Nouvelle-Calédonie
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Infrastructures

Santé

La Nouvelle-Calédonie compte sept centres hospitaliers, répartis entre trois établissements publics, dont cinq dans le Grand Nouméa (quatre du centre hospitalier territorial CHT et un centre hospitalier spécialisé CHS) et deux en Province-Nord (Centre hospitalier du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) CHN) :

  • CHT : 516 lits et places au 31 décembre 2007 dont 457 de court séjour (220 en médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du...), 133 en chirurgie (La chirurgie est une technique médicale consistant en une intervention physique sur les tissus, notamment par incision et suture. Un médecin spécialisé dans cette discipline est un...), 64 en obstétrique et 40 en soins critiques), 34 de moyen séjour et 25 de long séjour :
  • CHT Gaston-Bourret : au centre-ville (Le centre-ville est le cœur de la ville. Il est également appelé hypercentre dans le cas des grandes agglomérations. C'est le lieu des manifestations culturelles et sportives, des échanges et de...) de Nouméa, sur le port, à l'emplacement de l'ancien fort Constantine (première construction de Port-de-France en 1854), 267 lits de court séjour (14 à ouvrir en 2008) et quelques 20 places d'hospitalisation de jour (L' hospitalisation de jour est une hospitalisation de moins de 24 heures : le patient entre et ressort normalement le même jour. S'il s'agit de chirurgie on parlera de chirurgie...),
  • CHT de Magenta : dans le quartier du même nom à Nouméa, pôle « mère - enfant » du CHT en accueillant les services de pédiatrie (La pédiatrie est une branche spécialisée de la médecine qui étudie le développement psycho-moteur et physiologique normal de l'enfant, ainsi que toute la pathologie qui y a trait...), gynécologie (La gynécologie (étymologiquement science, étude de la femme) est une spécialité médico-chirurgicale qui s'occupe de la physiologie et des affections du système génital de...), obstétrique et la maternité, quelques 160 lits de court séjour, 14 places d'hospitalisation de jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...) et 13 postes d'hémodialyse,
  • Centre médical du Col de la Pirogue (Une pirogue est une embarcation légère, longue et étroite, souvent faite d'un seul tronc d'arbre creusé (monoxyle), mue à la voile ou à la pagaie et parfois équipée de balancier.) : situé dans le col qui lui a donné son nom dans la commune de Païta, à 40 km de Nouméa, centre de convalescence (Convalescence est le nom habituellement donné à la période suivant une maladie et pendant laquelle le patient retrouve progressivement ses forces et un état de...) et de rééducation, 34 lits de moyen séjour,
  • Centre Raoul Follereau : sur la presqu'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit aussi...) de Ducos, centre Hansénien, ou léproserie, 25 lits de long séjour et accueille en permanence une quinzaine de malades.
  • CHS Albert-Bousquet : à Quartiers de Nouméa#Nouville à Nouméa, centre de psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche...) et gériatrie, 263 lits (76 en gériatrie dont 56 en long séjour et 20 de réadaptation (En ergothérapie, la réadaptation est le processus visant à réduire les incapacités d'une personne. La réadaptation s'inscrit dans la suite logique :...) de moyen séjour, et 187 en psychiatrie dont 108 complets et 79 partiels).
  • CHN : 80 lits dont 66 en court séjour (31 en médecine, 15 en chirurgie, 25 en obstétrique et 5 en soins critiques) et 14 de moyen séjour :
  • CHN Paula Thavoavianon : à Koumac sur la côte ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou...), 42 lits en court séjour (17 en médecine, 13 en chirurgie, 9 en obstétrique et 3 en soins critiques),
  • CHN Raymond-Doui Nébayes : à Poindimié sur la côte est, 38 lits dont 24 en court séjour (14 en médecine, 2 en chirurgie, 6 en obstétrique et 2 en soins critiques) et 14 polyvalents de

soins de suites et de réadaptation en moyen séjour.

À ceci s'ajoutent trois cliniques privées, toutes à Nouméa, pour 178 lits de court séjour au 31 décembre 2007 (63 en médecine, 73 en chirurgie, 26 en obstétrique et 16 en soins critiques) :

  • Clinique Magnin : à la Vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme allongée et façonnée dans le relief par un cours d'eau (vallée fluviale) ou un glacier (vallée glaciaire). Un espace en forme...) des Colons, la plus ancienne (1938) et plus importante clinique privée avec 82 lits (16 en médecine, 40 en chirurgie, 19 en obstétrique et 7 en soins critiques), elle fut la première maternité créée sur le Territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par...), et reste encore aujourd'hui le deuxième lieu d'accouchement derrière le CHT de Magenta, et a également été le premier centre d'urgences (Dans le langage courant, les urgences sont le service d'un hôpital qui s'occupe de recevoir les malades et les blessés qui se présentent d'eux-mêmes, ou qui sont amenés par les services de secours (SAMU, pompiers,...) et la première banque du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté d’environ 5...) (en 1952), elle occupe aujourd'hui le 1er rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille. Le théorème du rang lie le rang...) des hôpitaux calédoniens en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La...) d'urologie,
  • Clinique de la Baie des Citrons : dans le quartier du même nom, une SARL de groupement de médecins, 62 lits (21 en médecine, 32 en chirurgie et 9 en soins critique),
  • Polyclinique de l'Anse Vata : dans le quartier éponyme, héritier d'un hôpital militaire (Un hôpital militaire est un hôpital tenu par une armée et dont la vocation première est de soigner les soldats et anciens soldats.) américain de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc...) Guerre mondiale, surtout connu pour sa maternité (le 3e lieu d'accouchement du Territoire), 34 lits (26 en médecine, 1 en chirurgie et 7 en obstétrique).

La capacité totale d'hospitalisation en court séjour était donc au 31 décembre 2007 de 701 lits soit une densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme référence. Le corps de référence est...) de 2,9 lits pour 1000 habitants. Avec le moyen et long terme et la psychiatrie complète, on arrive à 958 lits, soit 3,96 lits d'hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile ou dans le cabinet d'un...) pour 100 000 habitants (ce même rapport était à la même date 7,08 lits pour 1 000 habitants en France métropolitaine (La France métropolitaine, parfois raccourcie en Métropole, est dans le langage courant la partie européenne de la France, c'est-à-dire le territoire continental...), le taux de la Nouvelle-Calédonie (La Nouvelle-Calédonie est un archipel d'Océanie situé dans l'océan Pacifique à 1 500 km à l'est de l'Australie et à 2 000 km au nord de la Nouvelle-Zélande,...) s'apparentant avec ceux en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent...) de l'Italie, de l'Espagne, de la Suède, du Danemark ou de Chypre) Il faut y adjoindre les 42 lits des 22 Centres médico-sociaux (dits « dispensaires »). De nombreuses opérations très spécialisées et un certain niveau technique (notamment pour le traitement des tumeurs, des maladies de l'appareil circulatoire, du système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les mouvements musculaires,...) ou les malformations) nécessitent des évacuations sanitaires (Evasans), essentiellement vers l'Australie : leur nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) a atteint un niveau record en 2004 (environ 2 200), mais a tendance à décroître fortement depuis (il n'y en a eu quelques 1 250 en 2008). Le fort taux d'occupation des établissements existants, l'exiguïté, la vétusté et la non-adaptation à une médecine moderne des locaux historiques de Gaston-Bourret et l'éclatement du CHT en quatre sites différents ont poussé les pouvoirs publics à lancer leur réunion sur un pôle commun, dans le quartier de Koutio à Dumbéa, soit la banlieue (La banlieue désigne communément l'espace urbanisé d'une ville qui est situé dans la continuité du bâti de sa ville-centre et qui en est...) proche de Nouméa : les travaux « Médipôle » (sur 75 000 m2, il est prévu pour offrir environ 650 lits et doit comprendre l’hôpital proprement dit, un plateau technique de 12 salles d’opération, un bâtiment logistique (La logistique est l'activité qui a pour objet de gérer les flux physiques d'une organisation, mettant ainsi à disposition des ressources...), l’Institut Pasteur, le centre de radiothérapie (La radiothérapie est une méthode de traitement locorégional des cancers, utilisant des radiations pour détruire les cellules...) dédié au traitement du cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée....) et un centre de soins de suite et de rééducation CSSR), dont le coût est évalué à 37 milliards de F CFP lors de son lancement et de son premier vote au Congrès en 2005 puis revu à 44 milliards (avec un second vote) en 2009, doivent débuter en 2010 et aboutir en 2015.

Il existe de plus 42 lits polyvalents de proximité dans 26 Centres médico-sociaux (dits « dispensaires ») chargés de répondre aux besoins de la population dans le domaine curatif, de l’urgence et de la prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se dégrade, ou qu'un accident, une épidémie ou...), gérés par les Directions provinciales des affaires sanitaires et sociales (DPASS) et répartis en zone rurale (la « Brousse » et les Îles). 23 Centres médico-sociaux secondaires et infirmeries prennent le relais dans le reste du Territoire :

  • dans les Îles Loyauté, seule des trois Provinces à ne pas disposer de centres hospitaliers, les dispensaires peuvent jouer le rôle de relais de ces derniers et sont donc plus fournis en lits que ceux de la Grande Terre : ils sont 5 (Wé et Chépénéhé à Lifou, Tadine et La Roche (La roche, du latin populaire rocca, désigne tout matériau constitutif de l'écorce terrestre. Tout matériau entrant dans la composition du...) à Maré (Maré est la seconde île et commune des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie) en termes de superficie et de population, venant juste...) et Ouloup à Ouvéa) pour 31 lits, et 15 centres médico-sociaux secondaires et infirmeries (à Hnacaom, Siloam, Hnathalo, Hnaeu, Wedrumel, Drueulu, Mu et Hmelek sur Lifou, à Wabao, Hnawayetch, Rawa et Pénélo sur Maré, à Mouli et St Joseph sur Ouvéa, et à Tiga).
  • dans le Sud : 7 dispensaires (à Boulari au Mont-Dore, à Vao à l'île des Pins et dans les villages-centres de Païta, La Foa, Bourail, Thio et Yaté) pour 9 lits, et 6 Centres médico-sociaux secondaires et infirmeries (à Dumbéa et Dumbéa Nord, à Plum et l'île Ouen au Mont-Dore, et à Unia et Goro à Yaté),
  • dans le Nord : 14 dispensaires, soit un dans chaque village-centre de commune à l'exception de Koumac (qui dispose d'un hôpital) et de Pouembout (le village (Un village est, à la campagne ou à la montagne, un ensemble d'habitations, de bâtiments à usages divers, de fermes... de proportion modérée (quelque dizaines de...) formant (Dans l'intonation, les changements de fréquence fondamentale sont perçus comme des variations de hauteur : plus la fréquence est élevée, plus la hauteur perçue est haute et...) une agglomération (Une agglomération est un ensemble urbain qui repose sur la continuité du bâti. L'agglomération correspond à la ville sur le plan physique. Une agglomération est...) quasi continue avec Koné) pour 2 lits seulement, et 2 Centres médico-sociaux secondaires et infirmeries (au village minier de Népoui à Poya et à la tribu de Bondé à Ouégoa).

Pour ce qui est de la présence de médecins, ils étaient 545 en activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) au 1er janvier 2008, soit une densité de 223 médecins pour 100 000 habitants (soit largement moins qu'en France métropolitaine où elle est de 339 médecins pour 100 000 habitants au 1er janvier 2009), dont 258 libéraux (105,6 pour 100 000 habitants) et 287 salariés (117,4 pour 100 000 habitants). Il existe toutefois de fortes disparités géographiques puisque la densité se rapproche dans le Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de celle de la métropole (Une métropole (du grec mêtêr, mère, et polis, ville) est la ville principale d'une région géographique ou d'un pays, qui à la tête d'une aire...) avec 274,2 médecins pour 100 000 habitants (un niveau comparable à celui de pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) européens comme la Finlande, et supérieur à celui du Royaume-Uni), contre seulement 96,3 dans le Nord et 79,8 dans les Îles. 46,8 % d'entre eux (255) sont des généralistes, avec une densité encore une fois en dessous de celle de la France métropolitaine même si l'écart est moins important (104,3 contre 135). Pour ce qui est des spécialistes, ils sont avant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) concentrés dans le Sud (158,3 pour 100 000 habitants, soit environ le niveau de la métropole, alors que la densité est seulement de 21,88 dans le Nord, nulle aux Îles et de 118,7 pour l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) du Territoire) et plus particulièrement dans les grands centres hospitaliers de Nouméa. Aux médecins, il faut ajouter quelques 125 chirurgiens-dentistes (densité de 51,1 pour 100 000 habitants, assez prêt des 68 de la métropole à la même date), 106 sages-femmes (163,2 pour 100 000 femmes âgées de 15 à 49 ans, c'est là une densité supérieure à celle de la France métropolitaine, qui était de 125 pour 100 000 femmes dans la même tranche d'âge à la même date), 141 pharmaciens (57,7 pour 100 000 habitants seulement, soit moins de la moitié de la densité de l18 de la métropole) dans 57 officines (54 libérales, dont 21 à Nouméa, 14 dans les autres communes du Grand Nouméa et 19 en « Brousse » et Îles, et 3 mutualistes, dont 2 à Nouméa et 1 hors-Grand Nouméa), 1 098 infirmiers (449,2 pour 100 000 néo-calédoniens, contre 780 en France métropolitaine) et 116 masseurs-kinésithérapeutes (47,5 pour 100 000 néo-calédoniens, là encore une densité moitié moins forte qu'en métropole où elle atteint 105 au 1er janvier 2007).

Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir...) et éducation

Éducation

Le système éducatif est le même que dans le reste de la France, avec quelques adaptations liées au statut et à la formation des enseignants du primaire, de compétence locale, au contenu pédagogique pouvant être enrichi par les différentes collectivités pour y intégrer les spécificités culturelles, historiques et géographiques du Territoire, et au calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de...) scolaire. En effet, la Nouvelle-Calédonie est la seule collectivité de la République, avec Wallis-et-Futuna (Wallis-et-Futuna est une collectivité d'outre-mer française située dans l'hémisphère sud. Son chef-lieu est Mata-Utu.), à faire correspondre ses « grandes vacances » avec la saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe ci-dessous), la saison joue un rôle...) chaude, ce qui fait que son année scolaire (L'année scolaire délimite le début et la fin des leçons, échelonnées sur une année, de la plupart des écoliers. La période de l'année scolaire peut varier d'une institution...) s'échelonne de fin février ou début mars à la fin décembre.

Compétences

La loi organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.) du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie donne la compétence de l'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les...) primaire public (programmes, sous réserve de la compétence des provinces pour leur adaptation en fonction des réalités culturelles et linguistiques, formation des maîtres et contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) pédagogique) à la Nouvelle-Calédonie.

Les compétences de l'enseignement secondaire public (sauf la réalisation et l'entretien des collèges, déjà de compétence provinciale), de l'enseignement privé (primaire et secondaire), de l'enseignement agricole et de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) scolaire relèvent quant-à-elle de l'article 21-III : elles sont exercées par l'État jusqu'à leur transfert à la Nouvelle-Calédonie décidées par le Congrès local à la majorité des 2/5e durant les mandatures 2004-2009 ou 2009-2014, selon les dispositions prévues par l'article 26. Après obtention de certaines garanties notamment financières de l'État, qui conserve la gestion des diplômes nationaux, la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) des programmes, adaptables localement par le Territoire ou, déjà depuis 1989, par les Provinces, et la qualification des enseignants, le vote du Congrès a adopté le transfert à l'unanimité le 1er décembre 2009 : la Nouvelle-Calédonie assurera à compter du 1er janvier 2012, outre la possibilité d'adapter les programmes nationaux, le pilotage du système éducatif du secondaire et du privé : répartition des moyens humains et financiers mis à sa disposition, organisation (Une organisation est) des structures de concertation et d’expertise nécessaire, définition de l’offre de formation, des orientations pédagogiques, des conditions de scolarisation, de la carte scolaire (La carte scolaire, mise en place en 1963, désigne un système d'affectation des élèves dans une école, un collège ou un lycée situé dans un secteur...), de l’orientation et l’affectation des élèves, de l’accompagnement pédagogique des maîtres du 1er degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :), de la construction, de la rénovation et de l’entretien des lycées et enfin de l’organisation de la santé scolaire.

Selon l'article 27, le Congrès peut également, à partir de 2009, adopter une résolution tendant à ce que lui soit transférée, par une loi organique ultérieure, la compétence de l'enseignement supérieur.

Les compétences des collectivités locales sont de plus :

  • communes : gestion des fournitures scolaires et frais de fonctionnement des écoles primaires (cantines, transports notamment), la construction et l'entretien des écoles primaires et gestion du personnel municipal en exercice dans celles-ci.
  • provinces : gestion administrative des instituteurs et professeurs des écoles, établissement de la carte scolaire, octroi (L’octroi est une contribution indirecte perçue autrefois par les municipalités à l'importation de marchandises sur leur territoire. Cette taxe frappait les marchandises...) de bourses, aides (AIDES est une association française de lutte contre le VIH/Sida et les Hépatites virales, créée en 1984 et reconnue d'utilité publique depuis 1990. L'association mène des actions d'information, de prévention, de...) scolaires et subventions, l'adaptation des programmes aux réalités culturelles et linguistiques (dans le domaine de l'enseignement des langues kanak ou les programmes adaptés en histoire, géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et...), éducation civique et arts plastiques notamment), gestion des internats et construction et équipement des collèges.

Les compétences exercées dans ce domaine par la Nouvelle-Calédonie (à ce jour, uniquement le primaire public, et plus tard à partir de 2012 le secondaire public et l'ensemble du privé) dépendent de la Direction de l'Enseignement de la Nouvelle-Calédonie (DENC) au sein du Gouvernement local, et celles relevant encore de l'État sont gérées par un vice-rectorat. La formation initiale des instituteurs et la formation continue (La formation continue (formation continuée en Belgique) est le secteur de la formation qui concerne ceux qui ont quitté la formation initiale.) des enseignants du primaire sont assurées par l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter...) de formation des maîtres de Nouvelle-Calédonie (IFMNC), établissement public (En droit français, un établissement public est une personne morale de droit public, disposant d'une certaine autonomie administrative et financière (contrairement à une administration centrale de l'État par exemple) afin de...) géré par le Gouvernement local, et les professeurs des écoles (dont la compétence de la formation dépendant pourtant bien de la Nouvelle-Calédonie) et du second degré par l'IUFM du Pacifique.

Enseignement primaire

Il y avait à la rentrée 2009 36 502 élèves inscrits dans le primaire (27 034 ou 74,06 % dans le public et 9 468 et 25,94 % dans le privé), répartis dans 288 écoles (soit en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous...) 127 élèves par établissement, 198 ou 68,75 % sont dans le public et 90 ou 31,25 % dans le privé) et 1 966 enseignants chargés de classe (1 459 dans le public et 507 dans le privé sous contrat). Il y a donc en moyenne 18,56 enfants par enseignant (18,53 dans le public, 18,67 dans le privé). Ils sont 12 659 en maternelle (9 170 dans le public et 3 489 dans le privé), 23 637 en école élémentaire (17 658 dans le public, 5 979 dans le privé) et 206 dans l'éducation spécialisée. Ils sont répartis :

  • en Province Sud : 25 389 élèves (69,56 %, dont 8 936 en maternelle, 16 276 en école élémentaire et 177 dans l'éducation spécialisée). Plus qu'ailleurs en Nouvelle-Calédonie, le public domine et distance le privé. Il y a ainsi 20 211 élèves dans le public (74,76 % de l'ensemble du public néo-calédonien, et 79,61 % du total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le...) provincial) pour 5 178 dans le privé (à peine 54,69 % du privé territorial, et 20,39 % des écoles de la province). Ils sont répartis dans 127 écoles (44,1 %, 103 rien que dans le Grand Nouméa dont 60 à Nouméa), dont 106 publiques (53,53 % de l'ensemble du public néo-calédonien, et 83,46 % des établissements provinciaux) et 21 privées (23,33 % seulement du privé local, 16,54 % du total provincial), avec quelques 1 250 enseignants chargés de classe (1 000 dans le public, 300 dans le privé). Les établissements sont donc de taille plus importante que sur le reste de la Nouvelle-Calédonie (quelques 200 élèves par école), mais le nombre moyen d'élèves par enseignant (20 environ) est à peine plus forte que la moyenne territoriale (1 élève de plus par instituteur (Un instituteur ou une institutrice est, dans beaucoup de pays, une personne en charge d'enseigner dans les écoles auprès des jeunes enfants, notamment à l'école maternelle et à l'école...) en moyenne).
  • en Province Nord : 7 434 élèves (20,37 %, dont 2 453 en maternelle, 4 965 en école élémentaire et 16 en éducation spécialisée), avec un écart entre les poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la...) du public et du privé plus étroit que dans le Sud, se rapprochant de la moyenne territoriale : 4 770 enfants sont inscrits dans le public (17,64 % des élèves du public néo-calédonien, 64,16 % de la population scolaire provinciale) et 2 664 dans le privé (28,14 % du privé local, 35,84 % des écoliers du Nord). Et le nombre d'établissement s'équilibre entre les deux : sur 89 écoles (30,90 %, 35 sur la côte Ouest, Poum comprise, 53 sur la côte Est et 1 aux îles Belep), 45 sont publiques et 44 privées (pratiquement la moitié des établissements privés du Territoire). Il y a environ 500 enseignants chargés de classe. Les établissements sont de taille réduite (84 élèves en moyenne par école), et c'est là que l'on trouve les plus petites classes (la densité s'établit à environ 15 élèves par enseignant, soit quelques 4 élèves de moins que la moyenne territoriale).
  • aux îles Loyauté : 3 679 élèves (10,08 %, dont 1 270 en maternelle, 2 396 en école élémentaire et 13 en éducation spécialisée), et privé et public s'équilibrent presque : la population scolaire y est respectivement de 1 626 (17,17 % du privé néo-calédonien, 44,2 % des écoliers loyaltiens) et 2 053 enfants (7,59 % du public territorial, 55,8 % des inscrits aux Îles). Pourtant, l'écart reste fort en nombre d'établissements : sur 72 écoles (36 à Lifou, 24 à Maré et 12 à Ouvéa), 47 sont publiques et 25 privées. Le nombre d'enseignants chargés de classe est de 200 environ, répartis pratiquement à égalité entre le public et le privé. La taille des établissements est en moyenne largement plus faible qu'ailleurs sur le Territoire (quelques 51 élèves par école en moyenne), même si ceux du privé sont légèrement plus gros (moyenne de 65 écoliers). Mais la taille des classes correspond pratiquement à la moyenne territoriale avec une densité d'environ 18 enfants par enseignant.
Enseignement secondaire

Il y avait à la rentrée 2009 32 463 élèves inscrits dans le secondaire (24 235 ou 74,65 % dans le Sud, 5 500 ou 16,94 % dans le Nord et 2 728 ou 8,4 % dans les Îles), dont 22 192 dans le public (68,36 %, avec là encore une proportion plus forte dans le Sud avec 70,25 % des élèves de la province inscrits dans ce type d'établissement) et 10 271 dans le privé (31,64 %, toujours plus présent dans le Nord, où il regroupe 33,62 % des inscrits, mais surtout dans les Îles où ce taux atteint 44,46 %). Ils sont répartis dans 73 établissements (37 publics et 36 privés), avec 2 763 enseignants chargés de classes (1 800 dans le public et 963 dans le privé).

Sur le total d'élèves, 25 371 (78,15 %) sont inscrits dans une filière (Une filière est une suite de formalités, d'emplois à remplir avant d'arriver à un certain résultat: la filière administrative.) générale ou technologique. Depuis la rentrée 2010, le nombre d'établissements dispensant ce type d'enseignement est de :

  • 53 collèges (30 publics et 23 privés) dont 17 avec SEGPA (14 publics et 3 privés) :
  • 19 dans le Grand Nouméa (15 publics, parmi lesquels 7 avec SEGPA, et 4 privés catholiques, dont 2 avec SEGPA) dont 10 à Nouméa (8 publics dont 4 avec SEGPA, et 2 privés dont 1 avec SEGPA), où se trouvent les plus gros établissements du Territoire dont surtout les collèges publics de Magenta et Jean-Mariotti avec plus de 1 000 élèves et 40 classes. On trouve également dans l'agglomération le plus vieux collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.) du Territoire (le collège public George-Beaudoux à Nouméa, héritier du collège La Pérouse fondé sous le nom de collège de Nouméa en 1881) et le plus récent à cette date (le collège Ondémia de Païta-Nord inauguré à la rentrée 2010).
  • 8 dans la « Brousse » de la Province Sud (4 publics et 4 privés catholiques) dont 2 (1 public, 1 privé à chaque fois) à La Foa, Bourail et Thio et 1 à Yaté (public) et à l'île des Pins (privé).
  • 16 en Province Nord (7 publics, 5 avec SEGPA, et 9 privés, 1 avec SEGPA) dont 5 sur la côte ouest (2 publics, tous deux avec SEGPA, à Koné et Koumac, et 3 privés protestants, à Voh, Kaala-Gomen et Poum) et 11 sur la côte est (5 publics, dont 3 avec SEGPA à Poindimié, Houaïlou et Canala, les deux autres collèges publics étant situé à Hienghène et Ouégoa, et 6 privés, dont 3 protestants, à Ponérihouen et 2 à Houaïlou dont surtout celui de Do-Néva héritier de la mission fondée en 1902 par le pasteur Maurice Leenhardt, et 3 catholiques, à Pouébo, Ponérihouen et Poindimié).
  • 10 aux Îles Loyauté (4 publics, dont 2 avec SEGPA, et 6 privés) dont 4 à Lifou (1 public, avec SEGPA, à Wé, et 3 privés, dont 2 protestants, à Wé et Chépénéhé, et 1 catholique, à Hnathalo), 3 à Maré (2 publics, à La Roche avec SEGPA et à Tadine, et 1 privé protestant, à Tadine) et 3 à Ouvéa (tous à Fayaoué, 1 public et 2 privés, 1 protestant à Fayaoué et 1 catholique).
  • 4 « groupements d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le...) dispersés » (GOD), annexes de collèges (3 publiques et 1 privée) :
  • 3 en Province Nord (2 publiques, dont une annexe du collège de Canala à Kouaoua et une de celui de Koné à Népoui dans la commune de Poya, et 1 privée protestante, celle du collège Do-Néva de Houaïlou à Canala).
  • 1 publique aux Îles Loyauté, celle de Mu rattachée au collège de Wé à Lifou.
  • 8 lycées (5 publics et 3 privés) :
  • 6 dans le Grand Nouméa (3 publics et 3 privés, dont 2 catholiques et 1 protestant), dont 4 à Nouméa avec 2 publics (le lycée La Pérouse dans le quartier de la Pointe de l'Artillerie qui est lui aussi, comme le collège Baudoux, l'héritier de l'ancien collège La Pérouse et qui reste le plus important du Territoire avec près de 1 500 élèves et 59 classes, et le lycée Jules-Garnier à Quartiers de Nouméa#Nouville) et 2 privés (le catholique lycée Blaise-Pascal à l'Anse Vata, plus important lycée privé du Territoire avec quelques 1000 élèves dans 35 classes, et le protestant Do Kamo à la Vallée des Colons). À la limite entre les communes de Nouméa et Dumbéa, le lycée du Grand Nouméa a ouvert à la rentrée 2000 et est aujourd'hui le deuxième lycée néo-calédonien voir le premier plus ou moins à égalité avec La Pérouse (lui aussi environ 1 500 élèves et 58 classes). Le lycée catholique Apollinaire-Anova est situé à Païta.
  • 1 public en Province Nord, celui Antoine-Kéla de Poindimié.
  • 1 public aux îles Loyauté, le lycée polyvalent des Îles Williama-Haudra à Wé sur Lifou.


À ceci s'ajoutent 7 092 élèves (12,85 %) inscrits dans un cursus professionnel, répartis dans :

  • 14 lycées professionnels (5 publics et 9 privés) :
  • 7 dans le Grand Nouméa (3 publics et 4 privés, dont 3 catholiques et 1 protestant). 4 sont à Nouméa même : 3 publics (le lycée commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) et hôtelier Auguste-Escoffier à la Pointe de l'Artillerie, en face du lycée La Pérouse, le LP Pétro-Attiti à Rivière-Salée et le lycée industriel Jules-Garnier associé au lycée du même nom à Quartiers de Nouméa#Nouville) et un privé protestant (le LP Do Kamo associé au lycée du même nom à la Vallée des Colons). Les trois autres lycées privés, tous catholiques, sont le LP Saint-Pierre-Chanel à La Conception au Mont-Dore et les LP Marcellin-Champagnat et Jean-XXIII à Païta.
  • 2 privés catholiques en Province Sud hors-Grand Nouméa, à Bourail : Père-Guéneau et Saint-François-d'Assise.
  • 5 en Province Nord dont 2 publics (le LP Augustin-Ty de Touho et le lycée agricole de Nouvelle-Calédonie de Pouembout) et 3 privés (1 protestant : le lycée agricole de Houaïlou, 2 catholiques : celui Johanna-Vakié à Houaïlou et Gabriel-Rivat à Pouébo).
  • 8 antennes de lycée professionnel, publiques, en collège dont :
  • 2 en Province Sud : celle de la Vallée du Tir à Nouméa rattachée au collège de Kaméré, et celle du collège de La Foa.
  • 4 en Province Nord dont 2 sur la côte ouest (Koné et Koumac) et 2 sur la côte est (Poindimié et Houaïlou).
  • 2 aux Îles Loyauté : celle du collège de La Roche à Maré et celle d'Ouvéa rattachée au lycée polyvalent de Lifou.
Enseignement supérieur

À la rentrée 2009, l'enseignement supérieur regroupaient quelques 3 750 étudiants, dont 62 % (environ 2 800 inscriptions) à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis,...) de la Nouvelle-Calédonie, 20 % en classes supérieures des lycées (BTS, CPGE), 5 % à l'IFM-NC, 4 % en BTS en alternance dispensés par la CCI, 3 % à l'IUFM du Pacifique, 3 % à l'IFPSS-NC, 2 % à l'EGC et 1 % à l'ENEP. L'essentiel (si ce n'est la totalité) de l'offre de formation se situe à Nouméa ou dans le Grand Nouméa.

  • L'université de la Nouvelle-Calédonie est née en 1987 sous le nom d’université française du Pacifique répartie entre deux centres universitaires : celui de Nouvelle-Calédonie et celui de Polynésie française (La Polynésie française est un ensemble de 5 archipels français, composés de 118 îles dont 67 habitées, situé dans le sud de l'Océan Pacifique, à environ 6 000 km à l’est de...), le siège administratif de l'université étant à Tahiti (Tahiti est une île de la Polynésie française (collectivité d’outre-mer) située dans le sud de l’Océan Pacifique. Elle fait partie du groupe des îles du Vent, et de l’archipel de la...). En 1999, les deux centres sont devenus deux universités autonomes et l'antenne (En radioélectricité, une antenne est un dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de capter (récepteur) les ondes électromagnétiques.) calédonienne est devenue l'université de la Nouvelle-Calédonie (UNC). Il s'agit de la plus petite université de France par ses effectifs, avec, en 2008, 2 800 étudiants, 82 enseignants-chercheurs et enseignants et 55 agents administratifs et de bibliothèque. Elle est répartie sur trois sites, tous situés à Nouméa : deux à Nouville à l'ouest (Nouville-Banian : département des Sciences et Techniques, Nouville-Ateliers : département de Droit, Gestion et Économie) et un à Magenta à l'est (département des Lettres, Langues et Sciences humaines). Il est prévu de réunir bientôt les départements en un seul grand campus (Un campus (du mot latin désignant un champ) désigne l'espace rassemblant les bâtiments et l'infrastructure d'une université ou d'une école située hors d'une ville. Ce terme inclut ainsi les...) universitaire à Nouville, les travaux ont commencé en 2005 et doivent s'achever en 2011. L'université n'offre pas de formation au-delà du premier cycle (c'est-à-dire la licence dans le cadre de la réforme LMD), à l'exception d'un master professionnel de développement et d'aménagement du territoire (DEVTAT) ouvert en 2005, d'un autre en sciences de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques...) créé en 2009 et d'un troisième de management international de l'entreprise prévu pour commencer à la rentrée 2010, d'un master recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques....) sur les « Espaces, Sociétés et Littératures des Mondes océaniens » (ESLMO) inauguré en 2009 ainsi que de plusieurs masters 1 recherches créés en collaboration avec des établissements supérieurs métropolitains à partir de 2009 notamment en droit pénal et carrière judiciaire et en droit public et collectivités territoriales (un master de droit, ouvert en 2005, a été fermé en 2006). Il existe également une unique école doctorale. Les licences offertes sont : mathématiques-informatique, systèmes informatiques et logiciels option Développeur (En informatique, un développeur (ou programmeur) est un informaticien qui réalise des logiciels en créant des algorithmes et en les mettant en œuvre dans un langage de...) d'applications intranet / internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World...) (licence professionnelle), physique-chimie, sciences de la vie (La vie est le nom donné :) et de la terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre planètes...), droit, économie et gestion, commerce spécialisé en Achats et Logistique (licence professionnelle), lettres modernes, anglais, histoire, géographie et langues, littératures et civilisations océaniennes. Il a également été ouvert en 2003 une première année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) de médecine en collaboration avec le CHU de la Pitié-Salpêtrière à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre...). Plusieurs DEUST y sont ouverts : géosciences, métallurgie (La métallurgie est la science des matériaux qui étudie les métaux, leurs élaborations, leurs propriétés, leurs traitements. Par extension, on désigne ainsi l’industrie de la fabrication des...), « Animation et Gestion des Activités Physiques, Sportives ou Culturelles » intégré au cursus STAPS et génie informatique (Le génie informatique, ou ingénierie informatique, est une discipline qui traite de la conception, du développement et de la fabrication de systèmes informatiques, à la fois matériels et logiciels.) et électronique des systèmes.
  • Classes supérieures des lycées : il existe 18 offres de BTS répartis dans quatre lycées, à savoir les trois publics du Grand Nouméa et celui privé catholique de Blaise Pascal (Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont (Auvergne) - 19 août 1662, Paris) est un mathématicien et physicien, philosophe, moraliste et théologien français.). Il existe 7 classes préparatoires aux grandes écoles dont 4 scientifiques (en physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans...), technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) et sciences de l'ingénieur) au lycée Jules-Garnier et 3 Classes préparatoires économiques et commerciales (à l'ENS Cachan et, à partir de la rentrée 2010, des classes de la section Économique et Commerciale option Technologique ECT) au lycée du Grand Nouméa, en partenariat avec l'UNC. Le Grand Nouméa dispose également de 2 classes formant au diplôme (Le diplôme (grec ancien :δίπλωµα, diploma signifiant « plié en deux ») est un acte écrit émanant généralement d'un organisme...) de comptabilité et de gestion.
  • La formation des enseignants (primaire et secondaire, public et privé), regroupe 9 % des étudiants en 2009, avec trois établissements. Tout d'abord, deux organismes ont été formés en 1990 par la division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction "division par ce nombre" est la...) du « Centre de formation et de recherche pédagogique » (CEFOREP), créé en 1969 sous le nom d'école normale avant d'être rebaptisé en 1971, à savoir : l'Institut de formation des maîtres de Nouvelle-Calédonie (IFM-NC), nouveau nom depuis le transfert de la compétence de l'enseignement primaire public à la Nouvelle-Calédonie de l'ancien Institut territorial de formation des maîtres, pour le public ; et l'École normale de l'enseignement privé (ENEP) pour le privé. Situé en face du collège Mariotti à Nouméa, dans le quartier de l'Anse Vata, le premier assure la formation initiale et continue des maîtres et des enseignants du premier degré public ainsi que celle des instituteurs amenés à enseigner les langues et cultures kanak. Pour sa part, l'ENEP, située au Centre-ville, en bordure de la place des Cocotiers et des locaux partagés avec l'école catholique Saint-Joseph-de-Cluny, forme les instituteurs pour les trois enseignements (catholique, Alliance libre réformée et Fédération de l'Enseignement libre protestant). Ils préparent au même diplôme : celui d'instituteur et le DEUG d'« enseignement 1er degré ». Il existe également un IUFM du Pacifique commun aux trois collectivités françaises du Pacifique sud (Nouvelle-Calédonie, Polynésie (La Polynésie (du grec, « îles nombreuses »), une des trois régions traditionnelles de l'Océanie, est un large...) française et Wallis-et-Futuna) dont les services centraux ainsi que l'antenne néo-calédonienne sont localisés à Nouville sur un nouveau site ouvert en 2005 près du campus universitaire. Il prépare aux concours du professorat des écoles et des professeurs de lycées professionnels en Lettres-histoire et Anglais-lettres, aux CAPES de Lettres modernes, Histoire-géographie (Dans l’enseignement secondaire français, la discipline consacrée aux sciences humaines est l’« histoire - géographie - éducation...), Anglais, Mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations. Les...) et Sciences de la vie et de la terre et enfin au CAPEPS.

Science et recherche

Il existe plusieurs institutions de recherche, basées principalement à Nouméa et touchant essentiellement à la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des...), l'environnement, la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire...) et la géologie (La géologie, du grec ancien γη- (gê-, « terre ») et λογος (logos,...), le nickel (Le nickel est un élément chimique, de symbole Ni et de numéro atomique 28.), l'océanographie (L’océanographie (de « océan » et du grec γρ?φειν / gráphein, écrire) est l'étude des océans et des mers de la...), l'histoire, l'anthropologie, la sociologie et la linguistique des langues Kanak. Il s'agit tout d'abord des antennes locales d'établissements publics nationaux :

  • l'université dispose en 2010 de cinq laboratoires ou équipes de recherche reconnues comme « équipes d'accueil » (EA) au titre du contrat quadriennal 2008-2011 dont un au sein du département « Droit, économie et gestion » (Laboratoire de recherches juridiques et économiques LARJE, EA 3329), un auprès de celui de « Lettres, langues et sciences humaines » (Centre de nouvelles études sur le Pacifique CNEP, EA 4242) et trois pour celui de « Sciences et Techniques » (Équipe de recherche en informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement automatique de l'information par des machines telles...) et mathématiques ERIM, EA 3791 ; Laboratoire insulaire du vivant et de l'environnement LIVE, EA 4243, en sciences de la vie ; Pôle pluridisciplinaire de la matière et de l'environnement PPME, EA 3325, pour les écosystèmes littoraux tropicaux), ainsi que d'une école doctorale (« école doctorale pluridisciplinaire numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information ayant été quantifiée et échantillonnée, par opposition à une information dite...) des Milieux insulaires ultra-marins » EDPn MIUM, EDP 469). Il est à noter que le campus des Sciences de l'université a été le lieu de la première Conférence internationale de mathématiques de Nouvelle-Calédonie, organisée en 2005 par le professeur des universités en mathématiques Henri Bonnel, par ailleurs directeur de l'ERIM et de l'école doctorale.
  • l'Institut de recherche pour le développement (IRD) dont les champs de recherche touchent aussi bien la biodiversité, la biologie marine, l'étude de la faune et de la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition à la faune). Le terme...), la climatologie, l'océanographie, la géologie, la géophysique, la pharmacologie, l'agronomie, l'entomologie ou encore l'histoire et l'archéologie avec la participation aux missions La Pérouse à Vanikoro. Il fut créé en 1946 (devenant le premier centre de recherche français du Pacifique) sous le nom d'Institut français d'Océanie (L'Océanie est une vaste région regroupant des territoires situés dans l'océan Pacifique. Elle est une des cinq divisions traditionnelles des terres émergées de la planète (en omettant l'Antarctique).) (IFO), devenu en 1964 le centre néo-calédonien de l'Office de la recherche scientifique (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques....) et technique outre-mer (ORSTOM) qui prend son nom actuel en 1999. Il siège à l'Anse Vata à Nouméa et dispose d'un budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) de 1,509 milliards de francs pacifique (12,6 millions d'euros), d'un effectif de 199 personnes (dont 48 chercheurs, 134 ingénieurs, techniciens, administrateurs et VAT, et 17 personnels navigant), de 2 600 m2 de laboratoires, 1 300 m2 de bureaux et ateliers, 190 m2 de serres, d'un auditorium de 280 places, d'un pavillon d'accueil de 7 chambres, de 8 studios pour accueil longue durée de chercheurs et d'un bâtiment de 10 chambres pour les stagiaires.
  • sur le même site est implantée la délégation locale de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) (Ifremer), avec des antennes à Boulouparis (station aquacole expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan formel, esthétique, que sur le plan culturel et...) de Saint-Vincent sur la presqu'île de Beaupré) et à Koné (sur la presqu'île de Foué). Cette institution s'occupe essentiellement de recherche concernant l'aquaculture, et donc surtout l'élevage de crevettes, mais aussi les géosciences et la biodiversité marines? Le département « Lagons, écosystèmes et aquaculture durable en Nouvelle-Calédonie » (LEAD-NC), qui regroupe l'essentiel de ses activités, comprend 12 chercheurs, 11 techniciens, 6 ingénieurs, 4 attachés scientifiques et techniques et 5 employés administratifs).
  • Météo-France (Météo-France est l'organisme français de météorologie, un établissement public administratif, chargé de la prévision et de l'étude des phénomènes...) dispose de cinq stations automatisées : celle centrale, également siège de la direction pour la Nouvelle-Calédonie, au Faubourg Blanchot à Nouméa, de trois stations associées à l'aéroport international (Un aéroport international est généralement un aéroport avec des services des douanes et d'immigration pour gérer les vols internationaux à destination et en provenance...) de Tontouta (Païta) et aux aéroports domestiques de Magenta (Nouméa) et de Wanaham à Lifou et enfin des stations automatiques à Koumac et sur les îles Chesterfield, Walpole et Huon. S'y ajoute plus de 100 points de mesures répartis sur tout le Territoire. Il emploie quelques 80 personnes.
  • l'antenne néo-calédonienne du Groupe océanographique du Pacifique du Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) est installé en baie de Numbo sur la presqu'île de Ducos à Nouméa. Il dispose de deux marégraphes côtiers à Nouméa : un à la pointe Chaleix et un autre, numérique, en baise de Numbo.
  • l'antenne du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a été créée en 2000 et installée à la Vallée du Tir à Nouméa, dans les locaux de la Direction de l'Industrie, des Mines et de l'Énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) (DIMENC) du gouvernement local. Il assure surtout une fonction d'accompagnateur et de conseil du Service de la géologie (SGNC) au sein de cette dernière.

S'y ajoutent des établissements publics territoriaux ou locaux :

  • l'Institut Pasteur (L’Institut Pasteur est une fondation française privée à but non lucratif qui se consacre à l'étude de la biologie, des...) est présent en Nouvelle-Calédonie depuis 1913 à travers un Institut de microbiologie (La microbiologie est la science qui étudie les micro-organismes (ou microorganismes).) fondé cette année là sous son parrainage, devenu en 1918 l'Institut Gaston Bourret puis officiellement l'Institut Pasteur de Nouméa en 1955 et enfin de Nouvelle-Calédonie en 1990. Il dispose d'un budget d'environ 1 milliards de francs CFP (8,4 millions d'euros) et d'une équipe de 70 personnes (une douzaine de biologistes, chercheurs et cadres, et une quarantaine (La quarantaine (venant de l'italien : quaranta giorni, qui signifie 40 jours, ou bien du français : quarantaine de jours) est le fait de mettre...) de techniciens). Il est voisin du CHT Gaston-Bourret à Nouméa et sera, avec lui, déménagé sur le site du futur Médipôle de Koutio à Dumbéa d'ici 2016.
  • l'Institut agronomique néo-calédonien (IAC), situé dans la station expérimentale de Port-Laguerre à Païta et établissement public territorial, a pour missions de favoriser le développement rural notamment par des réalisations expérimentales dans les domaines agricoles, forestiers, agroalimentaires et de l’élevage.
  • l'Institut de la statistique (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l'analyse, l'interprétation de données ainsi que la...) et des études économiques (ISEE), également établissement public territorial, créé en 1985 en tant qu'Institut territorial de la statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de l'application d'une méthode statistique à un ensemble de...) et des études économiques, héritier de la Direction de la statistique et des études économiques (DSEE) et équivalent local de l'INSEE. Il siège au Centre-ville de Nouméa.
  • le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie dispose au sein de ses différents départements, outre les fonctions d'études et de statistiques nécessaires à la mise en place des politiques publics, de deux services de laboratoires : celui des laboratoires officiels vétérinaires, agroalimentaires et phytosanitaires de la Nouvelle Calédonie (LNC) de la Direction des Affaires vétérinaires, alimentaires et rurales (DAVAR) basé à Port-Laguerre à Païta, et celui d'analyses minérales de la DIMENC. Les autres services dotés de fonctions de recherche sont notamment le Service des phares et balises et le Service topographique de la Direction des Infrastructures, de la Topographie et des Transports terrestres (DITTT), le département de l'archéologie du service musée et patrimoine, qui publie chaque année depuis 1992 une revue spécialisée, Les Cahiers de l'Archéologie, et le service des archives de la Direction des Affaires culturelles et coutumières (DACC).
  • l'Aquarium des lagons, situé à l'Anse Vata à Nouméa, a été fondé en 1956 par le biologiste (Sur les autres projets Wikimédia :) René Catala et sa femme Ida Stucki, et a été agrandi et rénové de 2003 à 2007. Ses activités scientifiques ont permis par le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une...) de faire connaître la fluorescence (La fluorescence est une émission lumineuse provoquée par diverses formes d'excitation autres que la chaleur. (on parle parfois de « lumière froide »). Elle peut...) de certains coraux, et comprennent aujourd'hui le programme de suivi des tortues grosses têtes, notamment par satellite (Satellite peut faire référence à :), ainsi que l'étude des premiers stades de vie des poissons (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau...) récifaux.

Ces institutions se retrouvent également à travers plusieurs programmes de recherche multidisciplinaires :

  • le programme « Zone économique de Nouvelle-Calédonie » (ZoNéCo) est lancé en 1991 (premier programme de ce type de la outre-mer français) afin de mieux connaître la topographie des fonds marins de sa zone économique exclusive, et pour l’évaluation des ressources qu’elle recèle, compétences étendues à l'étude du lagon. Elle est gérée et coordonnée par l'Agence de développement économique de la Nouvelle-Calédonie (ADECAL), tandis que ses objectifs et ses moyens sont inclus dans les contrats quinquennaux de développement inter-collectivités signés entre l'État et le Territoire. Y participent plusieurs directions du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (DTSI, DIMENC, DITTT, DBAF et SMMPM), des instituts de recherche nationaux (Ifremer, IRD, Météo-France, SHOM) ainsi que l'université et l'Aquarium des lagons.
  • le Centre national de recherche technique (CNRT) « Nickel et son environnement » est un GIP créé en 2007 pour une durée de 5 ans, sur la base d'une idée remontant aux années 1990 de créer un pôle de recherche sur le nickel, son exploitation, les techniques métallurgiques et son impact sur l'environnement. Il regroupe collectivités publiques (État, Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Provinces), des professionnels et entreprises du secteur (Syndicat des industriels de la mine, SLN, Vale Inco NC, SMSP et Koniambo Nickel) et des organismes de recherche (BRGM, IRD, UNC, IAC et Ifremer). Chacun de ces groupes fournit un tiers de sa dotation, qui s'élève pour les 5 ans à 600 millions de francs CFP (5 millions d'euros).

La Nouvelle-Calédonie, et plus particulièrement le centre culturel Tjibaou (Le Centre culturel Tjibaou est un édifice public destiné à promouvoir la culture kanak, situé entre les baies de Tina et de Magenta, sur une presqu'île en périphérie de Nouméa, en...) à Nouméa, a été le siège des premières Assises de la recherche française du Pacifique (ARFP) organisées du 24 au 27 août 2004 en partenariat avec l'État, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna ainsi que les différents acteurs de la région Pacifique, et avec le soutien de l'Europe. Les secondes assises se sont tenues en 2009 à Tahiti.

Énergie et gestion de l'environnement

Transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.)

Page générée en 0.746 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique