon anniversaire à sa mère.

(audio) Borman décrivant la Terre (info)
Frank Borman décrit la vue de la Terre à mi-chemin entre la Terre et la Lune.


À ce stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un équipement sportif.), toutes les périodes de sommeil planifiées avaient été abandonnée. Après 32½ heures de vol, Lovell se coucha, soit environ 3½ heures avant ce qu'il avait prévu. Il fut suivi d'Anders qui prit des somnifères.

Une seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. ...) diffusion eut lieu à la 55e heure. L'équipe avait, cette fois, trouvé les filtres adaptés, ce qui leur permit de réaliser la première émission télévisée qui montrait la Terre en entier. L'équipage passa les 23 minutes de l'émission à décrire ce qu'ils y voyaient, les couleurs, etc.

(audio) Lovell décrivant la Terre (info)
Jim Lovell décrit ce qu'il voit de la Terre, à 320 000 km de celle-ci.

Entrée en orbite lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.)

Après environ 55 heures et 40 minutes de vol, l'équipage d'Apollo 8 devint les premiers êtres humains à entrer dans la sphère (En mathématiques, et plus précisément en géométrie euclidienne, une sphère est une surface constituée de tous les points situés à une même distance d'un point appelé centre. La valeur de...) d'influence gravitationnelle d'un autre corps céleste : l'attraction gravitationnelle de la Lune devenait plus intense que celle de la Terre. Ils étaient alors à 62 377 km de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec...) de la Lune, à une vitesse de 1 216 m/s par rapport à celle-ci. L'équipage calculait toujours sa trajectoire à partir du site de lancement, et continua ainsi jusqu'à la correction à mi-parcours qui devait leur permettre de changer de référentiel pour repartir sur Terre. Cette dernière n'était prévue que pour leur treizième heure de vol en orbite lunaire.

Le dernier évènement important avant leur entrée en orbite lunaire consistait à ralentir, pour obtenir une vitesse de 0,6 m/s. À la 61e heure très exactement, alors qu'ils étaient à 39 000 km de la Lune, l'équipage alluma le RCS pendant 11 secondes.

À la 64e heure de vol, ils préparèrent l'insertion en orbite lunaire (Lunar Orbit Insertion-1, LOI-1). Cette manœuvre ne permettait aucune erreur et devait être effectuée de la face cachée de la Lune, sans contact possible avec la Terre. L'ordre positif fut donné à la 68e heure. Après 68 heures et 58 minutes de vol au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire...), le vaisseau passa derrière la Lune et perdit tout contact radio avec la Terre.

(audio) Apollo 8 passe derrière la Lune (info)
Dernière transmission du vaisseau avant de passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) derrière la Lune.


Dix minutes avant l'opération LOI-1, l'équipage vérifia les systèmes du vaisseau. Ils aperçurent enfin la Lune, du côté caché. Seulement deux minutes les séparaient du lancement et ils n'avaient que peu de temps pour apprécier la vue.

L'allumage des propulseurs se fit 69 heures 8 minutes et 16 secondes après le lancement, le moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à...) brûla pendant 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire. L'équipage décrivit cet instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être considéré comme une durée.) comme les « quatre plus longues minutes de leur vie ». Si la propulsion n'avait pas duré exactement le temps prévu, le vaisseau aurait eu une trajectoire très excentrique voire aurait été éjecté dans l'espace. Si elle avait trop duré, ils se seraient écrasés à la surface de la Lune. Après s'être assurés que le vaisseau fonctionnait, ils eurent l'occasion de jeter un œil à la Lune, autour de laquelle ils allaient être en orbite pendant 20 heures.

Le premier « lever de Terre » photographié par des humains.

Sur Terre, le centre de contrôle attendait. S'il y avait eu un problème, le vaisseau apparaîtrait trop vite et les corrections devraient être effectuées rapidement. Au moment prévu, un signal fut reçu en provenance du vaisseau, confirmant son orbite (311,1 km par 111,9 km) autour de la Lune.

(audio) Apollo 8 apparaît de l'autre côté de la Lune (info)
Première transmission radio d'Apollo 8 une fois rentré en orbite lunaire.


Après avoir rapporté l'état du vaisseau, Lovell donna la première description de la surface de la Lune :

« La Lune est essentiellement grise, sans couleur ; ressemble au plâtre (Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. Il est utilisé sous forme de pâte constituée d'un mélange de poudre et d'eau, ou...) ou à une espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou dont il existe une...) de sable (Le sable, ou arène, est une roche sédimentaire meuble, constituée de petites particules provenant de la désagrégation d'autres roches dont la dimension est comprise entre 0,063 et 2 mm.) de plage (La géomorphologie définit une plage comme une « accumulation sur le bord de mer de matériaux d'une taille allant des sables fins aux blocs ». La...) grisonnant. On peut voir pas mal de détails. La Mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) de la Fertilité (Pour le sens commun, la fertilité désigne à la fin du XXe siècle la capacité des personnes, des animaux ou des plantes à produire une descendance viable et...) ne se présente pas aussi bien ici qu'elle le fait sur Terre. Il n'y a pas autant de contraste entre elle et les cratères environnants. Les cratères sont tout arrondis. Il y en a pas mal, certains sont plus récents. Beaucoup d'entre eux — particulièrement les arrondis — ont l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec...) d'avoir été frappés par des météorites ou des projectiles divers. Langrenus est plutôt un gros cratère ; il a un cône au centre. Les murs du cratère ( Pour le cratère d'origine volcanique, voir Cratère volcanique Pour le cratère d'origine météoritique, voir Cratère d'impact Pour le cratère formé à la suite...) sont aplatis, environ six ou sept terrasses différentes là-dessous. »

Lovell poursuivit sa description du terrain. L'une des tâches dédiées à l'équipage consistait à effectuer une reconnaissance en vue d'un atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime ou aéronautique.), notamment sur Mare Tranquillitatis où Apollo 11 (Apollo 11 est la première mission spatiale à avoir conduit un homme sur la Lune. C'est la troisième mission habitée à avoir approché la Lune,...) devait se poser. Le lancement d'Apollo 8 avait été choisi pour que le site soit correctement éclairé. Une caméra s'assurait que chaque seconde de la Lune serait enregistrée. Bill Anders passa l'essentiel des 20 heures à prendre des photographies de lieux connus. À la fin de la mission, ils avaient 700 photographies de la Lune, et 150 de la Terre.

Une portion de la face visible de la Lune. Le cratère dans la partie inférieure est Goclenius.

Durant l'heure au cours de laquelle le vaisseau était en contact avec la Terre, Borman demanda des informations sur les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) du SPS. Il voulait s'assurer que les moteurs fonctionnaient et pouvaient être utilisés pour revenir sur Terre en cas de besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes...).

Lors de leur deuxième apparition, l'équipage diffusa des images de la surface de la Lune. Anders décrivit les cratères au-dessus desquels ils passaient. À la fin de cette seconde orbite, ils engagèrent la procédure LOI-2, 11 secondes de propulsion qui devait rendre l'orbite plus circulaire (112,6 km par 114,8 km). Lors des deux orbites suivantes, l'équipe s'occupa de maintenance et photographia la Lune.

Lorsque le vaisseau apparut pour la quatrième fois, ils assistèrent à un évènement jamais observé : un « lever de Terre ». Ils en prirent une photographie noir-et-blanc, puis une en couleurs. Il est important de remarquer que, la Lune et la Terre tournant de manière synchrone, on n'observa jamais de tel « lever de Terre » depuis la surface lunaire — c'est le déplacement ( En géométrie, un déplacement est une similitude qui conserve les distances et les angles orientés. En psychanalyse, le déplacement est mécanisme de...) du vaisseau, en orbite, qui permit ce phénomène.

La Terre, vue depuis Apollo 8, 24 décembre 1968.

Anders prit encore quelques photographies, tandis que Lovell s'occupait de la navigation, permettant à Borman de se reposer. Il réussit à somnoler pendant deux orbites. Borman se réveilla en remarquant que ses camarades commençaient à avoir des difficultés. Ils veillaient depuis trois jours. Reprenant les commandes, ils les invita à dormir, ce qui l'opposa à quelques protestations de la part d'Anders. Ce dernier donna finalement son accord, à condition que le commandant plaçât l'appareil photo de sorte à prendre des images automatiques de la Lune.

Lors de leur neuvième orbite, une nouvelle transmission télévisée prit place. Borman présenta l'équipe, puis chacun fit part de ses impressions sur la surface lunaire et ce qu'ils pensaient de leur aventure. Après avoir parlé de la Lune, Anders déclara qu'ils avaient un message (La théorie de l'information fut mise au point pour déterminer mathématiquement le taux d’information transmis dans la communication d’un message par un canal de communication, notamment en présence de parasites appelés...) pour tous ceux sur Terre.

(audio) L'équipage d'Apollo 8 décrivant la Lune (info)
L'équipage d'Apollo 8, donnant ses impressions sur la Lune et leur voyage.
(audio) L'équipage d'Apollo 8 lisant un passage de la Génèse et souhaitant un joyeux Noël (info)
Chaque membre lisant un passage de la Génèse 1:1-10. Borman termine par « Et de la part de tout l'équipage d'Apollo 8, nous terminons par, bonne nuit, bonne chance, un joyeux Noël, Dieu vous bénisse tous, vous sur la bonne vieille Terre. »


Tout ce qui restait à faire consistait désormais à effectuer l'injection transterrestre (Trans-Earth Injection, TEI), qui leur permettrait de rentrer sur Terre et se produirait 2½ heures après la fin de la transmission télévisée. C'était l'étape la plus risquée de tout le vol. Si le SPS ne s'allumait pas, ils seraient bloqués en orbite lunaire, avec 5 jours d'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.) et aucune possibilité de sortie. Une fois de plus, cet allumage devait se faire lorsque l'appareil était caché par la Lune, sans possibilité de contact avec la Terre.

L'allumage se produisit au temps dit, les données télémétriques de l'appareil furent mises à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...) et le vaisseau réapparut à 89 heures 28 minutes et 39 secondes. Lorsque le contact radio fut rétabli, Lovell annonça : « Soyez informés qu'il y a un Père Noël. ». Ce à quoi Ken Mattingly, le capcom (Capcom (????) est une société japonaise, fondée en 1979, qui développe et édite des jeux vidéo.), répondit : « Affirmatif, vous êtes bien placés pour le savoir. »

(audio) There is a Santa Claus (info)
Apollo 8 apparaît pour la dernière fois après l'allumage réussi des moteurs du SPS.
Rupes (Rupes (pluriel rupes) est un mot d'origine latine qui désigne un rocher ou une falaise. Utilisé pour décrire un escarpement linéaire ou la face d'une falaise...) Cauchy, Mare Tranquillitatis.

Ré-alignement manuel

Lors d'une période de temps libre, Lovell effectua quelques manœuvres et ajustements, afin de voir quelques étoiles. Ce faisant, une erreur de manipulation effaça une partie de la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) de l'ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant d'exécuter des programmes enregistrés. C'est un ensemble de circuits électroniques permettant de manipuler...) de contrôle, ce qui provoqua une erreur dans l'unité de mesure (En physique et en métrologie, les unités sont des étalons pour la mesure de grandeurs physiques qui ont besoin de définitions précises...) inertielle (Inertial Measuring Unit, IMU). Elle indiquait que le module était dans la même position qu'avant le décollage et utilisait les moteurs pour « corriger » la trajectoire.

Une fois que l'équipage avait réalisé la raison de cette erreur, il a compris qu'il lui fallait introduire manuellement toutes les données effacées pour corriger l'ordinateur en indiquant sa position exacte. Il fallut 10 minutes à Lovell pour évaluer cette modification, se basant sur l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande...) des étoiles Rigel (Rigel est l'étoile β de la constellation d'Orion.) et Sirius (Sirius est l'étoile principale de la constellation du Grand Chien. Vue de la Terre, Sirius est l'étoile la plus brillante du ciel après le Soleil. Sa magnitude apparente...), et 15 minutes de plus pour effectuer les corrections sur l'ordinateur.

Seize mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) plus tard, Lovell devait à nouveau effectuer ce genre de corrections, dans des conditions plus critiques, au cours du vol Apollo 13 (Apollo 13 (11 avril 1970, 13h13 CST - 17 avril 1970) est une mission lunaire habitée du programme Apollo interrompue à la suite de l'explosion d'un...). Dans son livre, Lost Moon: The Perilous Voyage of Apollo 13 (qui fut renommé Apollo 13 lorsque le film éponyme parut sur les écrans), Lovell écrit, « Mon entraînement [sur Apollo 8] se révélait utile ! ».

Retour sur Terre

Le module de commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) d'Apollo 8, sur le pont (Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours d'eau, voie de communication, vallée, etc.) en passant par-dessus cette...) de l'USS Yorktown

Le voyage de retour sur Terre était avant tout pour l'équipage une période de détente, et de maintenance légère de l'appareil. Les spécialistes avaient déterminé la trajectoire de retour, qui permit au module de rentrer dans l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) 2½ jours après avoir quitté l'orbite lunaire, et d'amerrir dans l'océan Pacifique (L'océan Pacifique, qui s'étend sur une surface de 180 000 000 km², est l'océan le plus vaste du globe terrestre. Il comprend entièrement l'Océanie et...).

Le 25 décembre après-midi, l'équipage effectua sa cinquième et dernière émission télévisée : les trois hommes présentèrent une petite visite du module, montrant comment un astronaute (Un astronaute est le nom donné à une personne qui voyage ou ayant voyagé dans l'espace. Le terme désigne généralement un professionnel, pilote ou passager d'un...) vit dans l'espace. Après celle-ci, ils trouvèrent un petit cadeau de Deke Slayton dissimulé dans le réservoir à nourriture : une véritable dinde (La dinde est un oiseau de basse-cour élevé pour sa chair. En Mésoamérique, elle était un des seuls animaux élevés par...) farcie, trois bouteilles (Sur les anciens navires à voiles, on appelait les bouteilles deux petits compartiments, un de chaque côté du tableau arrière servant de toilettes...) miniatures de brandy — qui restèrent fermées — ainsi que de petits cadeaux pour leurs épouses.

Après deux jours calmes, l'équipage se prépara à la rentrée : l'ordinateur contrôlait la trajectoire et l'équipe devait amener le vaisseau dans la bonne position. En cas de défaillance du système informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement...), Borman aurait pris le relais.

Après s'être séparé du module de service, l'équipage s'assit dans le module de contrôle pour attendre les six minutes avant la rentrée. Ils observèrent un brouillard (Le brouillard est le phénomène météorologique constitué d’un amas de fines gouttelettes ou de fins cristaux de glace, accompagné de fines particules hygroscopiques saturées...) lumineux, dû à la formation de plasma ( En physique, le plasma décrit un état de la matière constitué de particules chargées (d'ions et d'électrons). Le plasma quark-gluon est un plasma qui...) autour de la capsule. Cette dernière décéléra progressivement, atteignant au maximum 6 g (59 m/s²). À 9 km d'altitude, un premier parachute (Le parachute est un dispositif destiné à freiner le mouvement, principalement vertical d'un objet ou d'une personne.) stabilisa l'appareil. Il fut renforcé, à 3 km, par les trois parachutes principaux. La position d'amerrissage (L'amerrissage est, à l'origine, le mouvement par lequel un hydravion se pose à la surface de l'eau (mer, lac ou fleuve).) était prévue à 8°6′N 165°1′W / 8.1, -165.017.

En atteignant l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.), les parachutes ont emporté le vaisseau qui se retrouva renversé (position prévue par les ingénieurs, sous le nom de stable 2 position). Après avoir plongé de 3 m, les trois ballons de flottaison redressèrent la capsule. Les premiers hommes-grenouilles arrivèrent 43 minutes après l'amerrissage, et la capsule fut portée à bord de l'USS Yorktown.

Page générée en 0.729 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique